L’indicateur Coppock sur l’or, les mines et l’indice HUI

Arrivant enfin péniblement à me débarrasser de cette satanée grippe, je me fends aujourd’hui d’une partie d’article sur l’indicateur coppock et remercie Léonard sartoni pour son avis éclairé parce que je l’ai interpellé sur un article qui dit qu’il faut fuir les mines et miser sur le physique uniquement.

Au sujet de l’indice Copock, en 2009 j’avais écrit un article : Bienvenue sur Coppock

Sur le site de Jim Sinclair: http://www.jsmineset.com/ on m’a indiqué (merci Philippe) que monsieur Sinclair avait montré que nous sommes (avec cet indicateur) proche d’un signal d’achat sur l’or.

 

clip_image016

 

Je profite aussi pour vous mettre un commentaire que m’a envoyé de Léonard Sartoni et des graphiques récemment reçus(avis que je partage totalement, l’avenir nous le dira)

 

Concernant la hausse des coûts de production:

La hausse des coûts de production est un problème connu et il a été largement reflété dans le prix des actions. Il est surtout question de la désertion du secteur depuis la crise financière de 2007, et dernièrement de la complaisance qui règne sur le marché des actions et qui est inversément proportionnelle à l’attrait de valeurs alternatives comme les mines d’or (comme on peut très bien l’observer avec le ratio HUI/S&P500). Mais ce qui compte pour nous, ce sont les valorisations et les dividendes, qui sont les deux en hausse.

 

 

 

valorisation des mines d'or

 

Lorsque le marché touche un creux extrême, il y a toujours cent raisons pour vendre. Les analystes-journalistes commettent alors l’erreur de partir du prix de l’action pour expliquer pourquoi ça ne va pas et pourquoi elles sont arrivées là. C’est déjà du passé. Ce qui a amené les mines là où elles sont aujourd’hui, ce sont des raisons vieilles de plusieurs années. La tendance s’est auto-alimentée jusqu’à arriver à un extrême qui a conduit à une capitulation comme celle à laquelle on a assisté la semaine passée. Une tendance conduit souvent à visiter des extrêmes lorsqu’elle arrive en fin de course.

 

Si on regarde les valorisations et des ratios comme le HUI/GOLD et le HUI/S&P500, et si on tient compte du fait que le prix de l’or va bientôt reprendre sa course haussière (en bonus), vous avez là tous les ingrédients pour un nouveau marché haussier sur les mines (ou la poursuite de leur marché haussier selon comment on le définit).

HUI contre S&P500

 

On peut aussi voir la correction actuelle du HUI depuis 2011 (-40%) comme un mouvement correctif du marché haussier 2009-2010 de +220%. Nous sommes revenus prendre appui sur la droite de tendance (ou pire revenu former une sorte de W, autour de 380pts) ce qui se produit assez fréquemment pour les grandes corrections de cet indice. Je ne cherche pas des excuses, c’est ce que j’observe en me reportant sur les grandes corrections de 2002-2003, 2004-2005 et 2006-2007. Nous étions revenus tester le creux plusieurs fois dans des corrections qui approchaient aussi les 40%. Dans le monde follement volatil des mines, la correction actuelle est davantage liée à une dynamique propre qu’à des raisons fondamentales. Même si elle est douloureuse et met les nerfs à rude épreuve (en ravivant l’épisode de 2008), elle n’est reste pas moins normale jusqu’à présent.

 

Mais il est vrai que la hausse des coûts opérationnels (que je sous-estimais largement en 2007) empêchera les grandes mines productrices de battre la performance de l’or sur l’entier du marché haussier actuel… à moins d’une mania en fin de marché haussier. Qui sait? Je n’ai pas connu la déprime qui régnait sur le secteur en 2001, lorsque l’indice du HUI touchait les 35 points! Un marché haussier de +540% en un peu plus de 2 ans avait suivi. Qui s’en serait douté, alors que tout le monde annonçait la mort du secteur et un cours de l’once à $100? Bien entendu, le marché était allé trop vite et trop loin, comme d’habitude. Comme je vous le disais, il n’y a rien qui soit raisonnable dans ce secteur, on bascule d’un extrême à un autre.

 

marges des mines d'or

 

Le HUI est un indice d’extrémistes, de fanatiques et de maniaco-dépressifs. Cet indice doit compter le plus grand nombre de suicides virtuels par défenestration, suffocation et noyade… en actionnant le bouton d’achat ou de vente au mauvais moment!

 

Pour l’heure, un mouvement de rattrapage prendra forme, d’une manière ou d’une autre.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

6 réflexions au sujet de « L’indicateur Coppock sur l’or, les mines et l’indice HUI »

  • 29 janvier 2013 à 0 h 05 min
    Permalink

    Bonsoir,

    Je constate que le ratio Gold XAU est supérieur au seuil historique moyenne. 11 à ce jour contre 6 ou 7. Cela signifie qu’il y a un bon point d’entrée pour les minières.

    Cordialement.
    Sovanna Sek, auteur de GenY Finances.

  • 29 janvier 2013 à 10 h 47 min
    Permalink

    Bonjour,
    Pensez-vous que si plusieurs états veulent rapatrier leur or, c’est parce qu’ils ne font plus confiance à personne et surtout pas à l’Amérique ? N’est-ce pas un moyen stratégique de forcer l’Amérique à mettre VRAIMENT le nez dans ses problèmes ??

  • 15 février 2013 à 21 h 13 min
    Permalink

    Bonjour,
    1)-Dans les sociétés minières ( or et argent), comment les réserves en terre prouvées ou probables d’une part, et inférées d’autre part, sont-elles prises en compte dans la comptabilité ?
    2)-J’observe que dans ces mêmes sociétés, le ratio de capitalisation par once de réserves est très variable.
    Dans ces conditions,dans l’hypothèse soutenue par beaucoup d’une majoration du prix de l’or à 2000$ et de l’argent à 40$, ne faut-il pas rechercher d’abord des minières ayant des réserves importantes ?
    Ainsi, en prenant l’exemple de CDE qui vient de faire état de 520 millions d’onces de réserves d’argent et de 4,4 millions d’onces d’or, sur base des prix actuels de 1600$ pour l’or et de 30$ pour l’argent, puisque les prix de revient resteraient +- les mêmes quels que soient ceux de vente, pourrait-on considérer qu’il y aurait une plus-value latente de 5,20 milliards pour l’argent et de 1,76 milliard pour l’or ( 4,4 *400), soit un total de près de 7 milliards ?

    Je n’y crois guère car cela représente plus du triple de la capitalisation boursière actuelle de CDE !

Les commentaires sont fermés.