BNS, les taux vont encore être baissés

Je vous ai parlé de long en large de la BNS : ici : https://www.crottaz-finance.ch/blog/tag/bns/

  1. De son bilan démesuré supérieur au PIB suisse
  2. De ne pas avoir vendu les euros achetés quand elle le pouvait
  3. D’avoir dû abandonner le taux plancher de 1.2 CHF pour 1 EUR sous la pression du marché (je l’avais prévu, mais la BNS a quand même tenu 3 ans et demi)
  4. Qu’avec les taux négatifs, les caisses de pensions (donc les retraites) subissent des ponctions anormales
  5. Que la BNS ne veux pas acheter d’or au risque de décrédibiliser les monnaies fiduciaires
  6. Que les taux négatifs sur le Franc Suisse mettent les banques dans la panade car si ces dernières les répercutent sur les grand clients, elles n’osent pas sur les petits de peur de voir un bank run

Désormais, je vous annonce que la BNS n’a pas d’autres choix que de baisser encore les taux.

Evolution de CHF contre EUR

Pourquoi ? Parce que les taux sont devenus négatifs sur les autres devises et pays (France jusqu’à 10 ans entre autres, voir plus bas) et que les taux aux USA sont en train de baisser. Malgré des taux négatifs sur le CHF jusqu’à l’échéance de 50 ans, il va falloir se résoudre à faire quelque chose !

Les taux à 50 ans sur le CHF
Les taux deviennent négatifs dans le monde entier, la Suisse perd son effet concurrentiel
Le bilan de la BNS est supérieur au PIB

En conclusion, préparez-vous à une baisse drastique prochaine des taux en Suisse.

Je me permets de vous mentionner un livre concernant la BNS

et l’impact des taux négatifs. Merci à Vincent Held :

Le crépuscule de la banque nationale suisse: http://www.heidiffusion.ch/Detail/Editions/livre/xenia-editions/held-vincent/le-crepuscule-de-la-banque-nationale-suisse/9782888922124

la BNS aspire l’épargne : https://www.illustre.ch/magazine/bns-aspire-lepargne-suisses

   Envoyer l'article en PDF   

23 réflexions au sujet de « BNS, les taux vont encore être baissés »

  • 23 juillet 2019 à 23 h 33 min
    Permalink

    Bonjour, et, merci Olivier.
    En effet ce monsieur ne semble pas très optimiste.

  • 24 juillet 2019 à 9 h 01 min
    Permalink

    Bonjour, TOUTE la messe est 100% dite sur l’article de l’Illustré. Clair. Limpide. Factuel. Vrai. Rien d’aure à ajouter. Il n’est pas compliqué de comprendre la suite des événements. Qui saura retirer ses billes à temps ?

    La BNS, ceux qui nous gouvernent et les institutions suisses sont pris au piège. La plèbe, elle, est doublement prise au piège.

    Monsieur Held n’amène pas la solution pour freiner ou inverser cette dynamique diabolique. Mais ce n’est pas dans notre culture, pas plus qu’en Allemagne (le quasi effondrement de la DB et pourtant toujours pas de bank run, on continue à s’accrocher aux chimères avec ces 18’000 départs). Imaginez un instant en France, l’état aurait déjà dû nationalisé pour éviter un bank run généralisé (les concurrents auraient aussi ramassés).

    “Je vais bien, tout va bien” : ils ont travaillé dur toute leur vie pour leur épargne et leurs biens (peu importe le montant). Si les autorités continuent à faire croire que tout va bien (pas d’inquiétudes à avoir les gars, on est des experts et on maîtrise), c’est aux gens (la plèbe) de prendre leurs responsabilités. Alors, continuer à mettre la tête dans le sable ou s’affirmer pour protéger ces biens ?

    J’oubliais, on n’aime pas les “têtes qui dépassent”. Cela fonctionne tant que tout va réellement bien.

    Les politiques doivent faire montre de plus de courage dans l’anticipation, sinon ils auront gagné le déshonneur, une crise financière, économique et sociale (merci Churchill).

    Sans la plèbe, les politiques n’existeraient pas. C’est fini le temps où la plèbe ne comprenait que bien peu de choses.

    Une dernière de Churchill (humour) : “Un conciliateur c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant qu’il sera le dernier à être mangé.”

  • 24 juillet 2019 à 13 h 13 min
    Permalink

    Bonjour . Dans les années 70,l’inflation avait absorbé l’endettement,( dû au choc pétrolier et à la guerre du Vietnam)plumée les inactifs au profit des actifs qui ont pu rembourser leur prêt facilement..Les taux négatif risquent d’avoir le même résultat sur le rééquilibrage des déséquilibres inter générationnels, sans pour autant tuer des états hyper endettés. À la condition évidente qu’on puisse toujours garder la dette sous contrôle.

  • 24 juillet 2019 à 13 h 46 min
    Permalink

    @Tloc : SVP que sous-entend concrètement votre explication, que le simple péquin n’a pas finalement de soucis à se faire avec son épargne ?
    D’autre part, j’ai cru comprendre qu’avec des baisses de taux aussi drastiques nous allions plutôt vers une déflation au lieu de l’inflation. Non ?

  • 25 juillet 2019 à 17 h 21 min
    Permalink

    BUY BITCOIN

  • 26 juillet 2019 à 1 h 06 min
    Permalink

    clairement “buy bitcoin”.

    100k$ d’ici 2 ans grand max.

  • 26 juillet 2019 à 6 h 26 min
    Permalink

    Quels sont vos arguments qui prônent la hausse du bitcoin ?

  • 30 juillet 2019 à 7 h 24 min
    Permalink

    Avec des rendements négatifs, comment évaluer maintenant le prix d’une action ou d’un actif immobilier ? Doit-on comprendre que le prix de ces actifs va continuer à s’envoler à des niveaux stratosphérique jusqu’à la chute?
    Déjà que les actifs immobiliers français n’intéressent que les acquéreur et plus les investisseurs….

  • 13 août 2019 à 0 h 10 min
    Permalink

    Bon et bien ça me parait plutôt clair !

  • 14 août 2019 à 8 h 12 min
    Permalink

    Bonjour,

    https://www.tdg.ch/economie/taux-interet-negatifs-menracent-penaliser-encore-epargnants/story/22960632

    “…nombre d’experts ne s’attendent pas à un retour à des taux d’intérêt positifs à la BNS avant 2021.” : il y a une erreur de saisie, ce n’est pas ‘2021’ mais ‘2031’ … En Suisse, on est déjà entré de plein pied dans l’ère de la japonisation …. Depuis combien d’années le Japon est-il en dynamique de déflation et de surendettement incontrôlable ? Pardon mais là on parle d’une des ‘stars’ du G7.

    «Le langage politique est destiné à rendre vraisemblable les mensonges, respectables les meurtres et à donner l’apparence de solidité à ce qui n’est que vent». (George Orwell)

  • 15 août 2019 à 1 h 05 min
    Permalink

    BTC est un en actif asymétrique. Bcp le qualifient d’or numérique.

    Seul actif non confiscable (Brain wallet) avec une supply limitée, transportable, échangeable, liquide (et devient de plus en plus), bref il y a beaucoup d’avantages. (certes ils n’est pas parfait). Simplement regardez les investissements de Fidelity, etc smart money est en train d’investir.

    Je vois déjà venir les arguments comme quoi y’a une infinité de coin, on peut fork le bitcoin, on peut augmenter la supply, pas du tout écolo etc. Informez-vous, tous ces éléments ne tiennent pas. Il y a encore un ENORME d’ignorance sur le marché

    Bref, tout portefeuille devrait détenir 2-5% de cet asset asymétrique. Il n’est pas trop tard pour en acheter, profitez des DIP dessous 10k. Enorme potentiel a moyen long terme.

    A+ et bonne chance.

    Tout portefeuille,

  • 18 août 2019 à 4 h 00 min
    Permalink

    Les taux négatifs…. et alors. N’est ce pas un moyen de forcer la consommation dans des pays vieillissants, de pouvoir continuer à s’endetter pour des états impécunieux en maintenant une dette encore sous contrôle ? Si cela plombe les économies du pèquenot qui a économisé toute sa vie mais que cela permette au système de survivre, le choix est vite fait.( de la part des grands argentiers). N’oublions pas les leçons de l’histOire. En France, que ce soit les Templiers,Jacques Cœur, Ceux qui avaient trop prêté à l.etat ont toujours mal fini. De nos jours, nous sommes tous des grands prêteurs de tout le système.Bonne chance.

  • 18 août 2019 à 4 h 22 min
    Permalink

    Réponse à PDC avec du retard.
    En prenant du recul et sans arrière pensée de ma part, nous connaissons une période de prospérité et de paix jamais égalée dans l’histoire.Cependant, des périodes de chaos,de guerre, avaient le privilège de redistribuer les cartes sur un plan organisation des sociétés. ( économiquement et socialement parlant). En regardant autour de nous, avec la démographie déséquilibrée qui progresse au niveau mondial, il me semble que nous arrivons inexorablement vers une période d’intense tension.Trump , le Brexit, les tensions militaires asiatiques ne sont que des signes que les peuples rencontrent un malaise et semblent d’un certain côté rejettera pour certains la mondialisation telle qu’on l’a vécu depuis l’entrée de la Chine dans l’Omc. Les grands gagnants de cette période ( dont je fais parti) vont être rattrapés par l.impot des taux négatifs pour essayer de rééquilibrer les anomalies. La période passée a fait la part belle des petits pays ( surtout en Europe) et je trouve très prévisible le comportement d.un Trump qui parle à son électorat.,Pour ma part, je considère l.election de Macron comme inespérée au regard de l’absence de PS et de la cassure de la société française. Au lendemain de la crise de 2008,j’avais considéré que les systèmes etatiques n’etaient Plus tenables et qu’on allait se diriger vers une socialisation des économies des grandes nations.Peut être que nous y sommes maintenant.

  • 19 août 2019 à 11 h 29 min
    Permalink

    @Tloc : “socialisation des économies” : c’est joliment formulé, et oui cela concerne la Suisse. Mon coeur n’ayant jamais penché à gauche, je parlerais d’un mouvement annonciateur d’un ensemble de nouvelles contraintes imposées de type plutôt dictatorial (je veux bien être le dictateur qui impose mais je ne veux pas subir une dictature).

    En ce qui concerne la Suisse, c’est Economiesuisse qui imposera sa loi (comme pour Schengen et la nouvelle loi sur les armes pour ne citer que 2 exemples récents) pour continuer d’être dans les petits souliers de Bruxelles. Les hommes politiques et une majorité du parlement n’étant qu’un relais docile et intéressé aux ordres de cette puissante organisation. Tout cela présenté dans un magnifique emballage pour le peuple du genre “c’est pour le bien et la prospérité de tous”. De tous ?

    En réalité, Economiesuisse est déjà piégée par Bruxelles (gentils chantages entre personnes bien élevées dans des salons feutrés), tout comme la BNS avec les taux négatifs. Il va y avoir une compétition entre ceux qui pratiquent les taux négatifs. C’est un danger pour la Suisse.

    On s’attend en automne à une nouvelle guerre des monnaies (dévaluation volontaire du $). Trump a les boules avec l’EURO, et il ne met de gants que pour jouer au golf. Cela aura peut-être une incidence sur le CHF (BNS) qui devra encore subir plus de pression en tant que traditionnelle valeur refuge. La BNS devra encore augmenter son taux négatif. Et la prochaine, cela continuera encore pour une autre raison, et ainsi de suite.

    Je pense qu’à terme Economiesuisse arrivera finalement à imposer l’entrée de la Suisse dans le l’UE (“Mais puisqu’on vous dit que c’est pour votre bien. De toute façon, on n’a plus le choix. Point barre.”)

    Mais, quel rapport entre l’UE et les taux négatifs ? Sans être parano ni résigné, l’UE attend un “alignement des planètes” pour exploiter toutes les faiblesses et les mauvaises expositions pour mettre dans son escarcelle la Suisse.

    Dans les couloirs de Bruxelles, il y a un vilain mot, un mot banni, un mot qu’il ne faut en aucun cas et jamais prononcer. Ce mot est “Islande”. Vive l’Islande. Au moins eux, ils ne posent pas leurs paires de c…… au vestiaire quand il s’agit de négocier avec l’UE. Við erum sterk. Okkur verður að virða.

  • 19 août 2019 à 11 h 51 min
    Permalink

    Bonjour, oui si le parlement ne peut pas bloquer la sortie version ‘no deal’. Tout l’enjeu est là. Un sondage paru hier ou avant-hier indique que 54% des anglais sont pour une sortie, brutale ou non (bon, OK, sur la base d’un échantillon de 1500 personnes).

  • 19 août 2019 à 11 h 52 min
    Permalink

    Je rectifie : oui si le parlement na pas son mot à dire.

  • 22 août 2019 à 18 h 04 min
    Permalink

    Bonjour, suite à votre billet du 19 août 2019 à 11 h 38 min et à mes deux réponses, je souhaite apporter un update :

    – Pendant 2 ans, la commission EU s’est obstinée (c’est le moins que l’on puisse dire) que le backstop n’est PAS négociable et ad aeternam. Soudain et comme par miracle, BoJo rend visite à Angela (la gentille compatissante) hier et à Macron (le méchant, ou plutôt le faux méchant mais intéressé) ce jour et un miracle s’est produit. En coeur les deux dirigeants annoncent “On va trouver une solution dans les 30 jours” mon Cher Boris. D’aucuns savent que Angela est le porte-voix de l’industrie allemande qui elle s’inquiète d’un départ en format ‘no deal’ (cela empirerait encore plus la situation en Allemagne). Comme par enchantement (attendons quand même le résultat concret), ils entrouvrent finalement la porte et abondent dans le sens de Bojo pour négocier sur le backstop. J’en connait deux qui doivent manger leur chapeau (le présidents du conseil et le négociateur en chef Barnier).

    Naturellement, cela n’est pas dû au hasard. Et peut-êre que vaut mieux tard que jamais. Mais pourquoi donc un tel revirement de l’UE dans la dernière ligne droite ?

    Donc, tout cela et si agreement satisfaisant au final, le Brexit semble mainenant aller dans la direction en version ‘no deal’. Mais, pourquoi donc ??

    Je mise un billet sur le fait que BoJo les a convaincu que vaut mieux avoir à faire à lui et metre un peu d’eau dans son vin plutôt que dans quelques temps si Nigel Farage et son parti venaient à prendre le pouvoir au Royaume uni lors de futures élections (si BoJo se plantait). Les conservateurs étant en mauvaise posture et le boulet que représente Corbyn au Labor.

    Après moi le déluge. Il a peut-être agité l’épouvantail ‘Farage’ devant leur nez et ils ont jugé que cela peut être encore pire à gérer.

    Bon, attendons ces 30 prochains jours pour en savoir plus. Mais, ce n’est que mon avis personnel.

  • 23 août 2019 à 5 h 12 min
    Permalink

    Concernant le Brexit, deux solutions seulement existe en réalité en raison du manque de personnel et de temps pour défaire et refaire de nouveaux accords juridiques tissés depuis pr que 50 ans:
    – soit un traité à la norvégienne
    – soit un no deal avec mise en place de s règles de l.OMC.
    Dans ce cas, énorme choc sur l.industrie européenne et surtout britannique en raison de la mise en place de contrôle douanier qui mettront en difficulté le transport des différentes pièces industrielles.
    Dans certaines branches, les britanniques peuvent disparaître du jour au lendemain des marchés européens en raison de retard au niveau des douanes.
    De toute façon, BoJo ne possède qu.une seule voix d.avance pour sa majorité, se présente fin septembre au congrès de son parti en position défavorable et le temps est d.ores et déjà trop limité pour changer les traités.
    A partir de là, deux solutions , soit Bojo impose un no deal catastrophique dans les conditions minimales de l.Omc .
    Soit il se retrouve dans l.impossibilite d.imposer le no deal et on continue à pourrir la situation anglaise en se rapprochant de plus en plus avec une solution à la norvégienne et très probablement des élections anticipées en GB.
    Pendant ce temps, les investisseurs ne sauront toujours pas sur quel pieds danser et la livre servira d.amortisseur en perdant de sa valeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *