Vidéo: L’âge des machines

Je n’ai pas trouvé la vidéo en français qui est passée sur la 5.

Voici donc la version originale en anglais

Rise of the Machines, Mega Truck, History channel

Ces camions sont fabuleux !

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « Vidéo: L’âge des machines »

  • 14 octobre 2015 à 21 h 47 min
    Permalink

    Dans le reportage le méga camion est un Liebherr T284 transportant des charges de 50’000 tonnes de roches dans des conditions extrêmes; jusqu’à 400 tonnes de charge, soit l’équivalent du poids d’un porte-avion. Il s’agit du plus gros camion au monde(2012), avec une hauteur équivalente à une maison de deux étages. Son poids à vide est de 237- 261 tonnes, son poids brut 600-661 tonnes. Il est composé de 50’000 pièces et est constitué de 240 tonnes de métal. Il consomme 460 litres de diesel à l’heure, produisant 360 explosions par seconde. Son moteur de 10 tonnes et 4’000 chevaux possède une force de traction égale à celle d’une locomotive et fournit une puissance de 3mW, assez pour alimenter une petite ville. Son prix? 5,5 Millions de $. Une fois le minerai atteint, chaque chargement d’or transporté par le méga camion peut valoir jusqu’à 130’000 $.

    Un pneu de 5 tonnes qui éclate causera une telle pression qu’il risque de tuer le conducteur s’il atteint la cabine! Afin d’éviter tout accident, les pneus d’une valeur de 70’000 $ sont inspectés quotidiennement et remplacés tous les 135’000 km.

    Pour ne pas prendre feu sous l’intense chaleur du désert, mais aussi celle qu’il produit lui-même, le méga camion est muni de 100 mètres de tuyaux en acier inoxydable reliés à des réservoirs de poudre d’extinction, prête à être projetée en tout temps. Toute chaleur excessive déclenchera automatiquement la poudre (d’une valeur de 16’000$) vers les points névralgiques du méga-camion. Pour assurer son parfait état de marche, il faut un personnel de plusieurs employés pour un entretien 24 heures/24 heures!

    Le méga camion possède son propre système de défense contre la poussière inspiré de la nature. 240’000 litres d’air à la minute sont nécessaires pour alimenter les 20 cylindres qui doivent demeurer purs (propres) en tout temps. Pour ce faire, la technologie s’est inspirée de la tornade; au même titre que l’œil d’une tempête demeure libre de poussière, le moteur fait de même grâce à 450 tubes qui dirigent l’air à celui-ci tout en évacuant la poussière vers le bas.

    Liebherr est une entreprise allemande et de droit suisse (Siège social à Bulle dans le canton de Fribourg) non cotée en bourse. Elle a fait fortune dès 1949 pour la reconstruction de l’Allemagne, grâce à Hans Liebherr en adaptant les grues portuaires, qui a mis au point la première pelle hydraulique mobile L 300, première jamais construite sur le continent européen en 1954. Le groupe dispose aussi de six hôtels en Autriche, Irlande et Allemagne. Il décède en 1993 à Vevey en Suisse, commandeur de l’ordre du Mérite de la République fédérale d’Allemagne.

    En fait tout est fait pour bichonner et protéger le camion mais pas le conducteur…

    On appelle méga camion (mega truck ou gigaliner) tout véhicule allant jusqu’à 60 tonnes, entre 18,75-25,25 mètre de long. Discussions entre la Suisse et l’Union Européenne ici: http://www.astra.admin.ch/themen/schwerverkehr/04298/?lang=fr

    Ces camions sont dangereux sur les routes car encombrants. Ils sont chers car obligent des dépenses étatiques pour adapter le réseau routier, les carrefours et le mobilier urbain. Et très polluant en CO2 dans l’atmosphère et en particules fines (diesel). De plus ils « tuent » le fret ferroviaire. Les pétitions pour les interdire en Europe pullulent! L’Europe réfléchie de les introduire. La Suisse pour le moment se dit contraire. 15 parlements cantonaux sont en train de traiter des initiatives cantonales qui demandent au Conseil fédéral d’être ferme sur sa position de rejet et de montrer clairement son opposition à l’UE à ce sujet.

    Le trafic des poids lourds est responsable de la près de la moitié de la facture sanitaire de la pollution de l’air liée au transport routier, avec un coût annuel évalué entre 43 et 46 Md€. Le rapport 2013 de la « European Environment Agency (EEA) » (téléchargeable ici: http://www.eea.europa.eu/publications/road-user-charges-for-vehicles ) précise que les camions génèrent de 40 à 50% de la pollution par les oxydes d’azote (NOx) et ajoute que le diesel est cancérogène pour l’homme depuis 2012 – Cela correspond à 3 millions de jours de congé maladie par an et à 350.000 décès prématurés. L’AEE a étudié les coûts sanitaires de 66 catégories de véhicules en fonction de 3 types de route (périurbaines, nationales et autoroutes) situés dans 30 pays et 108 villes et s’est basée sur les émissions de N, NOx et de particules fines PM2,5.

    C’est en Suisse que se trouvent les factures les plus lourdes: 0,12 €/km pour un camion de 12/14 tonnes de norme 3. L’Allemagne, l’Autriche, l’Italie, le Luxembourg et la Roumanie affichent également des taux élevés, de l’ordre de 0,08 €/km en raison de fortes densités de population au sein de régions enclavées ou montagneuses, où la pollution se dissipe moins vite. Tous véhicules confondus et toujours d’un point de vue sanitaire, la pollution due aux PM2,5 coûte 86€/kg d’émissions aux Pays-Bas, 83€ en Belgique, 70€ en Suisse, 47€ en France. Celle due aux oxydes d’azote (NOx) s’élève à 27€/kg en Suisse, à 18€ en Allemagne, Roumanie, Luxembourg, Autriche, Italie, et à 17€ en France.

    Dans la directive Eurovignette de 2011, Jacqueline Mc Glade, directrice exécutive de l’AEE disait ceci: «Les économies européennes reposent sur le transport de marchandises sur de longues distances. Mais il y a également un coût caché qui se paie en années de problèmes de santé et en vies perdues. Ce coût est particulièrement élevé pour les personnes vivant à proximité des principaux axes européens de transport. En intégrant ce coût au prix des marchandises, nous pouvons encourager des méthodes de transport plus saines et des technologies plus propres».

    Dans le long reportage américain, aucun mot sur la santé des conducteurs qui dégustent allègrement en particules fines, en CO2, en oxyde d’azote, en poussières de minerai, etc. J’avais vu un rapport que je n’arrive pas à retrouver, il y a un an ou deux sur la forte mortalité et morbidité des conducteurs de ces mega truck T284, T282, T260 aux Etats-Unis et partout dans le monde car elles sont nombreuses ces multinationales à utiliser ces engins (glencore par exemple, ou Areva…) mais toutes cachent la réalité: le fort taux de morbidité et de mortalité des conducteurs et des employés sur sites.

    Je ne parle pas des dégâts environnementaux dus aux mines à ciel ouvert… et à la cyanuration de l’or et élution. Comme pour Tchernobyl ou Fukushima ou le problème de l’amiante, ce problème refera surface je suis prêt à le parier. Quand on ne pourra plus cacher « la merde » sous le tapis!

    Tous les minerais n’offrent pas la même teneur en or. Une tonne de minerai ne contient pas le même nombre de grammes d’or partout dans le monde. Les minerais les plus riches sont localisés en Afrique du Sud pour environ 20 grammes d’or par tonne de minerai et au Canada avec 18 grammes d’or par tonne de minerai, suivis par les Etats-Unis avec 5 grammes d’or par tonne de minerai. Pour quel bilan énergétique ? En 2012, l’or était réparti comme suit : environ 50 % étaient utilisés pour la joaillerie, avec une perte de 2 %, environ 12% étaient alloués à l’industrie, 17% étaient destinés à l’investissement privé et 19% constituaient les réserves des banques centrales soit 32’500 tonnes… Que personne ne sait où ils se trouvent réellement.

  • 19 mars 2018 à 22 h 19 min
    Permalink

    Merci à Olivier, et à Amora pour son commentaire très documenté.
    Je suis client chez Liebher, à hauteur d’un réfrigérateur !

Les commentaires sont fermés.