BNS, les taux vont encore être baissés

Je vous ai parlé de long en large de la BNS : ici : https://www.crottaz-finance.ch/blog/tag/bns/

  1. De son bilan démesuré supérieur au PIB suisse
  2. De ne pas avoir vendu les euros achetés quand elle le pouvait
  3. D’avoir dû abandonner le taux plancher de 1.2 CHF pour 1 EUR sous la pression du marché (je l’avais prévu, mais la BNS a quand même tenu 3 ans et demi)
  4. Qu’avec les taux négatifs, les caisses de pensions (donc les retraites) subissent des ponctions anormales
  5. Que la BNS ne veux pas acheter d’or au risque de décrédibiliser les monnaies fiduciaires
  6. Que les taux négatifs sur le Franc Suisse mettent les banques dans la panade car si ces dernières les répercutent sur les grand clients, elles n’osent pas sur les petits de peur de voir un bank run

Désormais, je vous annonce que la BNS n’a pas d’autres choix que de baisser encore les taux.

Evolution de CHF contre EUR

Pourquoi ? Parce que les taux sont devenus négatifs sur les autres devises et pays (France jusqu’à 10 ans entre autres, voir plus bas) et que les taux aux USA sont en train de baisser. Malgré des taux négatifs sur le CHF jusqu’à l’échéance de 50 ans, il va falloir se résoudre à faire quelque chose !

Les taux à 50 ans sur le CHF
Les taux deviennent négatifs dans le monde entier, la Suisse perd son effet concurrentiel
Le bilan de la BNS est supérieur au PIB

En conclusion, préparez-vous à une baisse drastique prochaine des taux en Suisse.

Je me permets de vous mentionner un livre concernant la BNS

et l’impact des taux négatifs. Merci à Vincent Held :

Le crépuscule de la banque nationale suisse: http://www.heidiffusion.ch/Detail/Editions/livre/xenia-editions/held-vincent/le-crepuscule-de-la-banque-nationale-suisse/9782888922124

la BNS aspire l’épargne : https://www.illustre.ch/magazine/bns-aspire-lepargne-suisses

   Envoyer l'article en PDF   

Qui est sur ou sous-évalué ?

En octobre 2015, je vous avais poussé un cri d’achat dans mon article : c’est parti mon goldy. L’or avait touché un bas vers 1050 USD l’once et les commentaires négatifs s’accumulaient. Force est de constater que c’était un bon appel à l’achat. En août 2017, je me suis permis de repousser un cri : c’est reparti mon goldy

Voici le graphique montrant à quel moment j’ai recommandé d’acheter de l’or

Le propos du jour est que – malheureusement pour les investisseurs en actions – les titres (actions) miniers n’ont pas beaucoup réagit à la hausse du sous-jacent or. Pour l’instant, car je n’ai pas de doutes au sujet de la finalité du mouvement car 100 USD de hausse sur le sous-jacent métal engendre un énorme impact sur la valeur de l’actif et des bénéfices. Voici les graphiques du GDX et du GDXJ (junior mining)

Suite à la hausse de l’or et la non réaction des actions minières, il s’en suit une grande divergence d’évolution qu’on peut constater dans deux graphiques très parlants.

La Barron’s index divisé par le prix de l’or
Les indices XAU et HUI (miniers) divisés par le cours de l’or

En Conclusion, soit, l’or est trop haut, soit les mines sont (beaucoup) trop basses !

   Envoyer l'article en PDF