Les vilains petits suisses seraient-ils responsable des malheurs de l’euro ?

C’est en tous cas ce que laisse entendre l’article du Monde: le monde la suisse la chine de l europe

Si vous lisez bien cet article vous y verrez ou omprendrez que le rédacteur n’a ABSOLUMENT rien compris et cite à la suite des arguments en complète opposition.

Je m’explique:

Tout d’abord il écrit que c’est à cause des ventes massives d’euro par la Suisse que la couronne suédoise et le dollar australien sont au plus haut contre euro (juste entre nous l’euro baisse contre toutes les monnaies du monde, Yen y compris)

Puis un paragraphe plus bas, Le rédacteur avance que le Suisse ne fait que d’acheter des euros !

Il faudrait savoir. On achète ou on vend ?

Je pense malheureusement que l’auteur de l’article ne maîtrise pas le sujet ou la langue de rédaction.

En ce qui concerne l’euro, la Suisse est le principal acheteur de cette devise et soutient ainsi son cours. Preuve en est l’augmentation à 60% (contre 51% le trimestre précédent) de l’exposition à l’euro dans le secteur des devises.

Le rapport fin juin de la BNS : http://www.snb.ch/fr/mmr/reference/pre_20120731/source/pre_20120731.fr.pdf

Je continue de penser que cela ne pourra pas durer éternellement et que la BNS se met en danger à vouloir accumuler des euros sans limite.

Trois de mes articles à ce sujet: La BNS devra rendre des comptesN’est pas la FED qui veut ! (et la BNS l’apprendra à ses dépens) et Les bilans des banques centrales en % du PIB

On dit merci qui Monsieur Euro ? Merci la BNS

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

12 réflexions au sujet de « Les vilains petits suisses seraient-ils responsable des malheurs de l’euro ? »

  • 2 août 2012 à 12 h 07 min
    Permalink

    pour ma part j’ai abandonné depuis des lustres la lecture des plumitifs économistes auto-proclamés 🙂

  • 2 août 2012 à 12 h 15 min
    Permalink

    Vous dites : « Il faudrait savoir. On achète ou on vend ? »

    Vous semblez dire que c’est antinomique, mais si la BNS achète de l’EUR avec du CHF, puis utilise ses EUR pour acheter du SEK et de l’AUD, on a bien une dépréciation du CHF par rapport à l’euro ET une appréciation de l’EUR par rapport au SEK et à l’AUD.

    Non ?

  • 2 août 2012 à 12 h 31 min
    Permalink

    Primo La BNS manipule les cours encore mieux que les banques le libor ! En intervenant comme elle le fait, c’est-à-dire contre le maché, elle fausse sciemment la base de calcul des swaps où le CHF est pris comme référence ou du moins l’une des références. Avec la privatisation tous azimuts, finalement la BNS pourrait être prise à parti pour en répondre par les céranciers qui se sont retrouvés ainsi privés de la couverture de change résultant d’un marché non manipulé. En effet, les swaps sont utilisés pour le financement de collectivités publiques. Empêcher le marché d’évoluer par des contre-mesures, en abaissant le CHF en tant que référence, revient à priver les intervenants de certains bénéfices… qui leur sont cruciaux en cette période troublée. Ce qu’on n’oserait pas demander au FED ont peut parfaitement le demander à la BNS, question de taille. Deuzio En l’absence de convention à ce sujet avec les autres banques centrales, les dirigeants de la BNS obtiendront-ils si facilement des banques centrales anglaise, néozélandaise, suédoise,etc. les masses de devises qui lui seront nécessaire au delà de son stock pour pouvoir racheter les francs suisses lorsque celui-ci ne sera plus considéré que comme un accessoire de l’Euro grec et qu’il s’effondra avec lui, en 2013 ? La démission cosmétique de quelque dirigeant de la BNS ne remboursera en rien les pertes collossales qui pourraient en résulter pour notre pays. C’est bien de jouer les seigneurs quand tout le monde vous envie. Mais quand le marché se retourne (ce qu’il fait toujours tôt ou tard)- voyez l’Islande…

  • 2 août 2012 à 13 h 06 min
    Permalink

    c’est logique que la suisse achete des euros puisqu’elle ne peut les emettre :));en plus elle gére une masse monetaire de l’euro et de franc suisse; au faite elle a deux monnaies :)))

  • 2 août 2012 à 13 h 10 min
    Permalink

    Jeudi 2 aout 2012 :

    Aujourd’hui, l’Espagne a lancé trois emprunts : un emprunt à 2 ans, un emprunt à 4 ans, et enfin un emprunt à 10 ans.

    L’Espagne doit encore payer plus cher pour emprunter à dix ans.

    L’Espagne a levé jeudi 3,132 milliards d’euros en obligations, soit plus que le maximum visé, mais a dû consentir un taux d’intérêt en hausse sur l’échéance-phare à dix ans, signe d’une persistance des tensions sur le marché avant une réunion très attendue de la BCE.

    Le Trésor espagnol, qui émettait aussi des obligations à deux et quatre ans, a payé plus cher sur l’échéance à dix ans, la plus surveillée par les investisseurs, devant concéder un taux moyen de 6,647% contre 6,430% lors de la dernière émission similaire le 5 juillet.

    Ce taux est dans la tendance du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise: jeudi matin, les obligations espagnoles à dix ans s’échangeaient à 6,656%.

    Sur l’émission à quatre ans, l’Espagne a également dû concéder un taux en hausse, à 5,971% contre 5,353% le 7 juin.

    Mais la pression s’est détendue sur les émissions à deux ans, le taux ayant baissé, à 4,774% contre 5,204% enregistré lors de l’émission du 19 juillet.

    http://www.romandie.com/news/n/_L_Espagne_doit_encore_payer_plus_cher_pour_emprunter_a_dix_ans83020820121122.asp

  • 2 août 2012 à 13 h 32 min
    Permalink

    Bonjour Laurent !
    Oui je persiste elle achète des euros avec des CHF créés de toute pièce (ou de tout billet).
    Par contre il ne peut pas y avoir d’apréciation d’un côté (contre sek) et dépréciation de l’autre.
    Je m’explique:
    si vous achetez des euros vous faites monter l’euro (ou vous freinez sa chute) et Vous affaiblissez le CHF en le vendant.
    Si par la suite vous revendez les euros, vous affaiblissez l’euro car vous en mettez sur le marché (peu importe contre quelle monnaie, admettons la SEK). Donc la SEK Monte, et l’euro baisse. Comme l’euro baisse, la BNS doit en racheter.
    Donc conclusion la BNS ne vend pas les euros, preuve en est l’augmentation des réserves en euro dans son bilan.
    La BNS espère que la situation s’améliore dans la zone euro car 60% du commerce de la Suisse se fait avec la zone euro.

  • 2 août 2012 à 15 h 20 min
    Permalink

    Jeudi 2 aout 2012 :

    Mario Draghi : c’était du bluff.

    Mario Draghi : c’était du pipeau.

    Mario Draghi est le gardien de la fosse septique.

    La Banque Centrale Européenne est devenue une fosse septique, remplie d’obligations d’Etat pourries.

    Elle sent mauvais, ta fosse septique, Mario. Elle est en train de déborder. Reste bien assis sur le couvercle de ta fosse septique, Mario.

    Si tu es croyant, prie le Ciel pour éviter le débordement de ta fosse septique.

    Mais surtout, Mario, surtout, ne nous rejoue plus de pipeau. Ce n’est plus la peine : nous savons tous ce que tu es.

    Tu es un impuissant qui bluffe.

    Tu es un impuissant qui ne peut faire qu’une seule chose : jouer du pipeau.

    Tu es un impuissant qui joue du pipeau, assis sur le couvercle de ta fosse septique.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fosse_septique

  • 2 août 2012 à 16 h 25 min
    Permalink

    DONC OLIVIER ELLE GERE DEUX MONNAIES :)).CQFD.

  • 2 août 2012 à 16 h 37 min
    Permalink

    Je m’en tient à l’article et à son auteur.

    Un ancien politique italien, M. Giulio Andreotti, parfois très critiqué, strictement catholique, disait :
    « À penser mal l’on fait péché, mais, des fois, on y devine. »

    Moi, je pense ouvertement mal (je ne me considère pas catholique) et je pense que ce genre d’articles est de mauvaise foi et vise a créer des bouc émissaires dans les périodes critiques pour dévier l’attention des peuples des conséquences des méfaits internes.
    C’est un jeu vieux comme le monde et qui a toujours eu des conséquences lourdes pour ceux qui en ont été l’objectif (je ne suis pas juif non plus, ni musulman).
    Situation dangereuse de laquelle j’avais déjà fait mention sur ce blog il y a quelques ans.

  • 3 août 2012 à 13 h 05 min
    Permalink

    Vendredi 3 aout 2012 :

    Une information très importante :

    LES TRAITES EUROPEENS VIENNENT D’ETRE VIOLES :

    Article 21
    Opérations avec les organismes publics
    21.1. Conformément à l’article 123 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, il est interdit à la BCE et aux banques centrales nationales d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite.

    OR LA BANQUE CENTRALE DE LA GRECE VIENT DE PRETER 6 MILLIARDS D’EUROS AU TRESOR PUBLIC GREC :

    La Grèce échappera au défaut de paiement en août, grâce à un prêt relais de 6 milliards d’euros accordé, à titre exceptionnel, par la banque centrale grecque. Mais le gouvernement grec n’aura droit à aucun répit estival.

    Pour éviter le scénario catastrophe en plein été, les responsables de la zone euro ont accepté une solution technique impliquant la banque centrale de Grèce, autorisée à faire une avance au Trésor grec de 6 milliards d’euros à court terme en août. Cette solution, autorisée exceptionnellement, permettra à Athènes d’assurer ses échéances en déchargeant la BCE de toute responsabilité. Car tout défaut de paiement grec viendra impacter le bilan de la banque centrale grecque et non celui de la BCE.

    «Demander un délai de remboursement à la BCE aurait déclenché un psychodrame grec en plein été. Il fallait donc agir différemment et faire circuler les liquidités. C’est un soulagement, même s’il est minime», conclut Vassilis Daskalopoulos.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/08/02/20002-20120802ARTFIG00564-le-plan-grec-pour-echapper-au-defaut-de-paiement-cet-ete.php

    La banque centrale de la Grèce va prêter 6 milliards d’euros au Trésor public grec.

    L’avantage de ce prêt : « tout défaut de paiement grec viendra impacter le bilan de la banque centrale grecque et non celui de la BCE. »

    C’est ça, l’avenir : une banque centrale nationale prête de l’argent au Trésor public national.

    C’est ça, l’avenir.

    Contraints et forcés, nous y viendrons.

  • 4 août 2012 à 2 h 44 min
    Permalink

    @ Olivier Crottaz

    C’est bien de mettre les journalistes du journal Le Monde devant leurs contradictions.

    Mais ne vous formalisez pas trop, Le Monde comme journal plus gouvernemental, tu meurs! (c’est un français qui vous le dit!)

    D’ailleurs les journaux français ont quasiment tous une tendance politique, ça date de l’immédiate après-guerre, en 1945:
    – Libération est à gauche pro-socialiste
    – Le Figaro à droite tendance UMP
    – Le Monde roule pour…, pour Le Monde en fait, c’est la girouette parfaite, dès que le gouvernement change, ils changent aussi, etc, etc…

    Bah! Il faut bien trouver des raisons à la baisse de l’euro sinon comment faire pour tondre les moutons contribuables quand ils reviendront en septembre des vacances, hein?

  • 4 août 2012 à 11 h 18 min
    Permalink

    Le jeudi 2 aout 2012, dans la zone euro, l’information la plus importante de l’année 2012 a été cachée par les télévisions, par les radios, et par presque tous les grands titres de la presse papier :

    En zone euro, il y a eu le réarmement d’une banque centrale nationale, en violation de tous les traités européens.

    Qu’est-ce que le réarmement d’une banque centrale nationale ?

    C’est quand une banque centrale nationale prête de l’argent à un Trésor public national.

    TOUS LES TRAITES EUROPEENS INTERDISENT QU’UNE BANQUE CENTRALE NATIONALE PRETE DE L’ARGENT A UN TRESOR PUBLIC NATIONAL :

    « Conformément à l’article 123 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, il est interdit à la BCE et aux banques centrales nationales d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. »

    OR LA BANQUE CENTRALE DE LA GRECE VIENT DE PRETER 6 MILLIARDS D’EUROS AU TRESOR PUBLIC GREC :

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/08/02/20002-20120802ARTFIG00564-le-plan-grec-pour-echapper-au-defaut-de-paiement-cet-ete.php

    Le réarmement de la banque centrale de la Grèce est une information historique.

    Le réarmement de la banque centrale de la Grèce montre ce qui nous attend dans les années qui viennent, en Grèce et dans d’autres pays européens :
    – L’éclatement de la zone euro.
    – Le retour aux monnaies nationales.
    – Le réarmement des banques centrales nationales.
    – En Grèce et dans d’autres pays européens, une banque centrale nationale prêtera de l’argent à un Trésor public national.

Les commentaires sont fermés.