Notre ministre des finances ne sait pas qui est actionnaire de la BNS

Je vous laisse vous poser la question sur les connaissances de ceux qui nous dirigent.

A une minute et 30 secondes, Monsieur Broulis avance que les cantons sont propriétaires de la BNS à 2/3 et la confédération à hauteur  1/3.

Ah bon j’apprends quelque chose….sachant que la BNS est cotée en Bourse et qu’1/3 est détenu en mains privées, 1/3 par les banques cantonales et 1/3 par les cantons, je ne comprends pas d’où il tient cela (et par la même occasion, les journalistes ne savent rien non plus (ils auraient pu se préparer non ??))

En tant que ministres des finances cantonales, recevant de l’argent de la BNS, la moindre des choses c’est de savoir qui nous versent de l’argent gratuit.

Par contre, il souligne un point important et très juste..1 centimes de variations de l’EURO c’est ENORME !!! Je ne me réjouis pas de voir l’EURO ou le USD s’écrouler.

En 2011, ils craignait déjà qu’on coupe cette manne qui tombe du ciel.

Les cantons ont besoin des dividendes de la Banque nationale suisse

Il s’inquiétait aussi du soutien de la BNS à l’euro à hauteur de 30 milliards (aujourd’hui 200 !)

 

Only time will tell

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

L’assurance chômage suisse en futur danger ?

Billet invité: Sébastien Roten

Le 1er janvier 1984, la Suisse mit en place le système de l’assurance-chômage obligatoire.

Ce système visait et vise toujours à permettre aux travailleurs ayant perdu leur emploi, à temps complet ou partiel, de toucher une indemnité correspondant à 70% (voir 80% dans certains cas (marié, enfants)) de leur dernier salaire (mais avec un maximum, cf. ci-dessous) pendant une durée déterminée.

Actuellement le nombre de chômeur en Suisse touche 118’860 personnes (fin mai 2012) et représente 3% de la population active.

Chiffres clés du chômage, lien : http://www.seco.admin.ch/themen/00385/00387/index.html?lang=fr

Afin de mieux comprendre le fonctionnement de ce système, voici les chiffres clés des conditions et prestations de deux cantons (Genève et Vaud) concernant l’Assurance Chômage (AC) ainsi que les chiffres du Bilan de cette dernière :

Canton de Vaud

http://www.vaud.ch/fr/prestations/expat-guide/travailler/chomage/

Condition principale : avoir cotisé au moins 12 mois durant les 2 dernières années

Durée d’indemnité : 18 mois en moyenne (24 mois pour les plus de 55 ans)

Montant des indemnités * : max  Frs 328.- p/jour ouvrable (soit environ Frs 7’216 brut p/mois)

*70%, voir 80% dans certains cas, du dernier salaire mais au maximum Frs 328.- p/jour ouvrable

 

Canton de Genève

http://www.ge.ch/emploi-recherche/indemnites_chomage.asp#4

Condition principale : avoir cotisé au moins 12, 18 ou 22 mois durant les 2 dernières années

Durée d’indemnité : 400 jours ouvrables si vous avez cotisé au moins 18 mois et jusqu’à 520 jours si vous avez cotisé au moins 22 mois.

Montant des indemnités * : max  Frs 338.70 p/jour ouvrable (soit Frs 7’350 brut p/mois)

*70%, voir 80% dans certains cas, du dernier salaire mais au maximum Frs 338.70 p/jour ouvrable¨

 

Chiffres clés du bilan de l’Assurance Chômage (AC) 2011

http://www.espace-emploi.ch/ueberuns/arbeitslosenversicherung/

RECETTES

Montant(s)

CHARGES

Montant(s)

Cotisations   versées

6’144’800’000

Indemnités   versées aux chômeurs

4’157’900’000

Participation   de la Confédération et des Cantons

1’063’200’000

Frais   d’administration des caisses

613’100’000

 

 

Indemnités   RHT, MMT et relatifs aux accords bilatéraux CH-UE 

673’200’000

 

 

Divers

136’300’000

 

 

Résultat d’exploitation

1’627’500’000

 

7’208’000’000

 

7’208’000’000

 

Un chômeur du secteur bancaire 2,6 fois plus onéreux qu’un chômeur lambda !

En 2011, le montant moyen alloué par chômeur et par mois s’élevait à Frs 2’817.- en tenant compte des chiffres du bilan de l’AC mentionnés précédemment ainsi que le nombre moyen de chômeur (123’000) pour cette année là.

Les futures chômeurs du secteur bancaire toucheront le maximum de l’indemnité (car hauts salaires), soit Frs 7’350.- par mois pour Genève par exemple (70% de Frs 10’500)! 2,6 fois plus que le montant moyen versé à un chômeur moyen en 2011 !

Une petite augmentation de 18’500 chômeurs supplémentaires et provenant du secteur de la finance suffirait à « manger » la totalité du résultat d’exploitation de 1.6 milliard de Francs Suisses !

Je rappelle que ce résultat d’exploitation bénéficie déjà d’une participation financière supplémentaire de plus d’un milliard de la part de la Confédération et des Cantons ! (cf. tableau du Bilan ci-dessus)

Les experts anticipent une vague de 30 à 50’000 futures chômeurs provenant des milieux financiers !!!

Faites vos calculs !

A mon avis c’est pas gagné. Il se peut donc que l’Etat providence change les règles et révise à la baisse ses prestations chômage en cas de besoin de financement.

 

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Les cantons suisses « assistés » ?

Pascal Broulis le grand argentier du canton de Vaud s’inquiète de plus recevoir son dividende de la part de la BNS !

Les cantons ont besoin des dividendes de la Banque nationale suisse

et certains proposent des remèdes contre la force du franc suisse qui a pénalisé la BNS dans ses résultats: Vendre l’or de la BNS ou payer les salariés en euros et Des pistes pour contenir la force du franc

Pour mémoire, voici la liste de mes articles au sujet la BNS: http://blog.crottaz-finance.ch/?tag=bns

Pour revenir sur la BNS, elle se doit d’essayer de réguler le marché et juguler les hausses et baisses du franc suisse.

Au sujet de ce dernier, ce n’est pas lui qui monte, mais l’euro et le dollar américain qui baissent. Preuve en est que le YEN, le dollar australien sont en hausse 2010 contre le CHF et d’autres monnaies périphériques n’ont pas chuté comme les devises européennes et américaines.

La BNS distribue ses bénéfices aux cantons, mais ce n’est pas un dû contrairement à ce que Pascal Broulis semble dire.

Evidemment si la BNS fait des pertes, il semble logique qu’elle ne distribue pas de dividendes.

Un ménage ne réclamera pas de prime, si aucun bonus de fin d’année n’est accordée pas l’employeur.

Un ménage ne compte pas sur ce “sucre”, le budget pour le loyer étant fixé sur le salaire annuel sans revenu extraordinaire.

Il serait bienvenu que nos politiques arrêtent de gérer nos deniers en tant compte de revenus aléatoires aussi importants. Je sais bien qu’il est difficile de prévoir les rentrées fiscales et dépenses. Je tiens à faire remarquer que, contrairement à ce qu’avance monsieur Attali, les cantons ne sont pas endettés à la hauteur des pays européens et que la dette des cantons et de la confédération ont été réduites de manière importante durant ces dernières années, au contraire des pays européens qui la creusent. (ici en exemple le Vaud, vers 25% du PIB vaudois. Ce canton fait d’ailleurs figure de cancre par rapport à d’autres cantons sans dettes)

 

poids de la dette vaud

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF