Brèves de blog

Il m’arrive parfois de recevoir des mails/demandes. Je pense que certains offrent un intérêt marqué pour les lecteurs. Voici donc un échange récent.

Bonjour ou bonsoir

Voilà,

L’euro baisse lorsque les nouvelles économiques des Etats-Unis sont mauvaises !!!!

J’ai des crédits en francs suisses et l’Euro a baissé, donc je dois plus que je n’ai emprunté. Ces crédits sont pour une maison que j’ai achetée en Autriche et je voudrais la vendre…. Les intérêts de ce crédit sont très bas. Que me conseilleriez- vous ?

Attendre, six mois peut être…que la parité EURO/CHF soit plus intéressante ?

 

Bonjour,

Merci de votre message, je vais y répondre, mais je n’ai bien sûr pas tous les éléments vous concernant (revenu, fortune, autres etc.)

Je peux essayer de répondre et de faire un petit tour de la question. Je pense que vous avez visité mon blog au sujet des devises et vous avez constaté que je suis très négatif sur l’euro.

Pourquoi ? Parce que 1) A la base l’euro est une volonté politique et non économique 2) On ajoute sans cesse des pays peu fiables à l’euro-zone 3) Les pays de l’euro-zone sont très endettés et/ou affichent des déficits abyssaux.

Au sujet des USA: Les européens ont la fâcheuse habitude de penser qu’ailleurs c’est pire et de ne pas se focaliser sur leurs propres problèmes. OUI aux USA c’est la catastrophe actuellement, oui certains Etats américains sont en faillites, MAIS ils ont une monnaie…la leur ! En Europe ce n’est qu’un agrégat monétaire qui a fait rêver et qui désormais tourne au cauchemar pour les pays qui en sont prisonniers. La Grèce en est l’exemple typique, ils ne peuvent rien faire, sauf demander de l’aide financière. Impossible pour eux de dévaluer etc.

Vous avez emprunté en CHF donc vous êtes débiteur dans la monnaie qui se révèle être actuellement la plus forte du monde.

POURQUOI si forte ? Parce qu’il y existe une stabilité politique et surtout le déficit du pays est bien moins élevé qu’en Europe, aux USA et au Japon. La devise suisse joue ainsi un rôle de valeur refuge.

En ce qui me concerne (mais cela n’engage que moi et le timing est parfois difficile), je pense que la zone euro va encore affronter de grandes turbulences et le rebond de l’euro est désormais terminé et a avorté. Nous allons certainement voir la parité Euro contre USD  et peut-être  1,1 contre CHF (quand ? Je ne le sais pas et pour autant que les grandes banques suisses ne sautent pas). Voir mon article ici: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=4861

Conclusion: Si  j’étais vous, j’arrêterai l’hémorragie (quitte à se tromper). Cette situation vous fait souffrir me semble-t-il. Ne vaut-il mieux pas se couper un bras ? Enfin ce n’est que mon avis et je ne vous connais pas assez.

Vous pouvez lire le document sur l’euro de l’UBS disponible dans un de mes récents billets.

Bonjour,

Merci de m’avoir répondu.

Encore une question.

Qu’est ce qui pourrait faire que le franc suisse baisse alors que la BNS n’y arrive pas, même en achetant des milliards d’euros… ?

J’ai un ami  qui travaille  comme « manager » au Liechtenstein et il prétend que les entreprises attendent avec impatience que le franc baisse.

Quels seraient les facteurs nécessaires ?

Bonjour,

Un facteur? Pas facile, ce ne sont que des espoirs…pour ceux qui espèrent une baisse ou une chute de la Suisse ou de sa monnaie.

Je m explique. Je pense que les européens espèrent que les autres pays vont se casser la figure avant eux (idem pour les américains). Tous les pays endettés essayent par tout le moyen de sauver le système. Chacun pour soit.

En Suisse ce qui est en train de se dérouler, engendre – notamment- une forte immigration. Les gens viennent en Suisse car le niveau de vie est élevé.

Conclusion: L’économie suisse à l’interne va bien, il est probable qu’elle souffrira des problèmes européens ultérieurement (exportations, etc.). Alors les pistes ?

Hypothèse : L’Europe ne s’effondre pas, mais le système financier mondial oui. Les banques font faillites, UBS et Credit Suisse possèdent un poids énorme en Suisse ( 7 fois le PIB). Le CHF s’effondre, ni l’Etat ni la BNS ne pouvant sauver ses banques ou du moins elle subissent de plein fouet la débâcle financière: Voila une piste.

Allez jeter un œil sur mes articles du CHF contre FRF sur 200 ans et de l’Ecu/Euro contre CHF.

On constate que le CHF est la monnaie la plus forte du monde depuis des décennies (voir siècles). Moins d’endettement, une gestion certainement conservatrice, une fiscalité supportable, etc..

Il n y a finalement pas de secret (sauf bancaire..)

Et tant que certains espèrent la chute du CHF, elle ne viendra probablement pas….

   Envoyer l'article en PDF   

9 réflexions au sujet de « Brèves de blog »

  • 24 août 2010 à 11 h 42 min
    Permalink

    Bonjour

    Je partage votre explication mais pour faire référence au passage cité ci-dessous, le YEN est plus cher que le CHF et ce n’est pas près de finir alors que le pays à la plus grosse dette au monde. Pouvez-vous expliquer pourquoi c’est ainsi? Si je suis votre raisonnement le YEN devrait être à la cave!?

    Merci, salutations

    Alex

    “POURQUOI si forte ? Parce qu’il y existe une stabilité politique et surtout le déficit du pays est bien moins élevé qu’en Europe, aux USA et au Japon. La devise suisse joue ainsi un rôle de valeur refuge.”

  • 24 août 2010 à 11 h 47 min
    Permalink

    bonne question, mais le yen est fort depuis quelques temps (2008) mais sur plus long il baisse aussi contre chf (il était à 1.72 en 2000) aujourd’hui 1.24.
    Une tentative d’explication pour le court terme et malgré une population vieillissante et une dette énorme.
    La dette est un phénomène qui n’est pas nouveaux, mais contrairement aux USA elle n’est pas détenue par les étrangers en majorité. Les japonais “s’auto-financent”.
    La stabilité politique est aussi un facteur ainsi que le fait que les banques japonaises n’ont pas eu le temps de participer à l’aventure subprime car elles étaient en train de faire de l’ordre ayant subit une grave grise.
    en espérant avoir répondu.

  • 24 août 2010 à 12 h 18 min
    Permalink

    il pourrait essayer de louer sa maison en CHF à des vacanciers suisses pour financer son crédit… si elle est en station ou bien située…

  • 24 août 2010 à 17 h 09 min
    Permalink

    Si le Monsieur a déjà décidé de vendre, je suis de l’avis qu’il serait bien de le faire de suite, donc d’accord avec la suggestion de M. Crottaz.
    Si le Monsieur n’a pas encore décidé de vendre et il ne le ferait que pour stopper la croissance de sa dette, il pourrait alors retraiter la dette comte tenu de la prochaine échéance, éventuellement avec une autre banque, en la renouvelant en EUR, entretemps il pourraît effectivement la louer en CHF (à des Suisses).
    Je ne connais pas en détail la fiscalité des immeubles en Autriche, mais en générale elle est décroissante dans le temps, donc étant donné que l’immeuble(s’il s’agit de celui dans la photo) est en très bon état, il me semble actuellement difficile d’investir mieux, compte tenu du probable coût fiscal à soutenir .
    Tout celà évidemment en ne tenant compte que de l’immeuble et de la situation de la dette en CHF ; si la dette pèse trop alors il ne reste qu’à vendre et il serait probablement mieux de suite, vue que les intérêts sont bas et que le marché immobilier tient (encore).

  • 24 août 2010 à 17 h 29 min
    Permalink

    En complément et à soutien des considérations de M. Crottaz sur la situation de la Suisse et du CHF, je me permet de conseiller la lecture de :

    http://www.weforum.org/documents/GCR09/index.html

    Un gros documents mais plein de données significatives, surtout si on essaie de comparer les situations de la Suisse et des Pays amis et voisins ; l’on comprend aussi plus aisément l’origine leur “pressions”, ainsi que les raisons pour ne pas adhérer à l’UE.

    Bonne lecture.

  • 25 août 2010 à 1 h 48 min
    Permalink

    Standard and Poor’s abaisse la note de l’Irlande d’un cran, à “AA-“.

    L’agence d’évaluation financière Standard and Poor’s a abaissé mardi d’un cran la note de dette de l’Irlande, à “AA-” contre “AA” auparavant, invoquant la hausse pour l’Etat du coût du soutien au système financier.

    Cette note attribuée à la dette de long terme du pays, la quatrième sur une échelle de 21, correspond à un emprunteur généralement fiable. Elle est assortie d’une “perspective négative”, indiquant que S&P envisage de l’abaisser encore.

    “Le coût budgétaire projeté du soutien par l’Etat irlandais du secteur financier du pays s’est considérablement accru par rapport à nos estimations initiales”, a affirmé l’agence dans un communiqué.

    “Un nouvel abaissement est possible si ce coût augmente encore, ou si d’autres événements économiques négatifs affaiblissent la capacité du gouvernement à atteindre ses objectifs budgétaires de moyen terme”, a-t-elle ajouté.

    “Au vu de l’annonce récente de nouvelles injections dans le capital d’Anglo Irish Bank, nos dernières projections montrent que la dette publique de l’Irlande va augmenter à 113 % du produit intérieur brut en 2012”, a précisé S&P.

    http://www.romandie.com/ats/news/100824213007.cttdwspt.asp

  • 25 août 2010 à 12 h 58 min
    Permalink

    La situation globale est si polyfactorielle qu’il existe une multitude de scénarii possibles et crédibles.Par exemple, l’euro dégringole mais à ce compte là, si on se trouve à la quasi parité euro dollar, les entreprises européennes qui se sont adaptés à un euro fort prendront quasiment tous les marchés à l’exportation aux entreprises us (comme on a vu le contraire à 1.50 dollar).Il est difficile d’évaluer les répercutions entre la micro et la macro économie et l’importante des forces relatives l’une avec l’autre.Lorsqu’en plus on rajoute les pays émergents, la situation s’obscurcit encore.Par contre, quelques conseils: 1)Ne jamais emprunter dans une autre monnaie que la sienne.2)Ne pas croire les agences de notation qui n’ont rien vu venir et qui vivent encore dans un paradis économique qui se nomme Etats Unis….3) attention aux banques moyennes ou petites dans des pays trop endettés.

  • 25 août 2010 à 21 h 48 min
    Permalink

    Mercredi 25 août 2010, le Portugal a lancé un emprunt à 10 ans, et un autre emprunt à 6 ans.

    A chaque fois, le Portugal a dû payer un taux d’intérêt plus élevé que lors de ses emprunts précédents.

    Le taux de rendement moyen de l’émission à 10 ans s’est établi à 5,312 % contre 5,225 % le 6 juin dernier, et celui de l’émission à 6 ans à 4,371 % contre 3,834 % en février 2009.

    http://www.romandie.com/infos/news2/201008251257040AWP.asp

    Plus les jours passent, plus le Portugal doit emprunter à des taux d’intérêt de plus en plus élevés.

    Plus les jours passent, plus le Portugal se surendette.

    Plus les jours passent, plus le Portugal se rapproche du défaut de paiement.

Les commentaires sont fermés.