BNS: David contre Goliath

Le site zerohedge consacre un billet fort intéressant sur l’activité de la BNS avec son plancher à 1.2 CHF pour 1 EUR.

Les économistes sont divisés sur le sujet: la strategie de la bns divise les economistes (20 minutes)

Pour rappel tous mes articles concernant la BNS: Crottaz-BNS

Je résume brièvement l’article de zerohedge. Les graphiques parlent d’eux-mêmes

  • La BNS a augmenté ses positions en monnaies étrangères en passant de moins de 100 milliards de CHF à fin 2009 à 300 milliards (ou 60% du PIB) au 3ème trimestre 2011. C’est une somme importante pour un petit pays. (CHF 50’000 par citoyen !)
  • La BNS a aussi acheté beaucoup de USD (doublement de sa détention au Q3).
  • Depuis début 2010 la BNS n’a pas réussi à contrer la baisse de l’euro.

 

  • L’or (jaune) est évalué mark-to-market et engendre un gros impact que le compte perte et profit de la BNS.
  • Comme la BNS invsestit dans des obligations étrangères (bleu), un changement de taux a un impact important sur les cours des obligations.
  • Le BNS semble posséder aussi une grande position en actions. Au Q3 les principaux indices ont chuté de 11%(SMI), 14& SP500) et 25% (DAX). En tenant compte d’une baisse moyenne de 15% la BNS doit avoir environ 20 milliards en actions (étant donné la perte de 3 milliards au 3ème trimestre dans les comptes).
  • Le plus grand impact vient des positions en devises (rouge). Sur 5 trimestres (Q2/00 à Q2/11, la BNS a perdu 42 milliards ou 8% du PIB. C’est un montant énorme qui se voit généralement en uniquement en période de crise.

 

article complet: David Versus Goliath – The SNB Against Everybody Else

ndlr: ça fait peur !

   Envoyer l'article en PDF   

13 réflexions au sujet de « BNS: David contre Goliath »

  • 5 juin 2012 à 15 h 24 min
    Permalink

    C’est une bonne stratégie pour lier sa monnaie aux cancres de l’euro et du dollar.

    À croire que chacun fait en sorte de ne pas arriver premier pour garder sa monnaie compétitive !

  • 5 juin 2012 à 16 h 40 min
    Permalink

    Votre concitoyen M Faber parlait il y a quelques années (déjà) d’un concourt pour la plus mauvaise monnaie.Visiblement, vous ne savez pas jouer à “qui perd gagne”…A çà, les ricains sont imbattables, dollar oblige.Les japonnais ont tout tenté, en vain.Même l’euro a du mal.voyez si c’est peu dire !

  • 5 juin 2012 à 18 h 44 min
    Permalink

    euh
    au fait quel interêt de ne pas laisser le franc suisse monter et l’accrocher à l’euro ?
    Le franc suisse a toujours été une valeur refuge (cf années 80), les frontaliers français (ceux qui travaillent en suisse, dans des emplois que les suisses ne veulent pas faire) se frottent les mains.

  • 6 juin 2012 à 17 h 33 min
    Permalink

    Pourquoi s’en faire ?
    La BNS achète des euros et des dollars avec son propre papier, ses propre chèques sans provisions.
    Quand la panique s’apèsera, car elle s’apèsera, le franc suisse tombera comme une pierre.Non pas parce qu’il sera devenu plus mauvais mais parce que on voudra acheter ce qui va monter.Alors, vous serez très contents d’avoir ces euros (si il ne disparait pas, ce qui est très probable), et aussi ces dollars.Elle peut effacer une grande partie de ses pertes éventuelles avec son papier qui restera très demandé !Il y a des sorts plus tristes que le votre !

  • 6 juin 2012 à 18 h 40 min
    Permalink

    Si ça continue, il va falloir renflouer le BNS. Mais qui peu le faire ?

  • 6 juin 2012 à 22 h 30 min
    Permalink

    bonsoir Monsieur Crottaz,
    je vous trouve bien définitif. La BNS défend les exportations helvétiques. Si l’euro était à 0.80 CHF excepté l’horlogerie et la chimie (pharma), je ne sais pas ce qui passerait nos frontières.
    Il est facile de critiquer mais j’avoue avoir de la peine à savoir ce qui serait juste de pratiquer dans un tel climat. Ce soir, j’ai entendu la première piste intelligente concernant les sommes faramineuses créées par la BNS et qui ne servent à rien: créer un fonds souverain et acheter du tangible, notamment des participations dans des sociétés saines.

  • 7 juin 2012 à 0 h 42 min
    Permalink

    Les sommes faramineuses créées ne servent pas à rien, elles sont en partie investies dans des obligations allemandes rémunératrices.
    Ce papier est bien créé à partir de rien, il ne doit en aucun cas “atterrir” dans l’économie réelle mais repartir d’ou il vient le plus vite possible.
    Je rejoins pat-mail, l’euro s’appreciera à moyen terme – Tout le monde le voit s’effondrer il ne peut plus que monter 😉

  • 7 juin 2012 à 10 h 01 min
    Permalink

    un fonds souverain ! Bonne idée !
    mais que vont-ils acheter ? des Apple au top ?
    L’histoire nous montre que les compétences de gestion sont parfois très limitées. N’ont-ils pas vendu de l’or à 300 USD l’once ?…
    si l’histoire doit nous servir de guide, on crée le fonds souverain et on fait le contraire de ce qu’il proposent de faire.
    au sujet de ce floor je me baise principalement sur le passé. Les tentatives ont toujours échoué !

    Ecoutez l’audio de marc Faber, tout y est dit

  • 7 juin 2012 à 20 h 14 min
    Permalink

    Je ne suis pas optimiste du tout.Nous en zérozone allons nous éteindre dans une lente et douloureuse agonie…Nous ne lacherons l’euro que lors de notre dernier râle.
    Même Jean Marc Daniel europhile convaincu se met à dire que les allemands veulent quitter l’euro et rejetter la faute sur les grecs.
    Seule la peur du vide les retient.Hollande qui parait-il aimait rigoler se fige alors qu’il n’a pas encore les vrais comptes de la France.
    Je dis seulement que vous suisses souffrirez bien moins que nous.

  • 7 juin 2012 à 20 h 19 min
    Permalink

    J’oubliais : dans la bible, qui a gagné déjà ?
    Ah oui, c’est le petit David.

  • 7 juin 2012 à 21 h 16 min
    Permalink

    Faber, Soros, Daniel, il ne manque plus qu’Attali !
    Le gros problème c’est le système bancaire, l’énorme problème les médias.
    L’euro ? toujours à +50% par rapport au Dollar en 10 ans. Il est ou le pb ? Avec la Grèce qui pèse 2% du PIB européen ? qui parle de la Californie et de l’endettement Japonais ?
    Qui a intérêt à ce que l’euro disparaisse ? Même pas la Suisse le premier de la classe alors les autres, n’en parlons pas.
    L’EUR/CHF était à 1.24 en début d’année, qu’est-ce qui a changé depuis en Europe – rien! à part le buzz des médias. Ce n’est pas David contre Goliath mais plutôt le buzz de la presse Anglo-saxonne.

  • 7 juin 2012 à 21 h 38 min
    Permalink

    On peut parier que les grecs vont paniquer le 17.L’euro restera.Mais à quel prix !

Les commentaires sont fermés.