Vidéo: Pièces à conviction – Banque Pasche (filiale Crédit Mutuel CIC)

Je vais me remettre à publier des articles prochainement.

En attendant, voici une vidéo (merci Robert) qui montre que l’évasion fiscale de France était aussi (et surtout) organisée depuis l’intérieur du pays.

Cela me rappelle un article que j’avais écrit qui dénonçait une cabale contre la Suisse

http://blog.crottaz-finance.ch/ubs-600-milliards-et-merci-myret-zaki/

 

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Vidéo: Revue de Presse Jovanovic – Reichman (Août 2015)

Anxiogène je vous dis.

Assurance vie

Dettes

RSI

Destruction des indépendants

Trop de fonctionnaires, etc.

Europe, Allemagne

La France (l’Europe) se meurt-elle ? (la vidéo semble longue, mais vaut la peine)

Le dette cachée de la France 3200 milliards: http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2015/06/11/31007-20150611ARTFIG00140-3200-milliards-d-euros-la-dette-francaise-cachee-dont-on-ne-parle-pas.php

Les Assurances-vie: http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/le-jackpot-de-l-assurance-vie-dans-le-viseur-du-gouvernement_1334120.html

Les caisses sont vides ?: http://www.leparisien.fr/aubervilliers-93300/rsa-et-si-le-departement-ne-pouvait-plus-payer-l-an-prochain-26-07-2015-4971751.php

Vol de l’épargne des français: http://www.atlantico.fr/decryptage/en-faisant-main-basse-epargne-francois-hollande-finit-se-couper-francais-michel-garibal-880763.html

Au tennis on dirait « Game, Set and Match »

Les dirigeants ont perdu tout contact avec la base. Je suis d’accord avec M.Reichman, ils seront chassés du pouvoir.

Les super accords signés par nos dirigeants…

Traité transatlantique (TTIP): http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/06/24/31001-20150624ARTFIG00118-traite-transatlantique-voulons-nous-continuer-a-nous-aligner-sur-les-etats-unis.php et http://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/WALLACH/49803 et http://www.huffingtonpost.fr/2014/05/19/ttip-traite-libre-echange-europe-etats-unis_n_5336832.html

Fatca: http://blog.crottaz-finance.ch/tag/fatca/

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Audio/vidéo: La visite en Suisse du président François Hollande se déroule dans un climat propice au « french bashing » (RTS)

Ce matin, un débat des plus intéressants entre la vision suisse (décentralisée) et le vision française (centralisatrice).

Etant suisse, je ne peux qu’être d’accord avec l’interlocuteur qui prend position pour mon pays.

Ma patrie n’est pas parfaite, c’est sûr, mais à retenir

1) Responsabilisation individuelle

2) Décentralisation (aux cantons)

 

Un grand débat ! (aux intervenants merci de rester courtois)

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Engagements financiers bruts et déficits des administrations publiques en % du PIB (prévision 2015)

engagement financiers et deficit ou excédents etats est 2015

Il est ainsi assez facile de visualiser les bons et les mauvais élèves.

Quand je lis les prévisions de l’OCDE de déficits de 3.1% pour la France, de gros doutes m’envahissent…

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

La Suisse le détonateur ?

Loin de moi l’idée de vouloir faire de la politique et de tomber dans l’émotionnel, c’est pour cela que j’ai attendu avant d’écrire cet article.

Dans ce billet, je ne m’exprime pas sur le résultat du vote ( le oui ou le non), je parle juste de démocratie et de réactions des pays qui nous entourent.

Comme j’ai déjà plusieurs fois mentionné, Nigel Farage, Hugh Hendry, etc.  dénoncent l’Etat (providence) et le fait que les peuples sont asservis. Je vais me fendre d’un billet sur les réactions aux votations.

Nigel Farage est à nouveau intervenu sur un plateau

ainsi que les graphiques (vu sur ZH) qui montrent que suite à l’incompétence (et l’arrogance) des dirigeants européens, des banquiers etc. Les extrêmes montent en puissance. Les élections européennes seront chaudes en mai 2014.

20131029_chaos

 

Pour revenir sur la votation du 9 février qui a divisé et divise encore la Suisse, il me vient quelques remarques. Les votants ont exprimé un ras le bol par rapport à l’insécurité notamment. La Suisse n’est absolument pas un pays raciste, c’est d’ailleurs le pays qui accueille le plus d’étrangers (en % de sa population). Contrairement à ce que dénoncent les députés européens notamment, le Suisse est très ouvert, mais il n’aime pas qu’on lui raconte des salades. Schengen devait apporter 8’000 migrants par année (promesses, promesses), il y a en aujourd’hui 80’000. L’initiative veut réduire (on parle de réduire à 45’000), mais je vous laisse lire le document:

argumentaire-f

Certains eurocrates se permettent de dire que la démocratie ce n’est pas bien, car le peuple est bête… (c’est scandaleux, car ce sont des élus et les élus sont les mandataires du peuple et ces mêmes mandataires semblent l’oublier.  Ils oublient aussi comment ils sont payés et quelle est leur mission, mais c’est un autre débat)


Cette femme aime la dictature.

Quant à Arnaud Montebourg,  il fait fort : Pour Arnaud Montebourg, le vote suisse est du « lepénisme en vrai »

Ceci m’inspire deux citations:

Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet. de Georges Courteline issue de La Philosophie de Georges Courteline

Rien n’est plus jouissif à un pas con que d’être pris pour un con par un con. » Frédéric Dard

Heureusement Angela Merkel a beaucoup mieux compris que rien ne sert de jeter de l’huile sur le feu: http://www.rts.ch/info/suisse/5622334-l-allemagne-prone-des-solutions-raisonnables-entre-la-suisse-et-l-ue.html

Qui va acheter les grosses berlines allemandes ??

Monsieur Hervé Juvin résume très bien

Tout comme Eric Zemmour


http://video.lefigaro.fr/figaro/chroniqueurs/eric-zemmour/1953969673001/

Réflexions d’un Français après le vote suisse sur les quotas d’immigration: http://libertarien.overblog.com/2014/02/r%C3%A9fl%C3%A9xions-d-un-fran%C3%A7ais-apr%C3%A8s-le-vote-suisse-sur-les-quotas-d-immigration.html

Fillion  récupère l’histoire…Je propose depuis des mois le même système

Sondage du Figaro..Etes vous favorables aux quotes d’immigration (je vous laisse découvrir le résultat): http://www.lefigaro.fr/politique/2014/02/10/01002-20140210QCMWWW00102-immigration-etes-vous-favorable-a-l-idee-d-instaurer-des-quotas-en-france.php

Le plus « drôle dans tout cela, c’est que le Liechtenstein  (avec la bénédiction de l’UE) a imposé des quotas d’immigration (on croit rêver !)

 

 

Les politiques (surtout certains) tremblent ! Eh bien tremblez ! Les référendums vous pendent au nez !

Le vote suisse sur l’immigration est une « mauvaise nouvelle pour l’Europe

http://www.lefigaro.fr/politique/2014/02/10/01002-20140210ARTFIG00074-les-politiques-francais-preoccupes-par-le-vote-suisse.php

Les Européens voudraient davantage freiner l’immigration que les Suisses

59% des Français favorables à une restriction des conditions de circulation et d’installation des Européens dans le cadre des accords de Schengen: http://www.atlantico.fr/decryptage/59-francais-favorables-restriction-conditions-circulation-et-installation-europeens-dans-cadre-accords-schengen-jerome-fourquet-982672.html#bXsmdIXDFGxVJG7e.99

La Suisse a allumé la mèche, l’UE a peur

Je prie les intervenants d’être courtois dans leurs commentaires. Merci d’avance.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Vidéo: La dette française s’accroît au rythme de 3 000 euros par seconde

no comment

 

Ah oui si:

 

 

Et on oublie les promesses de retraites….

 

Total plus de 4’900 milliards

 

http://www.contrepoints.org/2013/05/29/125990-4-923-milliards-de-dette-pour-la-France

 

L’écart, plus de 3 000 milliards d’euros, correspond au montant des engagements hors bilan de l’État calculés par la Cour des comptes.

L’essentiel de ces engagements (1 679 milliards d’euros) est lié aux retraites des fonctionnaires.

 

c’est cuit !

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

La presse, les médias veulent que la Suisse plie !

Pas un matin où l’on entend, lit, parle de la fin du secret bancaire et surtout de l’échange automatique d’information.

Les journalistes bien-pensants nous bombardent avec des intervenants (sans opposition/contradicteurs) des vraies vérités vraies, des théories de bas étages sans aucun fondement, etc. Ils sont tout autant extrémistes que ceux qu’ils dénoncent. Ce qui m’attriste et me révolte, c’est que c’est univoque.

Les émissions de radio/ TV nous interrogent/ invitent des spécialistes (soi-disant spécialistes,  d’ONG inconnues) sans aucun contradicteur, c’est trop simple et facile.

Aujourd’hui la majorité des journalistes (j’en ai fait la malencontreuse expérience avec une qui avait déformé mes propos pour faire du sensationnel), ne bougent plus leurs fesses de leurs chaises. Ils prennent le téléphone, pompent sur internet et j’en passe.

Ils se caressent le nombril et ça leur fait du bien !

Ces spécialistes avancent des âneries sans nom,  comme  faire croire – au commun des mortels – que tous les trusts sont des véhicules opaques, alors que certains trust sont tout à fait transparents et reconnus pas les autorités fiscales.

Faire aussi croire que les fraudeurs vont mettre désormais leur argent en Afrique (Ghana, Botswana et l’île de d’Anjouan), que le monde entier triche, faire de amalgames et faire croire que certains partis sont plus propre (Un banquier suisse est prêt à donner le nom des autres copains de M.Cahuzac, ici:http://www.economiematin.fr/mobile/article.php?id=4812. j’en salive d’avance !)

Ces intervenants/journalistes cherchent un bouc émissaire à la faillite de leur système. Celui de toujours ponctionner plus les contribuables, toujours dépenser plus au travers de l’Etat et aussi se voiler la face puisque (très souvent) l’évasion fiscale (que je ne défends pas ici, je précise) découle de banques/établissements du pays lui-même.

Un exemple magnifique dans un pays voisin:

http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/bnp-la-banque-qui-excelle-dans-l-art-de-l-evasion-fiscale_293382.html

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120417trib000693965/evasion-fiscale-bnp-paribas-et-societe-generale-s-expliquent.html

Petit traité d’un montage financier en toute discrétion: http://www.tdg.ch/economie/petit-traite-montage-financier-discretion/story/25853443

Le document de la BNP expliquant comment créer une société offshore en toute discrétion: http://www.huffingtonpost.fr/2013/04/04/evasion-fiscale-bnp-offshore-iles-caimans_n_3015264.html?view=print

 

Heureusement pour la Suisse, il y a quelques personnes pour s’offusquer, dont notamment Myret Zaki dans cet article: http://www.bilan.ch/editoriaux/mz/ubs-france-parlons-en (je cite: « Si UBS était responsable de 3% des montants évadés de France chaque année, qui fait sortir les 97% restants? » alors M. Peillon on en répond pas  ?)

Pour revenir sur la cabale organisée contre la Suisse, elle l’est même parfois depuis l’intérieur: En voilà quelques exemples (criant de scandales)

  1. le-journal-du-matin_20130527_La lutte contre les paradis fiscaux est-elle perdue d’avance (l’invitée: http://www.liberation.fr/economie/2013/05/22/mathilde-dupre-les-paradis-en-enfer_904863)

l'europe vuet que la suisse plie

 

Un résumé faites comme je dis, mais pas comme je fais:

Paradis-Fiscaux

 

 

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Vidéo: RTS: La pauvreté en Europe

Crise en Italie: le pouvoir d’achat diminue de manière drastique

 

France: la crise touche principalement les femmes qui tombent plus vite dans la précarité

 

L’Europe face à la crise: l’Allemagne recrute des jeunes « cerveaux » dans toute l’Europe

 

Grèce: l’extension de la pauvreté est un des symptômes de la crise qui frappe le pays

 

Le Portugal, plongé dans une crise profonde, connaît une vague d’émigration inédite depuis quarante ans

La crise conduit des milliers d’Espagnols au chômage à quitter les villes pour aller travailler dans les champs

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Fraude fiscale, secret bancaire, amnistie et rubikmania

Voilà les sujets brûlants de ces derniers jours.

Fraude fiscale: On découvre chaque jour un nouveau politique qui a les mains dans le cambouis, des sociétés qui ont des écrans plus que solaires, etc.

Le Monde entier regorge de places financières plus ou moins opaques. La suisse est de loin une des moins opaques, croyez-moi sur parole. (La corruption est un bon indicateur de l’évasion fiscae http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20121205trib000735300/corruption-le-classement-mondial-2012.html) En Suisse, les mesures ont été prises depuis longtemps pour chasser les criminels.

En Suisse (pour l’instant), il existe une différenciation entre l’évasion fiscale (oubli de déclarer) et l’escroquerie fiscale (pénal) qui consiste à construire un montage complexe pour échapper au fisc.

Votre serviteur avait soulevé le lièvre en février 2011 déjà quant au problème des avoirs non-déclarés !: 800 milliards bien embarassants :http://blog.crottaz-finance.ch/?p=5955 à relire et remettre dans le contexte actuel.

Il semble que le conseil fédéral planche pour un assouplissement du secret bancaire pour les suisses également:

http://www.rts.ch/info/suisse/4485370-la-fraude-fiscale-pourrait-devenir-un-delit-penal.html

Mais ce n’est pas si simple que cela (bien expliqué par Me Oberson). Pourquoi ?

Rubik: Parce qu’on ne peut pas se mettre le peuple à dos (Le suisse est très attaché à son secret bancaire car il protège la sphère privée. En effet, votre voisin n’a pas à savoir ce que vous gagnez par exemple) et aussi parce que des accords ont été signés avec l’Angleterre et l’Autriche afin que Rubik soit appliqué. Cela signifie que les titulaires de comptes non déclaré domiciliés en Angleterre et en Autriche se verront ponctionner des impôts et devront payer un montant (en %) pour régulariser le passé (one off). Si le secret bancaire disparaît pour les suisses, cela signifierait que les étrangers deviennent mieux « protégés » que les résidents, ce qui est, à mon sens, une contradiction. Bientôt un Swissbik pour les suisses ?

Secret Bancaire:

L’origine du secret bancaire remonte à bien longtemps. La Suisse avait accueilli des huguenots qui étaient persécutés ! (tiens des français…)

LES ORIGINES DU SECRET BANCAIRE SUISSE  et un grand merci à Sébastien Guex pour son travail: Les origines du secret bancaire suisse et son rôle dans la politique de la Confédération au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Amnistie: La dernière amnistie fiscale en Suisse date de 1969 (En Italie, il y a en eu même plusieurs ces dernières années): GenerationsPlus-Amnistie-fiscale

Relations avec le France notamment:

Alors que la Suisse est le 4ème ou 5ème partenaire économique de la zone euro, que des dizaines de milliers de frontaliers y travaillent chaque jour et que beaucoup d’européens y sont établis, il semble que – malgré la proximité géographique et l’importance économique – on oublie de se rendre mutuellement visite !

le-journal-du-matin_20121207_standard_passe-present_les rencontre entre la france et la suisse se font rares (j’aime l’anecdote sur l’absinthe..)

Madame Widmer-Schlumpf se rend à Paris aujourd’hui: journal_du_matin_7_12_2012

Et l’invité de la RTS, le maire UMP de Divonne, Etienne Blanc: le-journal-du-matin_20121207 invite de la rédactionEtienne Blancmaire UMP de Divonne

Allez Monsieur Hollande  (cliquez l’image pour l’article complet) on vous attend !

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

La Suisse financerait la moitié du déficit du centre de la zone euro

Je me permets de vous remettre cet article dans lequel j’expliquais que la BNS achetait  – avec son accumulation d’euros – des emprunts obligataires allemands notamment.

http://blog.crottaz-finance.ch/?p=8087

dont le passage:

« Certains pensent que la BNS fait une très bonne affaire en achetant de l’euro et de le placer dans des obligations allemandes et françaises (car pour mémoire le Portugal, l’Irlande ne figurent plus sur la liste des investissements recommandés). L’article: SNB kauft nur deutsche und französische Anleihen. Si Je comprends bien cet article, on achète une dette qui est de meilleur qualité en pensant que malgré le fait que l’émetteur soient lourdement engagé sur la mauvaise qualité, cela n’aura pas d’impact. Personne n’envisage d’effet domino? Tiens cela me rappelle le subprime ou l’exemple pris par Konrad Hummler qui parlait de mélanger les qualités de saucisses médiocres avec la bonne saucisses de Saint-Gall en espérant avoir une bonne saucisse en finalité. »

Et le très bon quotidien  » Le Temps » raconte que S&P a étudié le cas et que La Suisse financerait la moitié du déficit du centre de la zone euro

Et après cela, les pays, qui nous entourent, continuent de nous mettre une pression dingue.

J’avais écrit une phrase agressive, je vais me retenir. (pour cette fois, car je commence à en avoir assez)

Ma question. Que va-t-il se passer désormais ?

  1. La Suisse tiendrait-elle la zone euro par la barbichette ?
  2. Que se passe-t-il si la BNS balance tous les euros sur le marché (et par la même occasion les emprunts d’Etat allemands, français) ? les taux vont s’envoler et c’est la fin de la zone
  3. Pourquoi la Suisse n’envoie pas ballader ces Etats agressifs qui achètent des données volées et sont des receleurs ?
  4. Serait-ce David contre Golliath?
  5. Le secret bancaire ne serait qu’un prétexte pour nous forcer à faire allégeance ?
  6. autres suggestions bienvenues… (et scenarii)
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

UBS, 600 milliards et merci Myret Zaki

Le dernier livre de d’Antoine Peillon (frère de Vincent Peillon du PS proche de François Hollande)

tape (un de plus) sur les banques suisses et notamment sur l’UBS.

Personne (sauf UBS) ne s’offusque de cette cabale et de cet acharnement sur le petit pays que nous sommes.

Soyons clair, je ne cautionne absolument pas ces procédés, mais il faut relativiser.

Cela me rappelle une devise des Shadocks

 

Personne (ou si peu) n’attaque les paradis offshore en Angleterre ou les sociétés opaques aux Etats-Unis d’Amérique et j’en passe…

Heureusement Myret Zaki recadre:

Les services secrets ont espionné UBS. Mais pas un mot sur les banques françaises

                    Par Myret Zaki, le 9 mai 2012

Cher Antoine Peillon, Vous avez signé cette année l’ouvrage Ces 600 milliards qui manquent à la France, réquisitoire qui se veut très fouillé contre les pratiques d’UBS France en matière d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent. Vous avez refusé de répondre à mes questions au motif que j’étais plutôt critique à l’encontre de ce livre. En préface, vous faites pourtant l’éloge du courage. Passons. Tout d’abord, comment se fait-il qu’à nul moment vous ne mentionniez le rôle des banques françaises dans l’évasion fiscale hexagonale? Si UBS était responsable de 3% des montants évadés de France chaque année, qui fait sortir les 97% restants? Qu’ont à dire vos informateurs si zélés des services secrets français à ce sujet? Pas un mot. Le magazine Marianne a pourtant démontré en 2009 que les banques françaises avaient domicilié 532 milliards d’avoirs de clientèle dans des places offshore, dont seulement 12% en Suisse, et le double dans les Caraïbes. Il s’avère que l’essentiel passe par des juridictions de droit anglo-saxon et non par la Suisse; mais pour saisir cela, il faut déjà avoir conscience que le secret bancaire a été détrôné depuis une quinzaine d’années par les sociétés (LLC) et trusts des places anglo-saxonnes qui sont devenus, en réalité, les outils de loin les plus privilégiés pour l’évasion fiscale des Français les plus riches, comme l’a révélé l’affaire de la succession Wildenstein. Et comme vous omettez cet aspect, vous proposez que la France taxe à 30% ou à 50% les avoirs déposés hors des frontières, sans vous douter que ce qui est détenu dans des trusts est justement intaxable et échappe même, pour les plus confidentiels d’entre eux, à toute forme d’échange d’informations fiscales.

Entretenir le mythe sulfureux du compte suisse

Ensuite, le livre parle du passé, sans jamais dire combien la situation a été bouleversée depuis 2009. Vous y dévoilez des activités douteuses d’UBS France entre 2002 et 2007, et vous indignez de l’immunité dont jouirait la banque suisse en France, grâce à la complicité des hautes sphères politiques françaises. Or on a assisté à la tendance exactement inverse, depuis trois ans. La France, comme le reste de l’UE, s’est faufilée dans la brèche américaine pour vider la Suisse (et uniquement elle) de ses comptes gris à une rapidité fulgurante. C’est simple, avant que vous ne commenciez votre enquête, le marché offshore français n’existait plus en Suisse. Savez-vous que le 13 mars 2009, la Suisse a formellement renoncé à son secret bancaire international? Et qu’aujourd’hui les clients français doivent s’auto-déclarer, tandis que des banques n’acceptent plus cette clientèle? Vous répétez des dizaines de fois qu’UBS est la plus grande banque de gestion de fortune. Mais c’est Bank of America qui occupe ce rang, depuis qu’elle a fusionné en 2008 avec Merrill Lynch. La réalité, c’est que la Suisse a cédé ses parts du marché offshore aux Anglo-Saxons et aux Asiatiques, qui dominent sans partage cette industrie. Une réalité moins sulfureuse que le mythique compte suisse, j’en conviens.

Vous affirmez que les banques suisses possèdent 27% du marché transfrontalier. Non, c’est la place financière suisse (y compris les banques étrangères, dont les françaises établies à Genève) qui possédait cette part de marché, et cela remonte à 2007. Cette part devait l’essentiel aux 1000 milliards de dollars d’avoirs européens offshore déposés en Suisse. A mesure qu’ils se déclarent/se fiscalisent/se résorbent, j’estime que la part de la Suisse pourrait tomber rapidement à 15%, tandis que le Royaume-Uni/les îles anglo-normandes/Dublin conserveraient la part de 28% estimée par Boston Consulting Group. Et même ces chiffres sont lacunaires, car ils ne portent que sur quelque 7500 milliards d’avoirs liquides (valeurs mobilières) déposés offshore, mais omettent l’univers des actifs tangibles, tels qu’objets d’art, immobilier, yachts, bijoux. Avec ces derniers, souvent non déclarés et enregistrés au nom de trusts dans les paradis anglo-saxons, j’estime l’univers non déclaré à 13 500 milliards, dont la part de la Suisse se réduit encore au profit des places anglo-saxonnes. Voilà pour ce qui relève non pas du conte de fées, mais de la  réalité. Au final, on ignore pour quel motif UBS France, d’entre toutes, a été espionnée par les services secrets français, qui ont livré à M. Peillon des tonnes d’informations internes à la banque. Est-ce à dire que BNP Paribas n’a jamais eu, elle, de clients sensibles, africains, russes? Qui peut croire pareille chose? L’auteur a-t-il été instrumentalisé, pour clouer au pilori une banque étrangère, cible commode en période électorale? Aux Etats-Unis aussi, UBS et la Suisse ont payé pour tout le secteur offshore, alors que les banques américaines font évader l’essentiel des avoirs. Mais en France, à présent qu’on a crucifié le coupable, qui se plaindra d’être taxé à 75%?

source

http://www.bilan.ch/editoriaux/mz/ubs-france-parlons-en 

merci à elle.

Question subsidiaire: Que font nos politiques ?

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Audio/Vidéo: le test de la limite

Sur la Radio Suisse Romande ce matin:

En septembre 2011, la Banque Nationale Suisse (BNS) prenait la décision historique de fixer un taux plancher de 1 franc 20 pour un euro. La décision est risquée. Certains analystes prédisent notamment que les hedge funds vont tester cette limite et tenter de faire sauter ce plancher. L’interview de Michel Dominicé, gérant d’un hedge fund à Genève

A retenir: Crédibilité, pas de temps d’agir pour la BNS en cas de problème de la zone euro, la Suisse s’en remet à la zone Euro, la taxe « Tobin » une très mauvaise idée, les taxe doivent frapper équitablement l’économie, les banques françaises inquiètent, l’effet domino.

le-journal-du-matin_20111005_standard_1er-developpement_09b6784f-5b2f-439b-906f-b729b5785718-128k

 

Je suis d’accord avec ce qui est dit (et je l’ai écrit sans être gérant de Hedge Funds), la limite EUR/CHF va être testée par le marché et encore plus si la BNS ose monter le plancher au dessus des 1.20 CHF pour 1 EUR.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

LVMH plus « safe » que la France

C’est, en tous les cas, ce qu’indiquent les taux des CDS à 5 ans

La France est à 79 et LVMH à 65, cherchez l’erreur

C’est possible, mais je crois que les CDS ne sont qu’une indication et il me semble que la société LVMH n’est pas capable d’imprimer des billets en euro (à moins que…).

Il y a peut-être une exagération de positivisme sur les obligations d’entreprises (corporate bonds)

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF