Le pétrole pique toujours deux fois

Pour faire suite à mon récent article sur le pic de production de pétrole (peak-oil), je désire vous produire quelques graphiques et articles.

D’un côté les pessimistes comme moi (je préfère réaliste comme terme) et les optimistes de l’autres s’affrontent  pour déterminer si nous nous trouvons dans une phase de sommet de production.

Cette production déclinerait, entraînant de grands changements dans notre manière de vivre.

Ce que je peux dire sans risquer de me tromper, c’est que lorsqu’une grande problématique survient, c’est à ce moment – et uniquement à ce moment là – que l’homme prend des mesures. Tant que le problème réside dans le futur, l’homo sapiens sapiens en se soucie que peu de ce qu’il va advenir. En résumé, c’est dans le mur qu’on voit le mieux le mur.

Graphique de la production de pétrole

Graphique de l’utilisation des ressources énergétiques

Une comparaison de l’utilisation du nucléaire et de l’hydraulique

On comprend aisément que si un pic pétrolier survient, le monde va se trouver dans une panade importante.

Le pentagone est inquiet:  Peak Oil pourquoi le Pentagone est pessimiste et les pays producteur continue de mentir sur leurs productions et réserves poker iran irak 

Mais on est sauvé, Natexis nous explique qu’il n’y a pas de pic de production:  natixis pas de pic

Si une banque le dit…..

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

26 réflexions au sujet de « Le pétrole pique toujours deux fois »

  • 29 novembre 2010 à 11 h 59 min
    Permalink

    Pourquoi se focaliser sur le pic pétrolier, regardons les solutions d’avenir. Elles existent.
    Le pic pétrolier, peut être interessant pour un trader, cf précédent blog sur la hausse des cours du brut, mais, à long terme, des solutions sont là. Pour une nouvelle révolution économique ?
    DESERTTECH : 400 milliard pour fournir en electricité solaire l’europe. Comparé aux 700 milliards du fond d’aide, ou aux investissements pétroliers ….

  • 29 novembre 2010 à 13 h 52 min
    Permalink

    @Olivier
    Si vous ne capter pas que le pic pétrolier va provoquer quelque chose de dramatique, je pense que vous devez vous renseigner plus car les énergies autres (sauf nucléaire) ne produisent pas assez et que leur développement n’est qu’en cours.
    NB: Il n’y a pas que l’essance des voitures qui utilise du pétrole. Tout est à base de pétrole

  • 29 novembre 2010 à 13 h 53 min
    Permalink

    @Olivier C.
    En effet, les sociétés peuvent réagir fortement quand une contrainte se resserre. Tant qu’elle est lâche, on ne ressent pas le besoin de changer. Cette donnée anthropologique est en soi un élément d’espoir.

    @Olivier
    Désolé mais votre commentaire traduit une totale incompréhension de la nature du problème énergétique. Il n’y a pas toujours correspondance dans les usages des différentes énergies (on ne fait pas voler un avion avec du charbon par exemple). Le rendement énergétique va en diminuant, autrement dit, il faut toujours plus d’énergie pour produire de l’énergie. Etc. Désolé mais le potentiel de progrès technologique à venir ne permettra pas de maintenir le statu quo et nous sommes condamnés à (mal) gérer une transition énergétique qui s’impose tous les jours un peu plus…

  • 29 novembre 2010 à 16 h 05 min
    Permalink

    pas besion de penser avion, que dire des paquebots, villes flottantes, pour touristes (et je mesure mes propos).
    mais, sans vouloir être optimiste, parceque la cupidité a pris le controle de nos sociétés (des gains, mais aussi de personnes visant des postes, pour lesquelles elles n’ont pas les capacités etc …)
    Il faut quand même rappeler que l’irak possède des réserves resultant de 20 ans d’embargo.
    Mais surtout, quand on voit la rapidité de developpement d’une technologie, a titre d’exemple, internet qui existe depuis les années 50. En 10 ans, quel développement. Il doit y en avoir d’autres. D’autant plus, qu’un changement trop brusque créerait plus de problèmes que de solutions. A titre d’exemple la fin des industrie lourdes en France dans les années 80 qui a fait augmenter le chomage.

  • 29 novembre 2010 à 16 h 24 min
    Permalink

    bonjour TLM.
    La frite consomme de l’énergie : planter patate = tracteur, sulfatage = tracteur, desherbage = tracteur, cueillette = tacteur, envoi dans les centres de distribution = camion ou bateau
    Je pourrais recommencer pour l’arachide, ou le soja
    Mais je ne vais pas faire tout l’historique.

  • 29 novembre 2010 à 16 h 51 min
    Permalink

    je pense que nous associons trop le pétrole à son seul aspect énergie. Le pétrole est partout dans une maison et pas seulement au garage sous sa forme carburant.
    Je crois me souvenir que 70% des objets d’une maison contienne du pétrole.
    La pétrochimie est quelque chose de colossale.
    Le déclin du pétrole changera tout.
    Mais au fur et à mesure qu’il va manquer, nous ferons plus d’effort pour en trouver et pour mieux l’exploiter. Je ne crois pas que la fin soit si proche qu’on le croit.
    Mais il serait bien de commencer à changer nos habitudes et l’invraisemblable gaspillage auquel nous nous livrons.
    Vive la Suisse.

  • 29 novembre 2010 à 19 h 05 min
    Permalink

    tant mieux, en utilisant plus d’eau, on absorbera la hausse du niveau des mers suite à la fonte des glaciers et pôles, en raison du réchauffement.
    c’est une boutade, mais quand même.
    bien sur que le pétrole est utilisé partout, déjà mon pot de yaourte, le textile. Mais des solutions sont là.
    Par contre pour l’exlosion de la démographie … .
    faut il être MALTHUSIEN ? il me semble que les progrès récent de la technique et technologie ont démontrés que les limites pouvaient être repoussé.

  • 29 novembre 2010 à 19 h 51 min
    Permalink

    et metex ?
    Par contre, avez vous déjà cotoyé un de ces jeunes sorti d’études qui débouchent sur ces postes pour matheux.
    ils ont passé leur jeunesse dans des endroit qui leur faisaient miroiter des salaires mirobolant, issue d’une jeunesse dorée. Alors effectivement, ils ne peuvent scier la branche sur laquelle ils sont. Jusqu’

  • 29 novembre 2010 à 20 h 28 min
    Permalink

    Pic de pétrole derrière nous + pic de population en Asie devant nous = rationnement de la matière première !!

    Ca va faire TRES mal à notre mode de vie, c’est peut-être pas pour demain mais pour nos enfants !

    Les bases US se situent toutes autours des sources d’énergies, les terroristes sont une excuses !

  • 29 novembre 2010 à 22 h 23 min
    Permalink

    précision,
    le monde n’a pas toujours eu recours au pétrole. des solutions alternatives existent. A titre d’exemple je suis persuadé que l’electricité solaire produite en masse sera comme le saumon qui dans les années 80 était consommé par des consommateurs restreint du fait de son prix mais avec les nouveaux mode de production s’est démocratisé.
    Olivier, vous ne saisissez pas non plus tout ce qu’une electricité de masse peut engendrer. A ce jour, tous les ingéneurs gèrent la pénurie. Les cahiers des charges imposent une basse consommation. Le solaire produit en masse : toutes les toitures, autant de producteurs d’éléctricité : en france on aura enfin du pétrole, déjà que nous n’avons plus d’idées. des centrales là ou le soleil est abondant, ….
    L’allemagne trace sa route. La france essaye de suivre, qui se rappel la politique du Franc fort qui a couté des emplois, juste pour suivre l’allemagne qui était entrain de se reunifier, et qui a fait les efforts nécessaire.
    L’allemagne va reprendre le leadership, qu’elle a du laisser suite aux défaites et sa division.
    a titre d’exemple les journaux et le journal le monde : journal de référence s’il en est font tous état des ”révélations de wikipédia” : jusqu’à présent il ne s’agit que d’infos du niveau de voici, gala, ici paris. Un grand rideau de fumée ? de la désinformation? A voir si dans les autres miliers d’info il y a vraiment des nouveautés.
    Internet était inventé il y a 60 ans.

  • 29 novembre 2010 à 22 h 30 min
    Permalink

    erratum : il s’agit des révélations de wikileaks

  • 30 novembre 2010 à 10 h 33 min
    Permalink

    @Olivier

    c’est un truisme de dire que le monde n’a pas toujours eu recours au pétrole… la question n’est pas là: aujourd’hui le monde s’est organisé à partir des possibilités énergétiques et économiques qu’à rendu possible une offre abondante et bon marché de pétrole. Si le pétrole est devenue l’énergie dominante, ce n’est pas pour rien: densité énergétique formidable, stockage et transport facile, grande polyvalence dans ses usages, etc. Le monde aujourd’hui ne serait pas la même en n’ayant que le gaz et le charbon comme énergies fossiles.
    Votre référence à l’électricité est inadéquate: il ne s’agit pas d’une énergie primaire, mais d’un vecteur: on produit de l’électricité à partir du pétrole, de l’uranium, du vent, du soleil, etc. Vous sous-estimez grandement les particularités de chaque énergie qui déterminent le potentiel de chacune et se baser sur des analogies avec le passé est trompeur car on élude les spécificités de la situation présente.

  • 30 novembre 2010 à 11 h 49 min
    Permalink

    je dirais même plus
    La tautologie (du grec ὁ ταυτὸς λόγος, le fait de redire la même chose) est une phrase ou un effet de style ainsi tourné que sa formulation ne puisse être que vraie. La tautologie peut aussi s’apparenter au truisme ou à une lapalissade. En logique, le mot tautologie désigne une proposition toujours vraie. On utilise aussi l’adjectif tautologique en mathématique pour désigner des structures qui émergent naturellement de la définition de certains objets.

  • 30 novembre 2010 à 12 h 09 min
    Permalink

    Y’a quand même une collection de rêveurs allumés sur ce forum !!

    entre des gens qui croient que le solaire va remplacer le pétrole…ma voiture avec panneau orientables incorporés

    et d’autres qui parlent d’énergie ridiculement faible en potentiel énergétique

    Les gars réveillez vous, l’or noir va disparaître et se sera la grosse M….
    mais si votre obstination à ne pas vouloir voir la réalité vous permet de mieux vivre lors là je respecte…..vivons tous dans le deni et l’ignorance !
    oh yes ça fait du bien !

  • 30 novembre 2010 à 12 h 20 min
    Permalink

    @ Olivier C.
    On pourrait aussi dire qu’il y a bcp de sophismes en matière d’écologie. ( raisonnement logique mais qui n’est pas valide )
    😉

  • 30 novembre 2010 à 12 h 39 min
    Permalink

    Le futur c’est le facteur 4: une réduction drastique de la consommation énergétique…et une hausse des prix.

  • 30 novembre 2010 à 21 h 43 min
    Permalink

    le futur, c’est le solaire en grande quantitée, permettant de produire de l’hydrogène.

  • 30 novembre 2010 à 21 h 51 min
    Permalink

    oui des panneaux solaires sur ma tête, dans les wc et sur ma voiture, nawak !
    le rendu des panneaux solaire est de 17% actuellement et les produire pollue (radon)
    moralité ce n’est pas demain la veille qu’on va voir le solaire surtout avec le temps de m…qu’on a

  • 1 décembre 2010 à 11 h 33 min
    Permalink

    @Christophe

    Les nouveaux territoires du gaz (schistes de gaz) constituent une nouvelle fable et ne permettront pas de suppléer longtemps au pétrole. Au reste, tous les usages du pétrole ne peuvent pas être remplacé par le gaz (la pétrochimie ne pourra pas se convertir au gaz par exemple). Le pic gazier n’est pas loin devant en réalité..

  • 1 décembre 2010 à 11 h 37 min
    Permalink

    USA: les réserves de gaz naturel au plus haut depuis 1971
    NEW YORK – Les réserves de gaz naturel exploitables ont augmenté de 11% en 2009 aux Etats-Unis grâce aux nouvelles techniques non-conventionnelles d’extraction, et se situent à leur plus haut depuis 1971, selon un rapport annuel des autorités américaines publié mardi.

    Ces réserves se situaient au 31 décembre 2009 à environ 8.000 milliards de m3, selon ce rapport de l’agence américaine d’information sur l’Energie (EIA), une administration qui dépend du département américain de l’Energie.

    La taille des réserves “prouvées” de pétrole brut, c’est à dire dont l’EIA pense qu’il pourra être exploité dans les années à venir, a aussi augmenté, de 9%, atteignant 22,3 milliards de barils.

    L’agence explique ces augmentations par le développement des techniques coûteuses dite “non-conventionnelles” d’extraction, qui permettent d’aller chercher les hydrocarbures piégés dans la roche schisteuse en la fractionnant et en forant à l’horizontal.

    Cette annonce “démontre l’importance croissante du gaz de schiste pour répondre aux besoins actuels et futurs d’énergie”, a souligné un responsable de l’EIA, Richard Newell, cité dans un communiqué.

    Les réserves ont notamment augmenté en Louisiane, Arkansas, Texas, Oklahoma (sud) et en Pennsylvanie (est). Celles de gaz de schiste ont presque doublé et représentent à elles seules un cinquième des réserves totales de gaz naturel du pays.

    (©AFP / 01 décembre 2010 01h06)

  • 1 décembre 2010 à 12 h 24 min
    Permalink

    Les deux grandes agences de l’énergie ont le point commun de ne pas être très fiables 😉

    Le problème avec les schistes de gaz c’est qu’ils sont difficilement économiquement viables, que le robinet est faible et que le taux de déplétion semble être très important. Je m’attends à ce que de nombreuses réserves officielles ne soit jamais exploitées à l’avenir. Toutefois, cette nouvelle frontière aura permis de soulager l’offre en matière de gaz pendant quelques années. Par contre, le fait que l’on se précipite n’est absolument pas une bonne chose en soi car cela veut dire qu’on va épuiser encore plus vite les ressources à disposition au lieu d’étaler leur consommation dans le temps. En outre, cela tend à ralentir les mesures que l’on devrait prendre pour mitiger les conséquences de la transition énergétique.

  • 2 décembre 2010 à 13 h 46 min
    Permalink

    “qui ne voit pas loin, verra les problèmes de près”, confucius.

    la diversification et la modération sont les seuls chemins en attendant une hypothétique solution miracle (genre “fusion froide”). car l’ère pétro-chimique laissera plus de 6 milliards de personnes à nourrir, avec moins de sources d’eau potable et moins de terres cultivables. prévoir pour organiser au mieux la transition ne semble pas dans l’air du temps.

Les commentaires sont fermés.