L’or et les mines c’est parti mon goldy?

Au mois de juillet, le jour de la grande baisse de l’or en Asie de plus de 5% et une vente panique à 1’070 USD l’once (aujourd’hui 1185 USD +10.7% sur la période), je vous avais rédigé cet article:

http://blog.crottaz-finance.ch/lor-et-les-mines-dans-tous-leurs-etats/

Cet article est à relire (ainsi que les commentaires !). Ils montraient bien à quel point nous avions touché un bas psychologique (nouveaux objectifs sur l’or à 700 voire 350, hedge funds à découvert et j’en passe).

Certains pensent désormais que c’est l’opportunité d’une vie: (Avec Morgan Stanley devient positif sur les matières premières)

http://www.caseyresearch.com/articles/this-is-a-once-in-a-lifetime-buying-opportunity

Je vous invite à lire cet article: http://seekingalpha.com/instablog/667695-jeb-handwerger/4450096-recent-rally-in-junior-gold-miners-gdxj-just-beginning?isDirectRoadblock=false&uprof=79

Jeb (l’auteur) a recommandé Carlisle il y a des mois et aujourd’hui OPA ! http://www.marketwatch.com/story/alamos-consolidates-ownership-of-lynn-lake-project-with-acquisition-of-carlisle-goldfields-2015-10-15-7173156 bravo à lui !

Je vais regarder ses prochaines recommandations !

Voici l’indice des mines juniors GDXJ dont l’auteur parle

Sur une année (rien de particulier sauf que toujours en baisse (-32% environ))

gdjx 1 y 2015

Le voici sur 3 ans (aie ! -75% environ)

gdxj 3 ans 2015

Sur 5 ans (-82% environ et près de 90% depuis le top)

gdjx 2009-2015

Tout a un prix et je ne crois pas me tromper de beaucoup si je dis que ce à quoi nous avons assisté avec la chute des mines est une mise à mort des titres sans discernement aucun.

Le retour des mines (notamment les juniors) pourrait être violent

Le secteur va renaître de ses cendres et  les mines juniors vont très certainement « surpeformer » l’ensemble du secteur aurifère.

La qualité d’une junior (exploratrice en devenir) c’est:

  1. High grade (haut grade, teneur en or du dépôt. Le grade moyen des mines dans le monde vient de passer au dessous de 1g à la tonne)
  2. Infrastructure (route, train etc.)
  3. Country / Province (le risque politique est important pour l’obtention du permis etc.)
  4. Permitting well advanced (permis en cours proche)
  5. Low Capex (coût de mise en production bas)
  6. Durée de la vie de la mine (plus de 10 ans au moins)
  7. Management de qualité (actionnaire de la société à une hauteur importante)
  8. Le coût de production bas (all-in costs)

Je tiens à disposition (avec les arguments) – de ceux qui le désirent- le nom d’une mine juniors de qualité (qui pourrait aussi finalement se faire racheter…) (info@crottaz-finance.ch)

Happy Investing

NB: je vous renvoie à mon disclaimer concernant les investissements boursiers.

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

18 réflexions au sujet de « L’or et les mines c’est parti mon goldy? »

  • 15 octobre 2015 à 22 h 44 min
    Permalink

    Bonjour Olivier.

    Merci pour ce billet. En effet j’ai l’impression que nous sommes bien partis. Je viens de lire le billet de Hubert Boeltz qui semble persuadé, lui aussi.

    http://hubert-boeltz.com/il-est-l-or-mon-segnor.html

    Quant à Philippe Béchade, aujourd’hui il nous dit  » Priez….ou achetez de l’or »

  • 17 octobre 2015 à 9 h 58 min
    Permalink

    Bonjour Olivier,
    Je suis surpris par le classement des 8 critères. Dans le contexte actuel (le « actuel » est très important), je mets le cash (ou le financement) très haut dans mes critères et suis donc surpris de son absence. Une exploratrice avec tous vos critères mais sans cash serait obligée de procéder à une augmentation de capital. Et aux cours actuels bonjour la dilution… Le seul autre choix serait d’arrêter de forer et ce n’est pas mieux…
    Points de détail pour ceux qui débutent, je mettrai le « all in cost » plus haut dans la liste car après tout on va retrouver dans celui-ci beaucoup d’élément dont indirectement le capex (dans lequel on retrouve également les infrastructures). Attention aussi à la teneur « rentable » qui diffère beaucoup entre l' »open pit » et l »underground ».
    En ce moment, je suis assez peu sensible à la durée de vie car avec du cash et/ou une mine très rentable, il est possible d’accroître les réserves par de la croissance externe à moindre coût.
    Pour conclure sur le timing, effectivement on sent un frémissement mais on a eu tellement de faux-départs ces dernières années…

  • 17 octobre 2015 à 10 h 16 min
    Permalink

    Bonjour merci de votre message. Il n’y a aucun classement dans la liste des critères que j’ai inscrits et à aucun moment je n’ai dit qu’un était plus important que l’autre, c’est une liste de critères importants.
    Chacun attribue le poids qu’il désire.

    Vous avez effectivement raison quand vous parlez du cash mais cela ne s’applique qu’à des productrices. Dans le cas d’une exploratrice qui arrive bientôt à l’obtention du permis, comme je l’ai mentionné, il est évident que la société doit procéder à une augmentation de capital pour construire la mine.

    Happy investing

  • 17 octobre 2015 à 11 h 10 min
    Permalink

    Certes, l’augmentation de capital au moment de la construction est plus acceptable et souvent inévitable (mais pas toujours ;)). A ce moment là d’ailleurs la qualité du projet est souvent un critère plus important que le cash. Ça permet à l’entreprise d’avoir un maximum de cartes en main pour choisir entre les différents scénarios (AK, dettes, JV, streaming, hedge).
    Mais pour tous les autres stades (y compris pour une exploratrice qui doit encore forer) « cash is king » dans cette période où les sources de financement se font rares. Enfin, ce n’est que mon humble avis. Et échaudé par un marché baissier qui dure, je préfère aujourd’hui jouer la sécurité en n’investissant pratiquement plus dans les exploratrices (j’ai déjà un beau panier dans lequel je moyenne certaines lignes à la baisse de temps en temps) ou alors avec des situations spéciales (ex : cash > capitalisation boursière).

  • 17 octobre 2015 à 11 h 25 min
    Permalink

    Sprott a fait comme vous et cela a tué une grande partie des exploratrices qui sont les productrices de demain.

    Ne pas émettre de capital pour la construction et utiliser d’autres moyens affaibli la société (joint vendture voire vente de royauté.

    Nous ne parlons pas des mêmes entreprises

    Je ne comprends pas quand vous écrivez  » pour une exploratrice qui doit forer cash is king »
    Comment faire alors puisque pour avoir du cash il faut lever du capital. C est le serpent qui se mord la queue dans ce scénario.

    On sait que pour entrer en production il faut environ 2/3 de dettes et 1/3 de capital. Donc forcément qu’à la fin il y a une dilution.

    Ce sont les exploratrices qui sont proche du permis qui on le plus grand potentiel à mon hunble avis

  • 17 octobre 2015 à 12 h 02 min
    Permalink

    Je m’exprime sans doute mal. Ce que je souligne c’est que dans l’état actuel des cours, je préfère et de loin une exploratrice qui a du cash en caisse qu’une autre qui va devoir en trouver maintenant et beaucoup diluer car son cours de bourse est très bas. Comment avoir du cash en caisse ? En ayant lever des fonds lorsque les cours étaient plus hauts, beaucoup plus hauts. Le risque c’est que la compagnie utilise mal le cash, mais je préfère ce risque à une AK sur des cours trop bas ou des financement d’urgence à des taux d’usure.
    Comme je l’écrivais plus haut, le cash permet actuellement de racheter des projets a un coût très inférieurs à tout ce qui a été dépensé pour explorer. Les compagnies qui auront été agressives sur les points bas du marché auront un avantage considérable. Mais bien malin (ou chanceux) celui qui trouvera le point bas…
    Vous avez surement raison sur le potentiel. Mais c’est comme le levier, ça fonctionne dans les 2 sens… A la hausse comme à la baisse.
    Je suis peut-être trop prudent (encore qu’être investi sur ce marché est plutôt audacieux), mais c’est la conséquence de mes expériences de ces 8 dernières années.

  • 17 octobre 2015 à 12 h 05 min
    Permalink

    J’ai oublié de vous remercier pour cet article et ses échanges. Ça me permet de m’ouvrir et de réviser certains points parfois négligés. Je viens par exemple d’aller revoir la carte satellite du Yukon en cherchant les projets et les routes.

  • 17 octobre 2015 à 12 h 48 min
    Permalink

    Avec plaisir

    Je ne connais pas d’exploratruce avec besucoup de cash

  • 17 octobre 2015 à 15 h 18 min
    Permalink

    Il y a par exemple Strategic Metals qui cote sous son cash. Ça permet de voir venir 😉 Et puis, même si pour garder le cash, ils arrêtent de développer leurs propres projets, on est exposé à d’autres exploratrices à travers leurs participations (qui sont « cadeau » vu que l’on cote sous le cash). dans les participations on trouve Atac Resources, qui grâce à des augmentations de capital réalisés en 2013 et début 2014 (donc à des cours très supérieurs à aujourd’hui) a aussi du cash et en bonus un gros partenaire. Par contre, c’est le Yukon et j’ai cru comprendre (commentaire d’un précédent article) que vous n’étiez pas fan. Cerise sur le gateau, Strategic Metals est aussi une « banque minerale » avec de nombreuses propriétés dans le Yukon.
    Dans la catégorie « je construit une mine sans augmentation de capital » il y a Sunridge. Sauf qu’ils ont quand même laissé une partie de la mine à l’état Erythréen… Lequel va payer les prochaines dépenses à hauteur de 6 millions de $. Par contre, le plan est de financer le Capex du gisement principal en exploitant un gisement secondaire. J’aime bien ce genre d’approche. C’est dans l’esprit du voisin Nevsun qui est assis sur une montagne de cash et finance ses installations pour le cuivre et le maintenant le zinc sur ses fonds propres.

    Déontologie : je suis actionnaire des sociétés citées

  • 17 octobre 2015 à 17 h 31 min
    Permalink

    Strategic Metal est une Royalty company? Si tel est le cas c’est un fonds d’investissement qui achète des productions futures à des mines. Il est donc normal d’avoir un cash positif.

    Pour le yukon je n’ai pas dit ne pas aimer, j’ai juste parlé du fait que certains investisseurs ne regardent que le nombre d’onces dans le sol par rapport à la capitalisation boursière et que parfois cela semble super bon marché. Ils oublient que c est au fin fond du Yukon sans route ni électricité etc. Donc il faut regarder les critères que j’ai énoncés.

  • 17 octobre 2015 à 17 h 36 min
    Permalink

    Subridge a certainement dû baisser sa culotte pour laisser autant au gouvernement.

    Les mines exploratrices lèvent du cash au fur et à mesure de l’avancée. Je préfère un petite mine peu risqué avec un coût initial raisonnable.

    Pour exemple IAM gold avait acheté Trelawney pour 380 mios et cette dernière nécessite 1 milliards d’investissement pour la mettre en production. Moralité IAM gold l’a mis dans un tiroir en attendant un gold à 2000!?!?

    Je préfère une petite mine qui coûte 100 mios à construire high grade safe country avec un joli petit cash flow et un pay back de 2.5 ans. C’est peut être moins sexy mais rentable

  • 17 octobre 2015 à 18 h 05 min
    Permalink

    Strategic n’est pas une « Royalty » (même si elle quelques royalties mais sur des projets encore en stade d’exploration). S’il fallait la mettre dans une case se serait plutôt générateur de projets ce qui équivaut à une exploratrice + des participations dans d’autres exploratrices + des propriétés (+ de 120 ) + des royalties. Mais aujourd’hui on achète juste du cash, le reste est en bonus. Par contre si vous connaissez une Royalty qui cote sous son cash net, j’achète tout de suite 😉
    Je ne sais pas si Sunridge s’est fait plumé mais en Erythrée mieux vaut avoir l’état de son coté. Et Nevsun avec seulement 60% (ça semble être la norme dans le pays) de la mine Bisha représente une belle réussite.
    Moi aussi j’aime beaucoup les petits projets, faciles à financer 😉 Ces critères (high grade, faible capex) sont certes à la mode mais surtout très pertinents.

  • 17 octobre 2015 à 18 h 18 min
    Permalink

    Oui le pays très important c’est pourquoi j’aime le Canada very mines friendly et pas besoin de lui donner le fruit du travail
    Le principe de proriété privée prends donc tout son sens

    Je vous ai envoyé un email l’avez vois reçu?

  • 17 octobre 2015 à 18 h 19 min
    Permalink

    Je vous ai envoyé un email?!?! L’avez vous reçu?

  • 17 octobre 2015 à 19 h 00 min
    Permalink

    Oui merci 🙂
    J’ai juste jeté un oeil rapide (il y a beaucoup de matière) mais ça à l’air intéressant même si je ne suis pas sûr d’être capable de tout comprendre et interpréter.

  • 20 octobre 2015 à 18 h 51 min
    Permalink

    Tiens, une autre exploratrice qui cote quasiment a son niveau de cash : Orca Gold. Bon, c’est le Soudan, mais on ne peut pas tout avoir…

    Déontologie : je suis actionnaire d’Orca Gold

  • 21 octobre 2015 à 20 h 12 min
    Permalink

    J’ai justement râté Carlisle a force de trop chercher mon point d’entrée … Par contre j’ai eu le temps d’amasser sur Integra Gold au Québec qui réunit une belle configuration, presque idéale à mon sens .

    Eastmain resources toujours au Québec est dans ma ligne de mire avec bientôt sa première étude économique.

    Les fortes teneurs en gr/t: oui et non : le potentiel économique n’est pas lié mécaniquement à ce seul facteur (voir Rye Path dans le Nevada par exemple).

    Pour une inversion lourde de la tendance de l’or, j’attendrai pour me prononcer car je n’aime pas les douches glacées 😉

  • 6 novembre 2015 à 18 h 53 min
    Permalink

    Tiens Sunridge que j’évoquais plus haut va vendre sa participation de 60% de son projet en Erythrée à des Chinois pour 65 millions de $ en cash. Mais cette fois, il ne va rester pratiquement plus que du cash (dont une grande partie va être restituer aux actionnaires à priori). A voir ce que va devenir la société.

    En attendant, c’est une bonne opération pour les derniers arrivés 😉

Les commentaires sont fermés.