L’ECU, puis l’EURO sur trente ans contre CHF

Les quotidiens, que nous lisons, font leur choux gras des problèmes budgétaires et monétaires. Mon blog en parle depuis déjà bien longtemps.

Permettez-moi de remettre en perspective l’évolution de l’EURO (anciennement ECU) contre notre franc suisse (CHF).

Au sujet de ce même Franc Suisse, j’avais produit, il y a peu, un graphique contre le Franc Français sur 200 ans, vous pouvez le retrouver ici ici: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=3740

Selon Wikipedia, l’ECU (pour European Currency Unit) a été créée en 1979 en même temps que le Système monétaire européen (SME) dans le but de donner aux pays membres de la CEE une zone de stabilité monétaire en limitant les fluctuations des taux de change entre les pays membres.

Ce n’était pas une vraie monnaie, mais un panier de valeurs, et la valeur de l’ECU était mécaniquement plus stable que celle des monnaies qui le composent. La faiblesse éventuelle d’une monnaie du panier étant compensée par la force des autres monnaies. L’ECU a été utilisé comme unité de compte pour les institutions européennes et les banques centrales des pays membres, ainsi que comme monnaie de placement et d’endettement sur les marchés financiers. La livre anglaise en faisait partie.

L’ECU est devenu l’EURO, une monnaie bien réelle cette fois, le 1er janvier 1999 (sans la livre anglaise cette fois)

Voici, pour votre information, un graphique représentant l’évolution du cours de change de ces monnaies (ECU devenu EURO) contre notre cher franc suisse sur trente ans. Pas brillant…

 

En relatif, le franc suisse se comporte mieux, MAIS…

Dans notre système de change flottant (qui devrait être appelé change coulant, car la valeur réelle des monnaies chute tout le temps), les actifs renchérissent en permanence. Les monnaies perdent leurs pouvoirs d’achat durant leurs existences.

Si l’on se réfère à l’indice des prix à la consommation (source BNS), notre franc suisse a perdu près de la moitié de sa valeur (46.6%) au cours de ces trente dernières années et ceci malgré sa hausse face aux autres monnaies. Cela signifie que les autres monnaies se sont…ECROULEES !

Pourquoi une telle perte de valeur ? Parce que banquiers et politiciens, principaux bénéficiaires de ce système, en fabriquent trop. Le bon peuple ne s’en rend pas compte. Avec une inflation moyenne de 2 à 3% l’an, cette sorte d’impôt qui frappe tout le monde, insidieusement, passe complètement inaperçu.

Les pauvres sont les plus durement touchés par cette inflation. Ils ne peuvent s’en protéger, car ils n’ont pas la possibilité d’acheter des actifs qui ne dépérissent pas comme la monnaie fiduciaire. Que se passe-t-il alors ? La fracture sociale augmente et le clivage (terme adorée par Francis Lalanne) grandit chaque jour.

Depuis l’abandon de l’étalon or en septembre 1936, le franc suisse a perdu plus de 87% de son pouvoir d’achat (soit 2.9% par an en moyenne)…

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

14 réflexions au sujet de « L’ECU, puis l’EURO sur trente ans contre CHF »

  • 26 février 2010 à 9 h 58 min
    Permalink

    Bonjour Olivier.
    Le Franc Suisse pourrait devenir monnaie refuge ??

  • 26 février 2010 à 12 h 15 min
    Permalink

    bjr olivier donc il ne nous reste plus que l’or physique.

  • 26 février 2010 à 15 h 42 min
    Permalink

    La bulle immobilière aura eu cet effet beaucoup plus rapidement. Pour les futurs acheteurs constituant leur apport, c’est 50% de pouvoir d’achat immobilier perdu en quelques années, à moins d’avoir eu un don particulier pour anticiper la destination des fonds issus des politiques reflationnistes et investir puis arbitrer au bon moment.

  • 28 février 2010 à 3 h 21 min
    Permalink

    Feu en la demeure ! par Paul Jorion

    « Je dis qu’il y a à nouveau un petit jeu sur les Credit-Default Swaps (CDS). Cette fois, ce n’est plus 1) Bear Stearns, 2) Lehman Brothers, 3) Merrill Lynch, c’est 1) Grèce, 2) Portugal, 3) Espagne. Ce que font en ce moment les marchés financiers n’est pas sans rappeler l’opération de George Soros qui coula la livre britannique en 1992 (quand on pense que le renouveau de la « science » économique est entre ses mains !) »

    http://www.pauljorion.com/blog/?p=8523

  • 28 février 2010 à 14 h 11 min
    Permalink

    @jean-luc : certains n’y croient pas du tout…
    et l’on prépare secrètement un franc suisse… en chocolat ! Idéalement, on
    attend que les fêtes de Pâques soient passées pour recycler les invendus…

  • 1 mars 2010 à 15 h 39 min
    Permalink

    Dimanche 28 février 2010 :

    Angela Merkel exclut toute aide financière allemande à la Grèce.

    La chancelière allemande Angela Merkel a exclu dimanche toute aide financière de son pays à la Grèce, tout en se félicitant des mesures prises par Athènes pour résorber son large déficit budgétaire.

    La chancelière a également rejeté l’idée d’un soutien bancaire à la Grèce, obtenu par des garanties d’Etat, estimant que cela reviendrait au même qu’une aide étatique directe à la Grèce.

    http://www.romandie.com/infos/news2/100228185040.mt9ss045.asp

  • 11 mai 2010 à 18 h 29 min
    Permalink

    M le-fier- d’être- Suisse;

    Vous oubliez quelques détails de poids:

    – Si Naploléon 1° n’avait organisé vos petits cantons en confédération, pour vous donner un semblant d’indépendance, il y a longtemps que vous ne représenteriez que l’équivalent d’une préfecture en France.
    – A part Netlé en Suisse dont le 2° marché après les USA est la France (bien avant l’Allemagne et tout autre pays inclus la Chine), il n’y a pas grand chose. Et Nestlé à perdu 35 % de résultat net en 2009. La situation des banques n’y est pas plus brillante. Reste quoi? Rien.
    – La monnaie suisse est une illusion pratique pour les banquiers dont chacun fait semblant de croire qu’elle est la plus sable du continent européen: mais il a suffit que Sarkozy s’énerve un peu pour que les banques suisses se mettent au garde à vous. On fait semblant mais ne vous y trompez pas: la marine suisse n’est pas taillée pour affronter l’ €.
    – Et le petit référenciel « franc suisse » est peut être pratique (soupape de sécurité) au milieu de la grande Europe mais personne n’ignore sur quelles tragiques destins, sur quelles spoliations (des juifs, des français et des allemands durant la seconde guerre mondiale, des « assurés » français et allemands dans les années 60 à 90 qui croyant protéger leur épargne pour leurs enfants se sont fait escroqués; voir le livre de Ziegler: la Suisse lave plus blanc!) et enfin sur quelles tricheries fiscales internationales l’économie suisse repose.
    – Alors venir mettre en avant ici votre petite monnaie en prétendant ridiculiser les autres est assez pathétique. Le Franc Suisse ne survit que parce que nous le voulons bien. Tenez vous le pour dit et retrouvez l’humilité de vos ancêtres. L’ivresse des sommets vous monte à la tète M. Crottaz? prenez garde, le jour ou l’ Europe éternuera, la Suisse sera bien malade.
    Alors amusez nous de vos petits graphiques si cela vous distrait, mais ne confondez pas tout.

  • 11 mai 2010 à 20 h 34 min
    Permalink

    Houlààà, ambiance…

    Vive la Suisse, le chocolat Cailler, les belles montres, les belles auto, les avions solaires, les avions pas solaires, les montagnes, les belles banques too big to fail, les petites banques cantonales too smart to fail, son marché immobilier about to fail, et les jaloux bloqués à la frontières dans des pays en train de couler à pic.

  • 11 mai 2010 à 21 h 30 min
    Permalink

    Bonsoir Monsieur, j’ai lu avec attention vos propos, je tiens à rappeler que mes propos n’engagent que moi et que je n’ai pas la prétention d’avoir raison, mais que cependant si mes écrits sont de nature à vous heurter, je vous propose de vous orienter vers la lecture d’autres blogs que le mien. Je reste par contre ouvert à toute discussion CONSTRUCTIVE.

  • 11 mai 2010 à 21 h 47 min
    Permalink

    Alors là je tombe des nues.
    Il y en a qui devraient
    1) balayer devant leur porte
    2) lire un peu avant de dire n’importe quoi
    3) apprendre à être cordial car:

    a) Napoléon en a finalement pris plein la figure et n’a rien à voir avec la confédération….si je ne me trompe pas en 1281 il était ou ce nabot-leon ?
    b)A part Nestlé, il existe Roche, Novartis, Zurich, ABB,Holcim et j’en passe. ce qui fait que la capitalisation du marché suisse est importante.
    C) chaque pays possède ses casseroles vis à vis de périodes noires, les collabo français n’étaient pas mal non plus, tiens allez voir « La Rafle » on comprend mieux certaines choses. Le propos est totalement hors sujet.
    d) Je ne ressens pas de tentative de Mr Crottaz de ridiculiser quiconque, ce sont des faits, c’est factuel.
    e) J’espère bien qu’il est fier de son pays. D’autres devraient en prendre de la graine

    Enfin bref, pas constructif tout cela et effectivement john ça pue la frustration par ici. Mr crottaz est encore bien gentil je trouve

Les commentaires sont fermés.