La parité USD / CHF depuis 1850

Quand j’écris que le CHF est la plus belle monnaie, je ne veux pas dire que la monnaie papier c’est la solution extraodinaire.

J’avance que le CHF est la moins mauvaise des monnaies papiers (pour l’instant et on ne sait pas ce que la BNS nous a concocté

Je vous avais produit des graphiques sur l’évolution du CHF contre FF et GBP sur des longues périodes.

200 ans de Francs Français contre le Franc Suisse

200 ans de livre sterling contre franc suisse

Voici l’évolution du billet vert (merci à mon ami H.) depuis 1850 contre le CHF.

USD-CHF depuis 1985

Etalon-or: https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89talon-or

New Deal: https://fr.wikipedia.org/wiki/New_Deal

Accord du Plaza: https://fr.wikipedia.org/wiki/Accords_du_Plaza

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Franc fort mais encore !

Depuis juste une année le plancher (intenable, je vous l’avais annoncé comme un Nostradamus helvétique) de 1.20 CHF pour un EUR a été abandonné.

L’économie a résisté durant des mois avant de fléchir  en fin d’année. Il semble que le chômage suisse amorce une remontée et il paraît que ce sont les jeunes qui sont touchés

http://www.24heures.ch/suisse/Le-chomage-ne-progresse-guere-depuis-un-an-malgre-le-choc-du-franc-fort/story/17400527

topelement

chiffres chomages 2015

Tout est dans ce document: PRESSEDOK1512_F

(source: seco: http://www.seco.admin.ch/themen/00374/00384/?lang=fr)

Quasi tous les journaux, le parti socialiste, les syndicats, etc. veulent un taux de change à 1.3 CHF/EUR minimum et ce serait à nouveau à la BNS d’agir (cette dernière qui affiche, par ailleurs, un bilan quasiment de la taille du PIB Suisse, qui se trouve bourré de devises étrangères, d’actions et cette même BNS qui a perdu plus de 23 milliards de CHF l’année 2015).

Mais et c’est le grand MAIS !

On ne parle que des exportations.

regardez aussi les importations et la grande chance avec les prix qui baissent! (voitures etc.)

Parce qu’avoir une monnaie faible c’est aussi un problème:

Le Canada qui a vu sa monnaie chuter (principalement liée au prix du pétrole) tire la langue. Tout est cher !

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2016/01/14/001-dollar-canadien-baisse-importante-sous-70-cents-americains.shtml

http://www.24heures.ch/economie/Les-Canadiens-frappes-par-la-degringolade-de-leur-dollar/story/25741289

Le chou-fleur est désormais hors de prix par exemple.

http://www.romandie.com/news/Canada-les-Canadiens-frappes-de-plein-fouet-par-la-baisse-de/667620.rom

Et comme vous commencer à me connaître..quand tout le monde dit que c’est la catastrophe, je serais plutôt en clin à acheter.

 

Ecoutez cette petite analyse (cliquez sur l’image) (il faut acheter des  mines en CAD cela semble évident)

rad canada

II faut donc plutôt une monnaie forte (mais pas trop) mais cela n’est que mon humble avis

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

ET la BNS persiste et signe (son arrêt de mort ?)

La BNS continue d’essayer d’affaiblir le CHF. La BNS continue de vendre du franc suisse pour acheter probablement des euros et du dollar.

http://www.tdg.ch/economie/bns-intervenue-marches-stabiliser/story/11982547

Tout est résumé dans la vidéo par le journaliste:

La BNS a perdu – à mon avis – toute sa crédibilité.

et comme je vous l’avais déjà fait remarquer, la BNS détient 100 milliards de francs suisses en actions diverses et variées (notamment américaines).

http://www.rts.ch/info/economie/6901175-apple-exxon-l-industrie-d-armement-la-bns-investit-des-milliards-aux-usa.html

http://www.rts.ch/info/economie/6900778-la-bns-privilegierait-le-gaz-de-schiste-aux-energies-renouvelable.html

Reste juste à connaître le montant des ventes de francs suisse et la taille du bilan scandaleusement dangereux de notre banque nationale.

Ici tous mes articles sur la BNS: http://blog.crottaz-finance.ch/tag/bns/

 

Pour conclure ce billet, je vous propose un scénario pour affaiblir le franc suisse:

Il était une fois une grenouille qui voulait se faire plus grosse que le boeuf.

A ces fins elle commence à manger, manger, manger jusqu’à ingurgiter tellement d’euros et de dollars qu’elle n’a plus aucune marge de manoeuvre.

Soudainement, les actifs qu’elle a emmagasinés commencent à chuter fortement. Lourdement au point de faire une perte abyssale de (allez mettons un chiffre abyssal) de 250 milliards de francs suisses.

Qui va venir à l’aide de cette grenouille pour un montant pareil ?

La Confédération !

Pour mémoire l’endettement de la Suisse (Cantons et Confédération) est d’environ 38% (mettons 40% par simplification) et le PIB Suisse est d’environ 650 milliards de CHF (par simplification aussi et comme on l’a vu en Grèce le PIB peut aussi s’écrouler!)

Si la Confédération lance des emprunts pour 250 milliards pour renflouer la BNS, il s’agira d’environ 40% d’endettement en plus pour le pays.

Le tour sera donc joué. Le suisse sera endetté à la même hauteur que ses voisins européens à 80%

 

Le but dans notre monde actuel n’étant pas d’être le meilleur, mais le moins mauvais  ou comme les autres !

 

 

 

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Les problèmes européens vont avoir un impact en Suisse

La crise 2008 n’a pas eu l’impact sociétal, immobilier aussi puissant en Suisse qu’en Europe.

La Suisse a été passablement épargnée.

Tout au juste la grande UBS a dû être sauvée par les contribuables-citoyens parce que cette banque était internationalement exposée.

Aujourd’hui, les choses semblent bien différentes.

Le Franc Suisse a joué son rôle de valeur refuge et cette force a obligé la BNS à intervenir pour ne pas voir les monnaies étrangères telles que l’Euro ou le Dollar s’effondrer. La BNS a artificiellement freiné la hausse inéluctable de la devise helvétique. Elle continue encore et toujours de manière illimitée.

Ce qui a attiré les investisseurs à l’époque étaient la stabilité politique, la démocratie et le faible endettement du pays comparativement aux voisins qui nous entourent.

Quatre ans plus tard, en 2012, nous sommes au début d’une contagion des problèmes européens à l’échelle suisse et ceci malgré la santé insolente de l’économie suisse (chômage 2.9% actuellement selon les derniers chiffres.

Tout d’abord les banques et le secret bancaire sont dans la tourmente, ensuite l’industrie (exportation) commence à avoir des difficultés supplémentaires autres qu’uniquement des problèmes de changes.

On assiste à des licenciements chez Swisscom, Lonza auxquels s’ajouteront ceux des banques (UBS, CS)

Un membre du directoire s’exprime à ce sujet: L’économie suisse s’affaiblit encore

Le cadre étant posé, cela me permet de rebondir sur des évolutions dont je vous parle depuis des années, celle de l’inflation et celle des taux d’intérêts.

Comment voulez vous voir de l’inflation (période de croissance) alors que tout semble vouloir aller de plus en plus mal d’un point de vue économique. La consommation va chuter (en Europe) et les prix ne monteront pas.

Au sujet des taux, on va aussi voir que ces derniers vont rester bas car il n’y aura pas de croissance.

Pour que les taux montent, il faut une surchauffe, une consommation et une circulation de la monnaie (vélocité). Sur ce dernier point, je vous produits le graphique de la vélocité de la monnaie aux USA.

source: http://research.stlouisfed.org/fred2/series/M2V?cid=32242

la monnaie ne circule pas !

Les obligations suisses sont toujours le refuge

source : http://www.jpchevallier.com/article-crise-aggravation-obabamesque-112305984.html

Il semble donc que le franc suisse sot toujours très demandé ! En plus des problèmes économiques, la BNS va avoir un problème de change. Elle va devoir acheter de l’euro en masse !

On se situe entre le marteau et l’enclume (reste juste à savoir qui de l’Europe ou des USA joue le rôle l’enclume)

 

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

BNS today

Il y a une heure, la BNS vient de publier son rapport d’activité dont le contenu a retenu toute mon attention.

Notre Banque Centrale a acquis des devises étrangères, je cite:

« La banque centrale a tout de même acquis des devises pour une contre-valeur de 17,8 milliards de francs en 2011. Les achats ont été conclus « avec un large cercle de contreparties en Suisse et à l’étranger », selon le rapport d’activité paru jeudi »

Le fonds de stabilisation a rapporté 440 millions de CHF: Le fonds de stabilisation UBS a apporté 440,2 millions à la BNS

Grâce à cette fixation de taux plancher la BNS a réalisé un gain de plus de 13 milliards (contre une perte de plus de 20 l’année précédente), surtout à la hausse des actifs comme l’or notamment.

la banque centrale confirme son retour au bénéfice en 2011

voici deux graphiques du cours de change euro contre franc suisse

Je me permets de vous proposer à nouveau deux articles que j’avais rédigés concernant le bilan de la BNS et aussi sur le fait qu’elle devrait rendre des comptes.

La BNS devra rendre des comptes

Les bilans des banques centrales

Son intervention n’est pas anodine. Pour l’instant le maintien du plancher n’a pas engendré de coûts massifs, mais que se passera-t-il au cas où l’euro se trouve dans de graves turbulences ?

La question est posée et je suppute que même les dirigeants de la BNS ne savent pas ce qu’il pourrait se produire. Devoir acheter des dizaines de milliards d’euros n’est pas à la portée de toute les banques centrales.

N’est pas le FED qui veut !

à lire ici: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=7901

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

200 ans de livre sterling contre franc suisse

Voici un graphique des plus révélateurs.

La puissance de frappe de l’empire anglais s’est totalement effritée durant les deux siècles derniers. Sachant que le franc suisse lui même a perdu 90% de son pouvoir d’achat depuis l’abandon de l’étalon or en 1936, on peut raisonnablement se poser des questions au sujet de la monnaie fiduciaire et du pouvoir d’achat de la Livre Sterling

When Britain ruled the World, il fallait 25 francs suisses pour acheter une livre sterling. Aujourd’hui, moins de 1.5 !

Merci aux banques centrales de fabriquer du vent à foison pour payer les promesses électorales de nos chers politiciens. Qui trinque ? le bon peuple aveuglé .

« Les belles promesses rendent les fous joyeux ».

La valeur réelle de l’épargne fond comme neige au soleil et cela ne fait que d’accentuer le fossé entre les riches et les pauvres (de nous…)

Nos chers dirigeants font tout (soi-disant) pour combler ce fossé (impôts progressifs, redistributions diverses, du social etc.) alors qu’ils en sont les responsables numéro un…

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Audio/vidéo: Les dividendes de la BNS et le carry trade sur le CHF

Ce matin sur RSR: le-journal-du-matin_20110125_standard_passe-present_Les dividendes de la BNS

Je vous ai déjà parlé des dividendes attendus par les cantons dans un article précédent: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=6446

Dans le fichier audio de la RSR ci-dessus, on peut entendre: 

A. « Les réserves monétaires devenaient phénoménales, des dizaines et des dizaines et de milliards qui n’avaient aucun sens. Le franc suisse est la monnaie la plus réputée au niveau mondial et c’est elle qui court le moins de risque du point de vue monétaire international. »

B. « C’est pour cela que la BNS a vendu une partie de son or en 2004 (une tonne environ) pour combler le trou de l’AVS »

C. « Le bilan de la BNS affiche une perte de 21 milliards due aux achats massifs de l’euro pour freiner le renchérissement du franc suisse »

D. « Dans les pays de l’est, en particulier en Hongrie, les particuliers et entreprises hongroises se sont endettés en franc suisse. Quatre-vingt pourcent de l’endettement hypothécaire en Hongrie est réalisé en franc suisse auprès d’établissements suisses. » Je vous encourage grandement à écouter le reportage de la RSR: le-12h30_20110124_les hongrois pieges par les emprunts en chf

A la suite de quoi, il m’est possible d’aborder les points mentionnés précédemment.

A. Je vais me faire le porte-parole du diable.

Effectivement le franc suisse est une monnaie refuge.

Effectivement, le franc suisse est la monnaie d’un pays moins endetté que les autres pays.

Si je peux me permettre deux remarques qui me semblent importantes: La première est que la couverture or des billets en Suisse est aussi faible que dans les pays environnants. Pour ceux qui n’avaient pas lu mon article à ce sujet, je vous renvoie à « Les billets sont couverts par l’or….mon oeil » (mai 2009). Avec un taux de couverture de 4.17%, la Suisse ne peut pas de vanter d’être en bonne posture. La seconde, c’est qu’avec des banques dont le poids économique est aussi important, le franc suisse présente une faiblesse (le poids du secteur bancaire). Pour l’instant, les objectifs des ratios de Bâle III et les mesures prises dans les grandes banques suisses semblent porter leurs fruits, mais gare à l’effet domino ! En effet, si des banques venaient à être en difficulté dans d’autres pays, il se peut que l’impact (mondial) sur les banques helvétiques se fasse ressentir (et très certainement vice-versa)

(Source Reggie Middleton 2010)

 (Source Zero Hedge 2008)

B. On félicitera la vente de l’or à un moment historique de prix bas (brader semble être le terme idoine):

C. Je me suis largement exprimé sur ces achats massifs d’euros (ou cette vente massive de CHF c’est selon). On peut noter que la BNS ne possède pas la puissance de feu nécessaire pour endiguer le flots/flux massifs d’achat de franc suisse par des intervenants sur le marché des changes. (Tous mes articles au sujet de la BNS : http://blog.crottaz-finance.ch/?tag=bns)

D. Le carry trade: Déjà évoqué en mai 2009: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=1529, il semble que les leçons du passé sont rarement tirées. Entendre une économiste (le cordonnier le plus mal chaussé ?) dire qu’elle engage 80% de ses revenus pour payer sa dette en franc suisse me fait sourire…(jaune). Si des économistes sont capables de prendre de tels risques, imaginez dès lors les petits épargnants ou investisseurs qui ne possèdent pas les connaissances suffisantes et nécessaires. De plus, le carry trade pourrait avoir un effet non pris en compte par la BNS: L’appel d’air.

Cette expression bien connue voudrait signifier que plus le franc suisse se renforce, plus la dette des emprunteurs augmente et plus ils doivent ACHETER du franc suisse pour rembourser les crédits.

Si l’histoire doit nous servir de guide !

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Audio/Vidéo: Quand le franc suisse était considéré comme du franc CFA

L’émission « passé-présent » de la RSR nous livre un reportage audio étonnant pour les jeunes mémoires que nous sommes…

RSR-le-journal-du-matin_20110124 quand le franc suisse

Je vous renvoie à mon article sur le Franc Français contre Franc Suisse sur 200 ans: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=3740

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF