Pourquoi les actions montent ? Parce que les banques centrales en achètent !

Dans mes prévisions 2012, je vous avais pronostiqué:

Actions:

Sélectivité dans le choix des actions (vous voyez je ne dis pas de rester l’écart comme l’année écoulée) et dans les secteurs.

Contre toute attente, je ne vois pas l’année 2012 comme celle de la fin du monde, ni celle de la mort des économies mondiales (le chant du cygne, peut-être).

Les marchés seront volatils, mais termineront l’année dans le vert ou étale (je dois bien être le seul qui voit ça !), mais pas dans le rouge.

Je privilégie les actions métaux et particulièrement les minières qui ont un retard colossal. Je privilégie les titre dans l’uranium, à part la triste réalité de Fukushima, rien n’a changé bien au contraire. Il existe des fonds dans les métaux et terres rares, je recommande cette idée d’investissement »

 

 

Pourquoi anticipais-je que les actions allaient monter ? Parce que je pensais que le sentiment négatif avait envahi le marché et qu’il était difficile d’être plus pessimiste que le niveau atteint. La majorité de ce que je lisais annonçait la fin du monde (là il reste encore quelques mois), la faillite de la Grèce (c’était déjà intégré), la fin de l’Euro (pas encore cette année) etc.

Il y a, par contre, un élément que je n’avais pas imaginé. LES BANQUES CENTRALES QUI ACHETENT DES ACTIONS ! Oui vous avez bien lu. Les banques centrales regorgent de liquidité (totalement artificielles, je vous le concède), de devises et d’obligations. Désormais, il faudra compter sur des actions (diversification ?)

Israel to Begin Investing Reserves in U.S Equities Today

Et la BNS qui possède 9% d’actions dans les réserves de devises et titres en francs (fin 2011) (cela m’avait échappé)

On peut désormais imaginer que les banques centrales du monde entier se mettent à chercher des alternatives de placements (liquides) pour y investir tout le cash qu’elles ont créé et les actions semblent être l’objectif.

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

18 réflexions au sujet de « Pourquoi les actions montent ? Parce que les banques centrales en achètent ! »

  • 13 mars 2012 à 10 h 07 min
    Permalink

    Tout à fait d’accord concernant les sociétés minières, plus particulièrement les exploratrices. Quant aux terres rares qui interviennent ds la composition d’un grand nombre « d’applications » de notre vie quotidienne, jouent vraiment un rôle stratégique. (réduction des quotas d’exportation de la Chine, challenge d’extraction et de séparation, etc). J’adhère à votre idée d’investissement.
    http://www.ree-fund.com et http://www.gme-fund.com

  • 13 mars 2012 à 12 h 57 min
    Permalink

    N’importe quoi vaut mieux que les liquidités. Les actions sont moins saturées que l’immobilier. Les banques centrales montrent le chemin. Leur intervention empêche la panique, ce qiu entraînerait des pertes pour les banques d’affaires…

  • 13 mars 2012 à 14 h 41 min
    Permalink

    D’accord avec vous Olivier (encore que nous ne sommes sûrs de rien). Pour ce qui est des minières et des terres rares, je me méfie de ce qui est trop évident ou à la mode. D’autres voient les biotechs… Je préfère une bonne analyse fondamentale sans idées préconçues sur le secteur d’activité. Les vrais bons secteurs ressortiront naturellement sans faire de choix a priori.

  • 13 mars 2012 à 17 h 33 min
    Permalink

    SALUT OLIVIER.

    mais comment peuvent ils acheter des actions?DONC ILS VONT UTILSé des lagorithmes si non ça marche pas.en plus ils doivent annoncé e montant chaque fin de mois peut etre.
    cordialement.
    aha en ce qui concerne les metaux l’etain aussi sur le marché malaysian.ce que je pense :))

  • 13 mars 2012 à 22 h 05 min
    Permalink

    Bonsoir Olivier,

    J’ai des minières or « Dynamic Precious Metals » avec un déficit de 10%, PRU 350, j’aimerai bien que ça remonte comme tu le pronostiquais pour les minières.

    Amicalement.
    Marc

  • 14 mars 2012 à 7 h 26 min
    Permalink

    Pour info la BNS avait déja des actions dans son portefeuille les années passées. Donc rien de nouveau

  • 14 mars 2012 à 9 h 32 min
    Permalink

    j’ai aussi de jolies minières en portefeuille, ça va venir. Il y aura consolidation dans le secteur. les grosses productrices sont pleines de cash. On a assisté à 2 opa ces derniers mois de plusieurs milliards mais pas trop de vagues pour l’instant

  • 14 mars 2012 à 13 h 39 min
    Permalink

    Mercredi 14 mars 2012 :

    La dette des banques espagnoles envers la Banque centrale européenne a bondi en février pour atteindre son maximum historique, à 152,4 milliards d’euros nets, dopée notamment par la récente injection de liquidités par la BCE.

    Le montant est dopé par l’injection de liquidités par la BCE, qui a réalisé en décembre et février deux opérations de prêt sur trois ans, à des taux avantageux, aux banques de la zone euro. La première a attiré plus de 500 banques pour un montant de 489 milliards d’euros, la deuxième a attiré 800 banques pour 530 milliards euros.

    Cette injection de liquidités visait à aider les banques, qui ont du mal à se financer sur les marchés, dans un climat général de défiance.

    http://www.boursorama.com/actualites/espagne-nouveau-record-historique-pour-la-dette-des-banques-envers-la-bce-bbda53af2723c8f77acf39ebc7e22363

    La BCE a prêté 1118,273 milliards d’euros aux banques de la zone euro.

    En décembre 2014, les banques de la zone euro seront obligées de rembourser la BCE.

    Si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser la BCE, la BCE leur prêtera de nouvelles centaines de milliards d’euros supplémentaires.

    Et ça repartira pour trois ans.

    En décembre 2017, les banques de la zone euro seront obligées de rembourser la BCE.

    Si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser la BCE, la BCE leur prêtera de nouvelles centaines de milliards d’euros supplémentaires.

    Et ça repartira pour trois ans.

    En décembre 2020, les banques de la zone euro seront obligées de rembourser la BCE.

    Si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser la BCE, la BCE leur prêtera de nouvelles centaines de milliards d’euros supplémentaires.

    Et ça repartira pour trois ans.

    Et à la fin, ça finira bien.

  • 14 mars 2012 à 17 h 02 min
    Permalink

    Mais que faire si nous avons des économies à la banque ?

    Les laissait sur son compte? Investir en actions ? en obligations de banques ? Acheter des métaux physiques ? les convertir en $ ? Les retirer pour les mettre dans un coffre fort ?

  • 15 mars 2012 à 0 h 08 min
    Permalink

    @ John

    Si vous avez des économies à la banque, confiez-les à l’hôte de ce blog qui se fera un plaisir de les faire fructifier.

  • 15 mars 2012 à 17 h 46 min
    Permalink

    Tableau très intéressant :
    52% des réserves de devises sont en Euros, et en matière de classe d’actif 83 % sont des obligations d’Etat.

    Cela signifie que la majorité du bilan de la BNS est contitué d’obligations d’Etat de la zone Euro ?
    Sont-ce des obligations d’Etats allemandes, françaises, italiennes, espagnoles ?

    Le risque de la BNS ne serait pas seulement lié à l’Euro mais décuplé par la détention d’obligations d’Etats de la zone euro ?
    Sauf si je fais erreur ?

  • 15 mars 2012 à 18 h 06 min
    Permalink

    Merci Olivier pour ces articles et ces informations.
    C’est bien dommage qu’elles achètent pas de l’or, les banques centrales… enfin, ce serait plus malin.

    Je comprends pas pourquoi elles mettent leur liquidité dans quelque chose d’aussi volatil.
    Si quelqu’un veut bien me dire. Merci.

  • 15 mars 2012 à 22 h 10 min
    Permalink

    Jeudi 15 mars 2012 :

    Italie : nouveau record de la dette publique en janvier à 1935 milliards d’euros.

    La dette publique italienne a atteint un nouveau record en janvier à 1935,8 milliards d’euros en raison de facteurs saisonniers, de la hausse des taux d’intérêt, et du versement de la participation italienne au fonds européen de secours, a annoncé jeudi la Banque d’Italie.

    La dette a progressé de 37,9 milliards d’euros par rapport à décembre.

    Cette progression s’explique « principalement » en raison de l’augmentation des « disponibilités du Trésor auprès de la Banque d’Italie » à 32,6 milliards d’euros, une hausse qui « intervient régulièrement en cette période de l’année », a expliqué la banque centrale.

    http://www.romandie.com/news/n/Italie_nouveau_record_de_la_dette_publique_en_janvier_a_1935_mrd_EUR48150320121316.asp

  • 15 mars 2012 à 23 h 42 min
    Permalink

    Lorsque la France avait fait failite en 1789, le roi a perdu la tête,ainsi que ces successeurs lol….Finalement, après moultes expériences économiques hasardeuses, les Français ont hérité d’un empereur qui a finalement redressé les comptes du pays en pillant les voisins.Je ne remercie pas la suisse de se gaver d’obligation des etats de l’UE car nous perdons du même coup la seule « proie » à proximité qui nous aurait permis de remonter l’etat de nos finances….qui reste t il ?….la norvege. (lol)

  • 17 mars 2012 à 22 h 58 min
    Permalink

    Samedi 17 mars 2012 :

    A propos de l’Espagne :

    Les banques espagnoles ont obtenu 47 % des prêts accordés par la BCE en février ; la dette publique de l’Espagne est de 110 % du PIB, et non de 68 % comme elle l’avait déclaré ; l’Espagne va imploser. C’est un miracle que ça ne soit pas encore arrivé.

    Spanish Banks Account for 47% of ECB Credit in February ; Spain’s Real Debt to GDP Ratio is 110% Not Reported 68% ; Spain Will Implode. It’s a Wonder it Hasn’t Already.

    http://globaleconomicanalysis.blogspot.fr/2012/03/spanish-banks-account-for-47-of-ecb.html

  • 19 mars 2012 à 22 h 19 min
    Permalink

    et utiliser la liquidité pour réduire la dette des pays ? plutôt que spéculer ?

Les commentaires sont fermés.