Un pas en avant, un pas en arrière, le tango des politiques et la compétitivité

Après le pseudo referendum grec, voici qu’on met une pression énorme pour empêcher les dévaluations monétaires compétitives:

On peut lire dans le communiqué du G20: « We affirm our commitment to refrain from competitive devaluation of currencies » et on peut lire dans le communiqué du FSB : FSB announces its new Chairman and Vice-Chairman

The FSB announced the appointment of Mark Carney as its new Chairman, succeeding Mario Draghi, and Philipp Hildebrand as Vice-Chairman, both as of 4 November. (http://www.snb.ch/fr/mmr/reference/pre_20111104_1/source/pre_20111104_1.fr.pdf%20)

De cette dernière annonce, on note que Philippe Hildebrand (de la BNS) est nommé « vice-chairman »  du FSB ( http://www.financialstabilityboard.org/ à ne pas confondre avec le EFSF: http://www.efsf.europa.eu/about/index.htm ) et on peut lire sur le site de la BNS la déclaration de M. Hildebrand au sujet de sa nomination: http://www.snb.ch/fr/mmr/reference/pre_20111104_2/source/pre_20111104_2.fr.pdf

De plus, ce week-end on peut lire dans les journaux:

« La Banque nationale suisse (BNS) est prête à agir à nouveau sur le marché des devises pour affaiblir le franc, deux mois après sa première intervention. Pour son président, Philippe Hildebrand, la monnaie helvétique reste surévaluée et que la BNS pourrait à nouveau intervenir pour affaiblir le CHF »

La BNS prête à de nouvelles mesures pour affaiblir le franc

On constate donc toutes les contradictions de ce monde. Il faudrait savoir ! Dévaluation compétitive ou non ?

M.Hildebrand joue dans quelle équipe ? L’a-t-on nommé pour le museler ? Sera-t-il aussi libre au volant de la BNS désormais ? Ou s’attache-ton les services de celui que certians considèrent comme le meilleur « banquier » du monde ?

Il est ainsi fort probable que la BNS intervienne à nouveau (seule, comme la dernière fois) pour affaiblir le CHF. Un plancher de 1,30 contre euro n’est donc pas impossible. Les syndicats suisse réclament même 1,40 .

Suite au G20 et FSB, Jean-Pierre Chevallier nous livre un graphique du levier des banques dans le monde.

lien de son article: http://www.jpchevallier.com/article-leverage-des-banques-systemiques-88064196.html

Monsieur Chevallier constate aussi la classe de la BNS et M.Hildebrand: http://www.jpchevallier.com/article-bns-bravo-les-artistes-87651264.html et affirme que la BNS va s’enrichir quoiqu’il arrive: http://www.jpchevallier.com/article-bns-franc-et-87259565.html

Ce avec quoi je suis en désaccord, car au moment où il va falloir défendre un plancher, la BNS va devoir se mettre en position acheteuse d’euros et là, nous allons voir ce que nous allons voir ! La guerre des dévaluations compétitives va reprendre ?

On comprend dès lors pourquoi Nicolas, Barak et les autres mettent une pression démoniaque sur la Suisse en attaquant ce « soi-disant » paradis fiscal (alors que l’OCDE constate les efforts de cette même Helvétie). Philippe Barraud exprime se que ressent une grande partie des suisses qui se sentent lachés et peu défendus: http://www.commentaires.com/suisse/m-sarkozy-nous-ne-voulons-pas-dun-gauleiter

Nicolas ferait mieux de se demander pourquoi autant de contribuables partent, pourquoi en Grèce il y a plus de Porsche que de contribuables déclarant plus de 50’000 euros de revenus (ici: http://blogs.telegraph.co.uk/finance/ianmcowie/100012894/fast-cars-and-loose-fiscal-morals-there-are-more-porsches-in-greece-than-taxpayers-declaring-50000-euro-incomes/ ) et d’attaquer les vrais paradis fiscaux: notamment d’autres pays comme le Royaume-Uni avec les Trusts anglo-saxons ( Le trust, rival gagnant du secret bancaire ) et aux Etats-Unis avec le Delaware.

La maxime du jour: « Il est plus facile de voir la paille dans l’oeil du voisin et que la poutre dans le sien »

 

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

7 réflexions au sujet de « Un pas en avant, un pas en arrière, le tango des politiques et la compétitivité »

  • 6 novembre 2011 à 17 h 45 min
    Permalink

    Cher Olivier,

    on peut tourner le probleme dans tous les sens, mais apres 30 ans de deficits et fuite en avant , y a pas d’autres choix que stagflation et deleveraging de la dette, avec hausse des taux à la clef !

    http://www.atlantico.fr/decryptage/allemagne-europe-bce-sortie-euro-rumeur-impression-billets-deutschemarks-simone-wapler-217130.html

    attendre 1.3 ou 1.4chf pour convertir nos € surevalués de Francais…du gold et silver, du faz et bx4 pour couvrir tout ca….et on attend le reset…qui arrivera surement avant 2014.

    donc avoir des actifs réels ( oil, gas ) et pas de dettes, mais pas encore d’immo en France surevallué de 40 à 50 % d’apres la courbe centenaire de Friggit

  • 6 novembre 2011 à 17 h 51 min
    Permalink

    Bonjour,
    Nos chers amis Grecs font payer aux contribuables européens les împôts que eux ne payent pas.
    Historiquement ce beau pays a toujours été en déficit; mais je pense que ce sont les très grosses commandes d’armement qu’ils passent en particulier à l’Allemagne qui en douce leur fait sois-disant « la morale ».

    Bien cordialement.

    J.T.
    MARSEILLE.

  • 6 novembre 2011 à 18 h 53 min
    Permalink

    @Elton : FAZ c’est pour le très court terme; ça pue la charogne très vite en couverture moyen ou long terme, regardez le chart sur 5 ans et vous allez comprendre.

  • 6 novembre 2011 à 23 h 42 min
    Permalink

    Le Président de la BNS nommé vice-président du Conseil de stabilité financière.

    Pour moi ce serait plutôt un pas en avant vers l’adhésion de la Confédération à l’euro.

    Maintenant, reste à savoir si les citoyens helvétiques seront consultés car le référendum semble être passé de mode.

    Quand l’UE sera au bord de la ruine, la BCE se verra autorisée à monétiser les dettes, d’ici là le franc suisse aura vécu.

    Les paris sont ouverts

  • 7 novembre 2011 à 9 h 24 min
    Permalink

    « y a pas d’autres choix que stagflation »

    On rappellera ici la formule très pertinente d’Olivier Delamarche: s’il existait un bouton sur lequel il suffit d’appuyer pour obtenir de l’inflation, ça se saurait.

    « reste à savoir si les citoyens helvétiques seront consultés »

    En CH, ce ne sont heureusement pas les politicards qui décident, mais la Constitution.

  • 7 novembre 2011 à 9 h 42 min
    Permalink

    La BNS fait du bluff avec ces 1,3,pour ceux qui ont du CHF achète de l’Euros.

  • 7 novembre 2011 à 12 h 11 min
    Permalink

    N’oublions pas les paradis fiscaux européens tels que Jersey, Guernsey, Madeira, Cypre, Malte, etc.

Les commentaires sont fermés.