Interview de Felix Zulauf

Interview de Felix Zulauf

Voici ci-après la traduction de l’interview de Felix Zulauf dans la NZZ de vendredi (original en allemand : https://themarket.ch/interview/felix-zulauf-wir-haben-die-groessten-exzesse-in-generationen-geschaffen-ld.1792)

INTERVIEW

Felix Zulauf: “Nous avons créé les plus grands excès de générations”

L’investisseur et observateur du marché, Felix W. Zulauf, critique le fait que les banques centrales ont mené une politique monétaire beaucoup trop souple au cours de l’expansion et ont donc favorisé une dette excessive.Mark Dittli04/02/2020, 14h15ÉcoutezN’oubliez pasImpressionPartagez

Lorsque les choses deviennent turbulentes sur les marchés financiers, l’expérience est requise. Felix Zulauf a connu de nombreuses phases de boom et d’accident au cours de ses presque cinquante ans de carrière.

Lire la suite

Le CDAX et le SMI ont perdu 20 ans

Le CDAX et le SMI ont perdu 20 ans

Comme à mon (humble) habitude, j’aime regarder les évolutions sur de longues périodes. Les graphiques à long terme sont souvent révélateurs.

Voici le SMI et le CDAX sur de longues périodes. On se retrouve au même niveau que 1999.

Je ne connais pas encore les dégâts sur les caisses de pensions, ni sur notre Banque Nationale Suisse, je m’y attèlerai dès avril.

Certains vont me dire que je ne tiens pas compte des dividendes. Pour mémoire il y a des frottements tels que les frais, les impôts etc. (et l’inflation)

   Envoyer l'article en PDF   

Ohé Ohé capitaine abandonné !

Ohé Ohé capitaine abandonné  !

Mon dernier billet annonçait la poursuite de la baisse des marchés : Il y a encore beaucoup de place pour la baisse des marchés

Désormais c’est la Berezina.

Je pourrais prendre tous les indices, mais j’en ai choisi un : Le DAX

Mais juste entre nous….il y’a en encore de la place pour la baisse

Comme souvent, j’ai été trop en avance sur ce qui se déroule et mes visions (basées sur le fondamental) ont tiré la sonnette d’alarme sur les marchés depuis longtemps déjà. Je me suis rendu compte en janvier que les signaux étaient tous au rouge et que la correction arrivait. Non pas uniquement due à un virus, mais aux valorisations, à la dette et aux achats sur marges d’actions américaines.

Dernièrement, les personnes que j’ai croisées m’ont tenu des théories qui m’ont alerté. Ma gentillesse habituelle (et rien ne sert de vouloir convaincre des croyants endoctrinés à la drogue monétaire) m’a fait me mettre en retrait de ces grands théoriciens qui ne veulent et ne peuvent voir que la hausse.

Voici quelques exemples qui m’ont alerté:

  • Une vidéo/ interview internet du 14 janvier : “Les pessimistes vont encore se faire laminer en 2020” (je vous laisse la chercher)
  • Un email reçu le 20 janvier : Les marchés vont monter à l’infini, les banques centrales ont tous les pouvoirs…
  • Une rencontre dans la rue fin janvier : Ce coronavirus c’est juste une grippette, les marchés ne baisseront jamais (normal du point de vue de mon interlocuteur qui est dans la finance depuis maximum 7-8 ans et qui n’a jamais vu de krach ( je peux en citer quelques uns – liste non exhaustive – 1987, 1998, 2000, 2008 etc..))
  • Un reportage du TJ suisse sur les milliers d’ouvertures de comptes chez un courtier en ligne et une dame qui n’y connaît rien et qui a suivi un cours pour faire des investissements….J’ai juste passé des années à en suivre (je ne suis pas le meilleur loin de là et suis peut-être dans la finance depuis très (trop) longtemps).

Un article du 25 février (qu’on peut retrouver sur internet je vous fais grâce de l’entier, mais un passage m’a interpelé), je cite:

” Alors autant vous dire que ce matin ce n’est que du bonheur à lire la presse. Rien qu’avec tous ces abrutis qui font des comparaisons avec « les autres fois où le Dow Jones a perdu 1’000 points » et que ce n’est QUE la seconde fois dans l’histoire que le Dow Jones perd 1’000 points et c’est donc forcément HORRIBLE. Ce que ces imbéciles oublient de préciser c’est que PLUS LE DOW JONES MONTE, PLUS LE NOMBRE DE POINTS DEVIENT INSIGNIFIANT PROPORTIONNELLMENT PARLANT !!! – espèce de débiles – le jour où le Dow Jones sera à 100’000 points – parce que ça arrivera, faites-moi confiance – 1’000 points ça sera 1% – ils ne vont donc pas nous faire une théorie sur la fin du monde à chaque fois !!!”

“Imbéciles, débiles..” jamais je ne pourrais écrire cela, j’ai bien trop de respecte et d’humilité par rapport au marché.. J’ajoute gentiment que si le DOW passe à 10’000, hé bien 1’000 points ce sera 10%. Il est possible que le dow monte à 100’000, mais il faudrait tenir compte de l’inflation et de la monnaie pour connaître sa hausse réelle à la fin. Le Venezuela est au plus haut en bolivar…. J’ajoute que les achats des actions américaines sont faits sur MARGE !

En conclusion de ce qui précède, tous les ingrédients étaient en place pour une immense déwagonnée (la purge magistrale ?). La question à laquelle je n’ai pas la réponse est : “quand est-ce que cela va se terminer”. Certains ont essayé d’acheter il y a une semaine en pensant faire une bonne affaire : “Never try to catch a falling knife”. Je pense qu’il faut attendre de voir comment cela se déroule dans les prochains temps et attendre de trouver un fond.

J’avais écrit un article en 2015 : Le krach de 1929 a laissé des traces durant des décennies avec quelques graphiques dont celui-ci :

Ceux qui étaient investi juste avant le krach ont mis jusqu’en 1958 pour se refaire (en termes réels en tenant compte de l’inflation). Ce que je peux vous dire c’est qu’au plus bas en 1932, on trouvait des titres avec des P/E de 2-3 et personne n’en voulait. Ce genre de correction offre de magnifiques opportunités.

Le seul actif qui pour l’instant tient c’est l’or, car même les mines (qui sont des actions et dont j’ai écrit qu’elle pouvaient subir des ventes à cause des margin calls) subissent une pression vendeuse. Je continue de penser que quand ce sera un peu plus calme, les titres avec de la valeur reviendront à des cotations raisonnables en premier. Aujourd’hui tout est déraisonnable. Je n’exclu pas une intervention énorme des banques centrales, des baisses de taux directeur etc. La BNS doit être dans une sacrée panade actuellement.

Il est urgent d’attendre, mais soyez prêt à faire quelques achats prochainement, notamment sur des titres avec de la valeur (actifs), mais surtout prenez soin de vous et des vôtres.

   Envoyer l'article en PDF   

Il y a encore beaucoup de place pour la baisse des marchés actions

Il y a encore beaucoup de place pour la baisse des marchés actions

On me demande mon avis sur l’évolution prochaine des marchés suite à une pandémie mondiale. N’étant pas médecin, ni chercheur, je ne peux que constater les faits et essayer d’en tirer des conclusions (plus ou moins justes ou fausses) sur les implications financières du Covid19.

Les faits sont la mise en quarantaine (de 14 jours en général alors que quarantaine veut dire 40 !) de millions de personnes, de villes et que soit 1) les gouvernements sur-réagissent ou 2) sous-réagissent. Je pense que c’est le deuxième cas de figure qui a lieu, pourquoi ?

Parce qu’on nous dit qu’il y a quelques cas en Suisse par exemple (on parle de 8, mais que soudainement : On interdit les manifestations de plus de 1’000 personnes, on va jouer les matches de hockey à huis clos et que la journée de football de première division est tout bonnement annulée ! Le salon de l’automobile est annulé et cela va engendrer des pertes colossales. Ce n’est rien à côté des pertes que vont subir les marchés financiers et surtout les caisses de pensions et accessoirement la BNS !

Les marchés financiers sont donc en phase de petite correction, car comme vous le voyez plus bas, ils étaient en véritable lévitation.

Le Dow Jones sur une année est en légère baisse
Le Dow Jones sur 20 ans est en très forte hausse

Dernièrement, certains avaient tiré la sonnette d’alarme sur la sur-valorisation des actions (dont mon article : https://www.crottaz-finance.ch/blog/short-squeeze-et-tous-aux-abris/ qui mentionne un autre article de ce début d’année : https://www.crottaz-finance.ch/blog/vendez-le-sp500-et-allez-sur-les-mines-dor-maintenant/ ). Désormais, il semble que cela soit parti.

Concernant les métaux précieux, je continue de penser que l’or reste et restera une valeur refuge (même si une correction passagère peut survenir à cause de vente de margin call ou autre). Le cours de l’or semble très bien se tenir. L’argent quant à lui, étant beaucoup plus industriel subit quand même un peu de pression vendeuse.

L’or sur un mois
L’argent sur un mois

Concernant les actions minières, elles sont encore sous-valorisées, mais il se peut qu’elles corrigent aussi à cause de vente en appel de marge” ou de panique (on vend tout sans réflexion). A mon humble avis, elles corrigeront moins ou peu et seront un endroit où les entrées de fonds seront dirigées prochainement surtout si l’or continue sa hausse. Je ne suis pas trop inquiet sur ce secteur.

Concernant les actions dites “standards”, il peut y avoir une énorme correction car les p/e étaient déjà élevés et si la croissance chute, les p/e seront toujours élevés. Une anecdote : Après les grandes corrections, les titres boursiers affichent des p/e de 2 (2 fois les bénéfices) avec des gros dividendes, mais personnes n’en veut.

Les personnes qui pensent que les banquent centrales peuvent tout sauver se trompent grandement, car le flux vendeur peut être gigantesque.

L’élément le plus dramatique à mon avis c’est la dette !!

Avec le ratio dettes/ PIB on sait déjà que les Etats sont fortement endettés et un ralentissement, s’il perdure, va laisser d’énormes traces sur le PIB. La dette (qui est incompressible d’un claquement de doigts) aura un poids plus grand pour un PIB en baisse……moralité le ratio dettes/PIB va s’envoler.

En cas de baisse de 10% du PIB…..la dette de la France passe à 111%.

Un résumé, il peut y avoir un rebond des marchés, mais si rien ne change vraiment ce sera un occasion de vendre les actions standards car la baisse va s’installer durablement. Quant aux minières, ce secteur ne me semble pas devoir subir une énorme correction, toujours à mon humble avis (restons humble toujours face aux marchés).

   Envoyer l'article en PDF   

Short squeeze et tous aux abris ?

Short squeeze et tous aux abris ?

Il y a quelques jours, je vous ai proposé de vendre le SP500. Je continue de le prôner surtout que – désormais – le coronavirus est entré dans la danse et va faire ralentir l’économie mondiale de manière forte. D’après Goldman Sachs, Morgan Stanley et consorts, un ralentissement mondial de l’ordre de 0,4% va se faire sentir. Votre humble serviteur pense qu’il sera bien plus élevé : https://www.cnbc.com/2020/01/31/goldman-sachs-coronavirus-to-weigh-on-us-economic-growth-this-quarter.html et https://www.reuters.com/article/us-china-health-economy-morgan-stanley/morgan-stanley-warns-coronavirus-could-drag-on-global-chinese-gdp-growth-idUSKBN1ZS27P

Je me permets aussi de relativiser la croissance chinoise et le mythe que la Chine va sauver le monde avec sa croissance. Le PIB chinois est en baisse constante depuis bientôt 10 ans.

La semaine passée un événement s’est produit. La capitalisation boursière de Tesla a explosé suite a de bons résultats (d’après certains analystes alors que d’autres pensent que les comptes sont arrangés et les promesses de ventes exagérées). Cette hausse est surtout le résultat d’un “short squeeze” (liquidation forcée des positions à découvert) car Tesla, Apple et Microsoft sont les titres les plus vendus à découvert en janvier 2020 : https://money.usnews.com/investing/stock-market-news/articles/most-shorted-stocks. On ne peut que constater ce que cela a généré sur leurs cours et les pertes (1.5 milliards de USD) par les shorts : https://www.cnbc.com/2020/01/30/tesla-shorts-lose-more-than-1-billion-as-stock-surges-on-earnings.html

Je me suis intéressé aussi au SP500 et au poids des plus grandes sociétés de l’indice.

A ce jour, les 5 plus grandes sociétés du SP500 affichent un poids jamais vu de 17.5% de l’indice (les 5 sont des “technologiques”) et 28% pour les 10 plus grandes. Leurs hausses ont entraîné l’indice à la hausse.

Au sujet du SP500, que s’est -il passé avant le correction et quelle a été la durée de la hausse ?

Et surtout ce qui m’inquiète, c’est la valorisation des actions de l’indice.

Depuis 10 ans les actions (SP500) ont battu à plate couture les autres investissements.

En conséquence, il me semble que la hausse du SP500 est terminée pour un moment. Only time will tell

   Envoyer l'article en PDF   

Vendez le SP500 et allez sur les mines d’or maintenant

Vendez le SP500 et allez sur les mines d’or maintenant

Souvent les graphiques en disent plus que 1’000 mots.

1 – Le poids des 5 plus grandes sociétés du SP500 est aujourd’hui à un record.

2 – Le cas Apple (AAPL) (à mon humble avis) montre la totale exubérance du marché des actions. La capitalisation boursière de cette société est identique à la taille totale du marché australien des actions !

3 -La capitalisation d’Apple est aussi plus grande que l’entier du secteur de l’énergie

4 – L’évolution du cours de bourse d’Apple est complètement dé-corrélé de l’évolution des bénéfices de la société !

5 – Du côté du marché, personne ne semble réellement inquiet. Les indices grimpent chaque jour plus haut. Un indicateur important, le très connu PUT / CALL ratio touche des niveaux très bas. Cela signifie que personne n’a peur et que tout le monde est positif sur la future hausse du marché.

6 – Le nombre de “bears” qui voient la chute du SP500 est au plus bas.

7 – Le VIX (indice de la volatilité) est aussi vers ses plus bas niveaux.

J’entends des analystes, des bloggeurs qui s’attendent à une continuation de la hausse du marché en disant à qui veut bien l’entendre que les “pessimistes vont être décimés”.

8 – La valorisation du marché américains. : Prices / ventes estimées et les bénéfices sont vers les plus hauts. Les P/E semblent chers (source Shiller)

9 – Finalement le SP500 / BEAVIT est au même niveau d’avant l’explosion de la bulle internet de 2000.

10- Les taux d’intérêt peuvent être aussi le déclencheur de la prochaine chute du marché.

Tout ce qui précède me dit que ça ne sent pas très bon, que quelque chose couve. Cela me pousse à chercher une place pour investir son argent.

L’or est au bord d’un fantastique come-back après sa grande chute depuis les hauts de 2011 (1900 USD) jusqu’aux bas de 2015 (1050 USD ). L’or est le sous-jacent des actions minières et je désire montrer la sous-évaluation de ce secteur.

A – Pour commencer, l’or a toujours conservé son pouvoir d’achat contre toutes les monnaies.

B – L’or n’a baissé que 4 fois sur les 20 dernières années.

C – Les actions minières comparées au SP500 sont bon marchés.

D – Les actions minières ont touché le fonds.

E – Les actions minières juniors sont meilleur marché que les séniors

En résumé, Je pense qu’il est temps de quitter l’entier du marché standard et de plonger dans le secteur minier. Vous pouvez trouver différentes catégories de sociétés, les producteurs (moins de risque mais rendement espéré moins grand) mais elle ont déjà répondu à la dernière hausse de l’or, les développeurs (risqué mais avec un potentiel de gain important spécialement quand le projet est dans une juridiction de qualité et que le projet a reçu un permis) et finalement les explorateurs (très haut risque, mais aussi énorme potentiel de gain).

J’ai identifié un titre minier avec un grand potentiel. Si vous voulez en savoir plus contactez-moi ici : Contact

Happy Investing et n’oubliez pas de lire mon “disclaimer”

   Envoyer l'article en PDF   

Sell the SP500 and Go for GOLD mines now

Sell the SP500 and Go for GOLD mines now

Very often graphs are telling you more than 1,000 words.

1 – The weighting of the 5 major SP500 stocks is today at a record level.

2 – The Apple, AAPL case (imho) is showing the total exuberance of the stock market. The market capitalization of this company is now the equivalent of the entire Australian stock market !

3 – Apple Market cap is also bigger than the entire energy sector

4 – Price evolution of Apple is de-correlated with its earnings, leaving the gravity !

5 – On the market side, nobody seems really worried. Indexes are climbing every day higher. The very relevant indicator, the well-known PUT / CALL ratio is hitting a very low level. It means nobody has fear and everybody is positive on the future market raise.

6 – The number of “bears” seeing the fall of the SP500 is also at a low level

7 – The VIX index (volatility) is also at one of its lowest level

I am hearing analysts, people, bloggers expecting a continuation of the market rally and telling to whom who want to hear that “the pessimists will be decimated”.

8 – The US stock market valuation. Prices to estimated sales and estimated earnings are topping. P/E seems expensive (source Shiller)

9 – Finally the SP500 EV / EBITDA is at the same level than when the 2000 bubble exploded

10- Interest rates history can be also a trigger of the next stock market fall

All of above, is telling me it is smelling not good at all and something is cooking. It is pushing me to find another place where to put the money.

Gold is on the verge of a fantastic coming back up after its big fall from its top of 2011 (1900 USD) to its 2015 low (1050 USD). Gold is the underlying for mining shares and I would like to point the undervaluation of this sector.

A – First of all Gold has always kept its purchasing power against all the currencies

B – Gold has only been down 4 of past 20 years

C – Mining stocks compared to SP500 and vs Gold are cheap

D – Gold Miners are bottoming

E – Gold Mining Juniors are much cheaper than Seniors

As a global summary, I think it is time to leave the entire regular market to plunge into the mining sector. You can find different categories of companies, Producers (less risk but lower reward and also some stocks already responded to the last gold increase), developers (risky but big reward ahead especially when the project is in a safe jurisdiction and with a permit) and finally explorers (high risk and huge reward but also big losses).

I have identified a gold stock with a huge potential. If you want to know more about it you can contact me here : Contact

You also can read all my english articles here : https://www.crottaz-finance.ch/blog/category/english/

Happy Investing and please do not forget to read my disclaimer

   Envoyer l'article en PDF   

S&P 500, des signaux inquiétants

S&P 500, des signaux inquiétants

Comme vous le savez, j’adore les graphiques, car ceux-ci sont souvent assez parlants.

Le marché américain bat records sur records et la volatilité reste au plus bas. Toujours pas d’inquiétude ! Par contre une légère divergence car le VIX fait des bas plus hauts alors que le S&P 500 continue son envolée.

Graphique 2 : Nouveau record concernant la taille des positions faisant le pari d’une baisse de la volatilité sur le SP500

Graphique 3 : L’indicateur qui me fait le plus “soucis” pour le marché américain est le ratio PUT/CALL. Ce dernier est au plus bas.

Graphique 4 : Il faut aussi tenir compte de l’emprunt pour financer les achat des actions et là surprise ! Les achats sur marge baissent, ce qui est plutôt positif pour le marché. Le “deleveraging” est en cours

Graphique 5 : 95% des sociétés ont reporté des bénéfices en baisse (GAAP) de 6% cette dernière année. c’est la plus grande baisse depuis le T4 de 2015.


En conclusion, nous ne sommes pas à l’abri d’une correction comme celle de fin 2018 voire plus importante.

   Envoyer l'article en PDF   

Canada : Ventes à découvert, la fronde s’organise

Canada : Ventes à découvert, la fronde s’organise

Depuis des années le secteur minier voit le cours des actions d’exploration et de développement se faire plomber régulièrement alors que le cours du sous jacent (l’or) monte. Cette chute entraine inexorablement les titres vers leurs plus bas alors que les ressources s’améliorent. Ce phénomène (et je m’en doutais fortement) semble être expliqué par les algorithmes qui vendent à découvert les actions des sociétés.

Hier, je suis tombé sur un article des plus intéressants qui montre que désormais le secteur veut que les régulateurs remettent en place les règles qui avaient cours en 2012 : https://www.newsfilecorp.com/release/49806/Junior-Mining-Sector-Responds-to-Predatory-Short-Selling-Launches-Save-Canadian-Mining

Voici une traduction internet du site : https://savecanadianmining.com

En 2012, l’OCRCVM et les ACVM ont supprimé une règle de négociation connue sous le nom de «test de tick», qui limitait la vente à découvert à la neutralité ou la vente à des variations de prix positives au moment de la vente. Ces modifications ont été appliquées non seulement au lieu principal d’inscription à la cote de la Bourse de croissance TSX, mais également à toutes les plates-formes de négociation canadiennes, il y en a 14 aujourd’hui, ce qui réduit la capacité de la Bourse de croissance TSX d’effectuer tout changement. Depuis la suppression du test de tick, les marchés canadiens ont évolué et il existe maintenant une dynamique dans laquelle les activités de vente à découvert, de trading à haute fréquence et d’algorithmes exploitent l’absence de test de tick, au détriment des marchés émergents du Canada. Nous demandons aux ACVM et à l’OCRCVM d’évaluer la possibilité de réinstaurer le test des tiques. Save Canadian Mining est un mouvement visant à ramener les règles du marché à la norme juste et transparente qui a permis d’assurer la prospérité pendant plus de 142 ans. Ensemble, nous pouvons sauver le secteur minier canadien.

Dans le conseil d’administration, siègent Terry le CEO de Chilean Metals et le très connu Eric Sprott : https://en.wikipedia.org/wiki/Eric_Sprott

Il semble que ce groupe a très prochainement rendez-vous avec les régulateurs et si ces derniers font correctement leur travail, il verra que leur décision en 2012 n’a pas aidé le secteur minier.

En conclusion, un “short squeeze” pourrait apparaître sur le marché des minières canadiennes

   Envoyer l'article en PDF   

Long term UK stocks vs #Gold

 

A very close friend sent me some graphs and comments and I think it is valuable to read it.

I would like to present you the longest chart I have on a stock market:  The British stock market.

The first chart is the stock market index in nominal terms.

Before the 20th century, stocks were a different investment. They were judge to be risky and had to offer big dividend yields to compensate for the risk. Dividend yields on stocks were higher than bond yields. But at the time, money was linked to gold (most of the time).

In the 20th century, everything changed.

During WWI, the gold standard was abandoned to finance the war.

Different attempts to link money to gold were tried at different times and at different prices.

Finally, in 1971, the gold standard was totally abandoned.

Money became totally fiat.

With no more restriction, money could be printed and printed which lead to the accelerating destruction of its purchasing power (see 2nd chart).

And log scale (awful view or the 99% loss, accelerating from around 1914)

If you take account of that, the performance of stocks over the long term (so in real terms) is quite different (see 3rd chart).

Now, in the last chart, I would like to show you how British stocks have performed against gold (see 4th chart). Here again, we have a totally different picture.

Some of you can say that I have to take in account the dividends received (if someone has the long datas with dividends, I would be glad to provide the information) but also we have to take in account some frictions like safe keeping feees, purchasing fees etc.)

There are times to own stocks, others to own gold…

Source : https://www.globalfinancialdata.com/

  1. All my english articles here : English
   Envoyer l'article en PDF   

Résultats 2018 de la BNS, les comptes d’apothicaire

La BNS a publié hier une estimation son résultat annuel 2018 et a annoncé une probable perte de 15 milliards de CHF.

voici l’article : https://www.20min.ch/ro/economie/news/story/Quinze-milliards-de-pertes-pour-la-BNS-31864819

Ce qui me marque, c’est le phrasé (formulation) dans l’article, car il est mentionné :

” Le stock d’or de la BNS, qui représente environ 5% du bilan de la banque centrale, a pour sa part accusé une moins-value de 300 millions de francs, ressort-il du communiqué diffusé mercredi par la banque centrale dans sa traditionnelle première estimation de résultat annuel. Quant aux positions en francs, elles ont dégagé un bénéfice de 2 milliards, à la faveur notamment des taux d’intérêts négatifs appliqués aux avoirs à vue des banques commerciales auprès de l’institut d’émission.”

Je me permets de faire quelques petits calculs:

  • 2 milliards de profit grâce à des taux d’intérêts négatifs (rappel : on paie pour mettre son argent à la BNS (en sécurité paraît-il) et ceci impact aussi les caisses de pensions, donc nos retraites….
  • La perte attendue est de 15 milliards, mais il y a ces fameux 2 milliards de profit. On peut donc légitimement en déduire que la BNS a perdu environ 17 milliards sur les positions en devises, actions et or (0,3 milliard pour l’or)
  • Les 0,3 milliard de “perte non réalisée” sur l’or, ne représente que 1.75% du total des pertes (17 milliards) pour une exposition de 5% du bilan.
  • La perte totale de 15 milliards sur le bilan de 800 milliards donne une “performance” négative (méformance) de -1,875%, dont l’or est responsable de 0,0375%, le CHF (taux négatifs) responsable de +0,25% et le reste (devises, actions, obligations = -16,7 milliards) pour -2,087%

A trop vouloir décrédibiliser la position or, cela devient assez ridicule.

Voici quelques graphiques intéressants tirés de zerohedge

La taille de la position en actions

Les positions détaillées en actions US

Les bénéfices / pertes historiques (depuis que le bilan a augmenté on remarque bien évidemment de plus grandes fluctuations (en milliards))

et l’évolution du cours de l’action de la BNS

 

   Envoyer l'article en PDF   

Avertissement concernant la “roulette suisse” de la Banque Nationale

Le très sérieux journal TagesAnzeiger sort un article ce matin sur les risques pris par la Banque Nationale Suisse (BNS) : Warnung vor demSchweizer Roulettetschaft Konjunktur tagesanzeiger

Ci-après la traduction française de l’article en Allemand

Deux économistes allemands déconseillent d’investir en Suisse. La politique de la BNS pourrait mettre le pays en faillite.

“Nous déconseillons de placer de l’argent en Suisse et d’acheter des francs suisses.” Cet avertissement a été publié ce week-end par les deux économistes allemands Matthias Weik et Marc Friedrich (voir leur société : https://www.fw-fonds.de/ ) sur la plateforme d’information suisse Infosperber. La raison de leur mise en garde est la politique de la Banque nationale suisse (BNS).

Soit le président de la BNS, Thomas Jordan, est un génie, soit il joue à un nouveau jeu:  “la roulette suisse”. Les deux compères font ainsi allusion à la roulette russe potentiellement mortelle dans laquelle un joueur tient un revolver sur sa tempe avec une seule balle dans le barillet et espère que la balle ne sera pas pour lui. “Si la politique de la BNS en matière de banque centrale tourne mal, la Suisse sera de facto en faillite du jour au lendemain”, justifient les économistes.

Ils justifient leurs avertissements avec les deux points les plus importants de la politique monétaire suisse confirmés par la BNS jeudi dernier : Les taux d’intérêt négatifs et les achats de devises par des francs nouvellement créés pour éviter une appréciation excessive du franc. Au vu de cette politique, la Banque nationale est «en charge de la manipulation des devises».

Les deux économistes jugent durement l’achat des devises étrangères ( ce que la BNS n’a pas fait depuis l’été 2017) mais la BNS continue de rester ouverte. Avec 778 milliards de francs suisses, les réserves accumulées représentent environ 94% du bilan de la BNS, qui a atteint 830 milliards de francs suisses. Même avant la crise financière, ils étaient relativement stables dans la fourchette de 50 milliards de francs. Le bilan de la BNS dépasse donc le produit intérieur brut de la Suisse (124%). Comme les auteurs le déclarent, aucune autre banque centrale au monde n’a un bilan aussi gonflé.

Plus d’actions Facebook que Zuckerberg

Les deux économistes ont également du mal à comprendre le poids de la Banque nationale sur les marchés boursiers, où elle a investi environ un cinquième de ses investissements en devises. Par exemple, elle possède plus d’actions Facebook que son fondateur, Mark Zuckerberg. Les réserves de change lui permettent même avec de petits changements d’évaluation des profits très élevés, mais ils risquent aussi des pertes gigantesques.

“La Suisse est sous l’emprise de la BCE, de l’euro et des marchés boursiers”, ont résumé Weik et Friedrich. Pour la désintégration de l’Europe et l’effondrement de l’euro, les Suisses avaient même fait des préparatifs militaires. Ils font référence aux exercices de l’armée suisse “Stabilo Due” de 2012 et “Conex 15” de 2015.

Matthias Weik et Marc Friedrich sont surtout connus en Allemagne pour des livres tels que “Le plus grand raid de l’histoire ( Der grösste Raubzug der Geschichte) “, “Le crash est la solution ( der Crash ist die Lösung )”, “Erreur capitale ( Kapitalfehler) ” et “Sinon, ça va taper! ( Sonst knallt’s! )”. Tous les travaux sont un avertissement, une alarme. Les deux auteurs se considèrent comme des francs-tireurs.

Mais ils ne sont pas les seuls à critiquer la BNS. Des voix commencent à se faire entendre et vont dans le même sens que celui des deux économistes allemands. La BNS est également soupçonnée de manipulation monétaire par le gouvernement américain, par exemple. Par conséquent, elle est sous surveillance au Trésor américain depuis un certain temps et pas seulement depuis que Donald Trump est entré en fonction.

La critique de l’ex-économiste en chef de la BNS

Sur le plan intérieur, le ministre des Finances, Ueli Maurer, a déjà fait la une des journaux en mettant en garde contre un bilan trop volumineux. Les critiques les plus sévères, cependant, sont les taux d’intérêt négatifs.

Des commentaires critiques émanent même des propres rangs de la BNS. Ainsi, l’ex-économiste en chef très respecté de la banque centrale, Kurt Schiltknecht, ne cache pas son rejet de cette mesure. Dans un commentaire et une contribution vidéo de la Neue Zürcher Zeitung, il a déclaré que le coût des taux d’intérêt négatifs – des taux extrêmement bas, de gros problèmes pour les fonds de pension, les épargnants et les banques – ne serait pas comparable. Les mesures d’urgence en cours prises par la BNS sont d’autant moins bien comprises que l’économie suisse se porte toujours très bien.

Néanmoins, la politique de la Banque nationale ne devrait pas changer avant un certain temps. Personne ne s’attend à ce que les taux d’intérêt augmentent avant la fin de l’année prochaine et les taux d’intérêt négatifs ne devraient pas prendre fin avant 2020. Cela est principalement dû au fait qu’ils ne veulent pas risquer une nouvelle appréciation du franc s’ils devaient avancer avec une hausse des taux avant même la Banque centrale européenne (BCE). Deplus que la BCE ne prévoit pas de hausse de taux avant le second semestre de 2019.

Les dernières données de l’économie réelle font même craindre que la normalisation de la politique monétaire ne s’éternise. En ce qui concerne la zone euro, les indicateurs avancés tels que les indices PMI (Purchasing Managers ‘Indices’ Managers) affichent une image plus mauvaise qu’elle ne l’était depuis longtemps, et l’économie suisse s’est également affaiblie de manière surprenante au troisième trimestre, le produit intérieur brut ayant même légèrement reculé par rapport au trimestre précédent. (Editeurs Tamedia)

Créé: 17.12.2018, 20:54 heures

 

Je me sens désormais moins seul….

pour mémoire tous mes articles sur la BNS : https://www.crottaz-finance.ch/blog/tag/bns/

   Envoyer l'article en PDF   

FTSE all Shares et la livre Sterling (GBP)

 

Avant le week-end, voici quelques graphiques qui montrent l’évolution du marché anglais depuis 1693.

L’indice FTSE All-Share, initialement connu sous le nom d’indice FTSE Actuaries All Share, est un indice pondéré en fonction de la capitalisation, composé d’environ 600 sociétés sur plus de 2 000 négociées à la Bourse de Londres. Au 29 décembre 2017, les composantes de cet indice totalisaient 641 sociétés. Wikipédia (anglais)

Mais en l’adaptant avec l’inflation, le résultat n’est pas le même.

et par rapport à l’or ce n’est pas folichon

Pour terminer, le pouvoir d’achat de la livre sterling

Aujourd’hui la pièce de monnaie anglaise est un mélange de cuivre, nickel et zinc.

EN 1489 (la naissance de la livre sous Henry VII), le pièce d’une livre contenait une demi once d’or.

La valeur de l’once aujourd’hui est d’environ £950 . Ainsi une demi once vaut £475…

Que pouvez-vous faire aujourd’hui avec une livre ?

 

“Une monnaie papier, basée sur la seule confiance … finit toujours par retourner à sa valeur intrinsèque, c’est à dire zéro” Voltaire

“Plus vous savez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur”. Churchill

   Envoyer l'article en PDF   

Smart Money Flow ou le flux de l’argent intelligent

 

L’indice de la “Smart Money” représente l’indice de l’argent intelligent (les professionnels ), ceci en opposition à la “Dumb Money” qui montre celui l’argent stupide (qui semble être celui de la foule).

Quand la Smart Money quitte le marché, il faut s’inquiéter, cela anticipe une correction (voir graphique ci-dessous)

 

Un autre graphique très intéressant est celui des heures de trading.Le public se montre le plus actif près de l’ouverture (première heure de trading, en rouge)

Les professionnels sont plus actifs à d’autres moments (entre 11h00 et midi en vert) et en particulier au cours de la dernière heure de négociation en violet.

Ci-dessus, les lignes cumulatives de chacun comparées à l’indice Dow Jones.

Qu’observe-t-on ? Les professionnels sont vendeurs.

 

Happy trading

   Envoyer l'article en PDF   

Gestion passive ! Gestion soumise ?

Depuis des lustres, les caisses de pension, les portfolios managers ne jurent que par la gestion passive.

L’idée (noble) est – qu’à la fin – les risques pris en se détachant des indices par une gestion active n’apportent pas le supplément de rendement escompté (appelé alpha).

En conséquence, on a assisté à des mouvements de capitaux ENORMES de la gestion active vers la gestion indicielle passive.

 

On économise aussi des frais de gestion et du personnel…sauf qu’à force de vouloir minimiser le risque on en prend de plus en plus. Pourquoi ?

Parce que même si vous détenez le plus beau des titres avec la meilleure gestion, le plus beau management, mais qu’il fait partie d’un indice, si la correction s’enclenche et que les “investisseurs” allègent les positions, ils vendront les indices !

Et par ricochet ou effet domino, tous les titres de l’indices (bon ou mauvais, bas ou haut).

Je pense donc qu’aujourd’hui, il faut fuir les indices et les modes et investir hors marchés standards.

 

   Envoyer l'article en PDF   

Forza Italia ?

Les dernières votations en Italie et surtout les derniers revirements au sein du gouvernement (M.Conte) engendrent des répercussions dans les marchés financiers.

Tout d’abord de manière générale sur l’euro qui baisse contre USD (et CHF)

Et pour ce qui est de l’Italie, le marché des actions qui plonge et les taux des emprunts d’Etats qui montent

Lire la suite

Les mines vont suivre la hausse du cours de l’or et ce pourrait être violent

 

Cher lecteurs,

dans un de mes précédent articles, j’avais lancé un cri d’achat sur l’or.

C’était à mi-octobre 2015 et le cours de l’or cotait aux environs de 1050 USD: http://www.crottaz-finance.ch/blog/lor-et-les-mines-cest-parti-mon-goldy/

Depuis ce moment le cours de l’or s’est apprécié de 280 USD pour une performance de +26%, les mines ont suivi le mouvement.

En ce début d’année 2018, quelque chose de bizarre se passe :

Une grande dé-corrélation entre l’évolution du prix de l’or et celui des mines.

Je n’ai pas d’explication, mais probablement que les mines ne sont que du papier et qu’il est possible que les investisseurs ne comprennent pas vraiment cette industrie. Pour le moment le secteur semble mort, mais:

Lire la suite

Mines will follow gold price increase and it could be violent

Dear readers,

In one of my past articles, I launched a screaming buy on gold.

It was mid October 2015 and gold price was quoting around 1050 $: http://www.crottaz-finance.ch/blog/lor-et-les-mines-cest-parti-mon-goldy/ (sorry only in french but fell free to use an internet translator, it works well)

From that period, the gold rallied 280 $ for a performance of +26%, mines followed the move.

This year 2018 something strange happened.

A big de-correlation between gold price evolution and mines

I have no explanation, but probably gold mines are paper gold and may be people do not really understand the industry. For the moment the sector looks like dead but:

  • The lack of volume is a good sign for a bottom, all the sellers have gone
  • people are very often selling the shares doing nothing to buy the trendy shares (often overvalued)

Today the mines are quoted with a discount regarding the bullion:

and gold vs mines on a long run show again the de-correlation.

I still think gold is going to continue its rally and will break the resistance (it already broke the down trend) and gold companies are going to release nice profits.

On a technical side:

My thoughts and believes are .

  • gold will continue to raise
  • gold mines have the best leverage as ever to enjoy gold rally
  • The producers are going to move first, then developers.
  • The developers have a higher reward ahead and can make a multiple
  • The producers are facing a decrease of their production and are going to be obliged to acquire high grade developer
  • The political environment is also a very important point

graph issued this article: http://www.kitco.com/news/2018-02-22/Canada-Is-The-New-Top-Mining-Destination-Worldwide-Survey.html

In conclusion; Buy a developer, high grade, good quality, low AISC, in a safe juridiction.

As bargain, I have found a very cheap developer stock reaching all the above points and I keep at your disposal its name

If you would like to contact me to know more about this company, feel free: https://www.crottaz-finance.ch/contact/.

As disclaimer, I have to mention that gold shares can be very volatile.

Happy Investing

   Envoyer l'article en PDF   

Hugh Hendry ferme son hedge funds, est-ce un signal fort ?

Comme vous le savez les marchés montent, montent.

Les banques centrales (BNS, BCE) achètent les marchés, les actions sans réflexion.

En conséquence, les contrariants (comme Hugh Hendry) ne font que de p…contre le vent et (on vient de me le rappeler à l’instant) finissent contrariés.

On peut aussi ajouter les coûts de la régulation générale et de maintenance qui sont en augmentation.

Aujourd’hui (pour en avoir parlé avec un gérant de fonds de mes connaissances qui avait commencé il y a plus de 15 ans avec 2 millions et se retrouve aujourd’hui avec un magnifique fonds de plusieurs centaines de millions) il est totalement impossible de lancer un fonds sans avoir au moins 50-75 millions de CHF sous gestion et surtout la plus grande difficulté est d’obtenir l’aval de la Finma qui est extrêmement coercitive.

Mais revenons à Hugh Hendry. La taille de son fonds a passé de 1.3 milliards de USD à 30 millions, il jette donc l’éponge !

Hugh Hendry closes Eclectica hedge fund business

 

https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-09-14/hugh-hendry-s-eclectica-fund-closes-after-15-years-amid-losses

http://www.zerohedge.com/news/2017-09-14/markets-are-wrong-hugh-hendry-shuts-down-his-hedge-fund-here-his-parting-letter

Le titre de mon billet résume un peu le fond de ma pensée.

Durant ma carrière, j’ai assisté à beaucoup de choses et notamment de psychologie (à deux francs), mais qui, par la suite, ont été révélatrices de mouvements incroyables:

Par exemple:

Un conseiller en placement m’a dit un jour Swissair ne fera jamais faillite.

J’ai posté immédiatement sur bloomberg un “gag” sur un chat car je sentais bien qu’il allait avoir tort (je ne savais pas quand j’allais pouvoir placer ce souvenir, voilà c’est fait), surtout que le Credit Suisse avait licencié l’analyste qui couvrait le titre car il avait osé mettre Swissair sous “sell”

https://www.swissinfo.ch/fre/d%C3%A9b%C3%A2cle-de-swissair–il-y-avait-pourtant-eu-des-avertissements/2305292

 

Un autre m’a dit qu’ABB allait faire faillite (elle cotait 2 CHF).

Un client m’avait dit que je ne comprenais rien à la gestion fin 1999, car comment allait-il gagner avec mes poudres à lessive (Unilever) et mon chocolat (Nestlé) car dans son pays il avait beaucoup beaucoup de…technos…..

C’est en fait une sorte de jet de l’éponge final, On tient on tient et finalement on abandonne le combat alors que c’est justement à ce moment qu’il faudrait rentrer. Psychologie, psychologie quand tu nous tiens

En conclusion, je pense en toute humilité, que le top des marchés réguliers, c’est bientôt ou déjà arrivé sur certains, car ceux qui se battaient contre la hausse se font sortir des cordes, c’est un sacré signe ! (noir ?)

Inversement sur les mines et l’or qui aujourd’hui font face à la plus grand méfiance, on pourrait voir (enfin) la hausse.

Happy Investing

 

   Envoyer l'article en PDF