Vidéo: L’histoire de New York

et des Etat-Unis ! On y retrouve la grande dépression et la crise de 1929 expliquées.  Je vous avais déjà mis ces vidéos en 2011.

De grands points communs juste avant la crise de 29 à mettre en perspective avec l’actualité de nos jours.
Si vous devez regardez UN épisode (ou une partie) regardez le no5 ! Dès la minutes 17:00, on y retrouve exactement ce qui se passe aujourd’hui……si l’histoire doit nous servir de guide.


L’histoire de New York (1-5) – Campagne et… par lhistoirestuncombat


L’histoire de New York (2-5) – Ordre et… par lhistoirestuncombat


L’histoire de New York (3-5) – Soleil et ombre… par lhistoirestuncombat


L’histoire de New York (4-5) – Pouvoir et… par lhistoirestuncombat

La page 183 de ce livre: Scott Fitzgerald est citée:

page183

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

10 réflexions au sujet de « Vidéo: L’histoire de New York »

  • 11 février 2016 à 21 h 43 min
    Permalink

    Bonjour Olivier.

    Effectivement la situation est identique qu’en 1929. Je regarderai les autres vidéo, plus tard.

  • 12 février 2016 à 10 h 08 min
    Permalink

    Quelques réflexions

    1) la situation des années 1927 – 28 peut aussi être comparée aux années d’avant la bulle internet, peut-être même plus car il y avait à cette époque le sentiment d’avancées technologiques majeures (électronique, internet, réseaux sociaux,…) comme à l’époque (automobiles, gratte-ciel,…)

    2) la crise boursière des années 29 et suivantes a été engendrée par la politique déflationniste de la Fed menée dès 1927, sa répercussion sur l’économie provenant des mesures inadéquates de l’administration Hoover (protectionnisme, soutiens publics – donc artificiels – à l’économie couplés à une réduction de la masse monétaire) ensuite amplifiées par Roosevelt après sa victoire de 1932 ;
    nous ne sommes plus du tout dans le même cas de figure

    3) la situation actuelle est absolument sans précédent par l’action concertée des banques centrales créant de l’argent ex nihilo; et toutes les hypothèses sont, à ce jour, encore envisageables, du désastre et fiasco le plus complet à l’embellie et la résurrection de la croissance en passant par une stagnation à la japonaise

    4) lorsque l’impact économique et financier du réchauffement climatique et de la démographie mondiale (il y a en 2016 plus du double de personnes qu’au jour de ma naissance dans les années 60) aura été pris en compte par le monde financier, qui y voit aujourd’hui une opportunité plutôt qu’un problème, on peut s’attendre à des turbulences encore plus importantes.

    A mon avis, la tempête financière actuelle est encore conjoncturelle, elle pourrait devenir structurelle en cas de réponses inadéquate des banques centrales couplées à un véritable effondrement de la Chine.

  • 12 février 2016 à 14 h 25 min
    Permalink

    Pour information, sachez que les investisseurs institutionnels ont vendu les actions qu’ils détenaient.

  • 12 février 2016 à 14 h 34 min
    Permalink

    quelle est votre source Colas ?
    quels institutionnels etc

    merci

  • 12 février 2016 à 16 h 03 min
    Permalink

    Je travaille chez un assureur (pas le plus petit) en Belgique, et nous avons décidé de passer très très largement en dessous de nos allocations d’assets en actions. Evidemment, l’entrée en vigueur au 1.1.2016 de la directive européenne Solvency II, qui pénalise en termes de fonds propres les investissements en action, n’a pas aidé…

  • 12 février 2016 à 16 h 16 min
    Permalink

    c’est donc plus une obligation légale qu’une volonté. Ici les intervenants (bancaires) sont plutôt à l’achat. je vois un rebond mais il ne va pas durer

    en décembre une grande banque a vendu tout l’or pour acheter des actions européennes….J’ai la source (banque de Genève)

  • 12 février 2016 à 17 h 09 min
    Permalink

    Je m’interroge quant au timing de la banque de Genève…Peut-être voulait-elle se créer des pertes fiscales pour engranger des profits détaxés pendant quelques années (méthode BNPP en rachetant Fortis en Belgique)? je galège, là.

    Pour ce qui est d’un rebond, beaucoup d’analystes avisés (Loïc Abadie, Parthénon et Jérôme Boumengel sur tendance.com)pensent, comme vous, à un rebond limité retraçant une partie de la baisse récente. Puis une nouvelle jambe de baisse, importante.

  • 15 février 2016 à 10 h 05 min
    Permalink

    colas vous avez de ces expressions toutes faites et copiées du monde financier – expressions multiples qui me font toutes marrer tant on essaie de donner une explication complexe à un phénomène trop simple: « Une nouvelle jambe de baisse importante ». C’est vrai que de dire une nouvelle baisse c’est trop ringard. Par contre une nouvelle « jambe de baisse » ça c’est le top! Je me demande bien qui a pu créer une telle expression car j’essaie d’imaginer une jambe de baisse, mais la seule chose qui me vienne à l’esprit est « une nouvelle jambe de baise » expression très usitée dans le monde porno…. 🙂

  • 15 février 2016 à 13 h 30 min
    Permalink

    Dans la même verve j’adore les expressions  » Indicateurs de sentiment(IS) » ou « small caps »(pour « petites capitalisations ») ou « uppercase capital » pour littéralement capital en majuscule! et autres verbiages snob et totalement fuperfétatoire qui pourrait correspondre à ce que les romains appelaient De peregrinatione ad Urbem ou Utopiensium! Je vous laisse trouver la traduction mais exprime pleinement le concept « d’Uberisation » de l’économie des taxis, du logement, de l’hôtellerie, bref de l’économie dite libérale mais esclavagiste et anarchiste. Je vous laisse réfléchir à toutes ces co****ies qui font qu’on supprime les accents de la langue française sans comprendre son histoire, l’histoire des mots donc leur compréhension, pour les remplacer par un verbiage grossier ou loutish(c’est de l’anglais!) ou mieux obscure pour faire croire à des sciences mathématiques complexes alors qu’elles sont copiées dans leur intégralité des mathématiques de probabilité. Ou comment rendre compliqué ce qui est simple pour noyer la compréhension des gens sincères et honnêtes que ces crapules de financiers considèrent comme des « naïfs ». J’attends avec impatience que quelques têtes de banquiers et de spéculateurs tombent enfin.

Les commentaires sont fermés.