Le Brent ou le Crude ?

Ces derniers temps ( et assez peu de monde en parle me semble-t-il), le pétrole offre des prix différents suivant qu’il soit brent ou crude oil.

Dans la définition assez générale, on dit que le cours du Brent (mer du Nord) diffère de +ou- 3 USD par rapport au cours du brut.

Dernièrement, le cours s’est écarté de manière plus importante (plus de 7 USD)

D’après certains, la hausse du pétrole est due à la reprise économique (autre et vaste sujet..), mais aucune explication sur l’écart de cours: brent romandie

Heureusement que certains sont à l’affût de certaines nouvelles restées un peu ignorées et qui, j’en salive déjà, rejoignent mon idée du pic pétrolier maintes fois évoqué sur ce blog.

bp-face-a-une-fuite-s et surtout l’article: le-brent-proche-des-1 qui explique que la Norvège vient de revoir ses réserves à la baisse !

La Norvège serait-il le seul pays qui ne raconte pas des balivernes au sujet de ses réserves ?

Je rappelle que pour vendre plus(+), les pays annocnent de grandes réserves et que depuis des lustres ces pays producteurs ne modifient pas leur réserves ou simplement les augmentent par simple communiqués pour continuer de vendre quantité de produits raffinés.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

11 réflexions au sujet de « Le Brent ou le Crude ? »

  • 17 janvier 2011 à 11 h 51 min
    Permalink

    Conaissez vous la part de speculation dans les cours.
    D’autant plus qu’avec l’effet psychologique pic oil, cela doit permettre ‘tous les abus.
    Les plus dangereux, c’est d’octroyer des montagnes de cash a certains pays et dire qu’il y en a pour denoncer le terrorisme.

  • 17 janvier 2011 à 12 h 02 min
    Permalink

    Cette divergence avait attiré mon attention sans en connaître la cause. Merci de creuser le sujet Olivier.

    En tout état de cause, les relances monétaires des Etats et les placements spéculatifs sur les matières premières qu’ils favorisent, réduisent d’autant le pouvoir d’achat général, ce qui, in fine, accentuera la crise et ses manifestations (la Tunisie par exemple). A cet égard, le seuil de 100$ le baril n’est pas un bon signe…j’entends de nouveau les gens se plaindre du prix à la pompe depuis quelque temps…

  • 17 janvier 2011 à 12 h 30 min
    Permalink

    En tout cas, cela permettra l’emergence de solutions alternatives. Limitera le tourisme mongoloide des beaufs en tunisie ou au maroc ou en egypte juste pour voir.

  • 17 janvier 2011 à 12 h 40 min
    Permalink

    @Olivier,

    ayant fait le choix personnel de vivre sans voiture et de ne plus prendre l’avion… c’est moi qu’on regarde comme un mongoloide pour le moment 😉

  • 17 janvier 2011 à 12 h 45 min
    Permalink

    Vous etes sur?
    Tout le monde est sensibilise au problème de l’epuisement des ressources, sauf les constructeurs automobile americain.
    Il fait dire que les meilleirs elements se dirigent ves les high tech, ils ceux de l’auto ne doivent pas etre tres fute

  • 17 janvier 2011 à 12 h 51 min
    Permalink

    @Olivier,

    oui beaucoup de personnes sont plus ou moins sensibilisées à ces questions… mais de là à changer ses habitudes de vie si confortables il y a fossé ! Le problème est plus subtil: toute la société s’est organisée autour des possibilités offertes par l’automobile, difficile d’y échapper même pour les personnes de bonnes volontés.

  • 17 janvier 2011 à 13 h 01 min
    Permalink

    Vu le budget que cela demande: achat, assurance, entretient, parking,…
    Je serai moins affirmatif.

    Ps: concernant le pic oil, connaissant le liberalisme, celui cjerche toujours a valoriser ses actifs. Si des solutions alternatives existes que ferais je de ces reserves, elles deviendraient du jours au lendemain inutiles et sans valeur. Alors autant les valoriser, même le sable !!!

  • 17 janvier 2011 à 19 h 36 min
    Permalink

    Apparement pas beaucoup de remarques, je dois toucher au but.

    Petite réflexion pour la route. Comment se fait il que des avionneurs comme airbus mettent du temps avant de se decider pour faire le neo et boeing qui n’a toujours pas pris la decisions de reconfigurer un avion pour qu’il consomme moins. Autant de temps pour des evidences !!!! Les reserves de petroles sont elles si enorme ou les dirigents a l’ouest ???

  • 18 janvier 2011 à 9 h 40 min
    Permalink

    Il faut remettre en cause votre notion du pic oil.
    Parle-t-on d’un pic gold ?
    Si le pic oil c’est le moment où l’on produit moins que l’année d’avant, c’est peut-être déjà arrivé et ça ne veut pas dire qu’on ne produira jamais plus. On peut aussi extraire plus rapidement ce qui reste de conventionnel et attaquer massivement le non conventionnel, question d’investissement.
    Si le pic oil, c’est le pic de la demande, c’est plutôt une bonne nouvelle. Un tarif toujours plus élevé réduit mécaniquement la demande et permet le développement des solutions alternatives. Socialement et dans un premier temps, c’est une régression, mais nos sociétés de consommation délirante ont de la marge. Ce n’est pas le cas pour la Tunisie, l’inde, la chine, etc…
    Enfin, c’est pas ça qui empêchera nos avions de voler mais c’est sûr que ça en coulera certains à terre. De là a réinventer le zeppelin …

  • 18 janvier 2011 à 9 h 44 min
    Permalink

    “coulera certains à terre” pas fait exprès mais c’est pas mal. Du même ordre : je me demande si les footballeurs sont des travailleurs manuels ?

  • 18 janvier 2011 à 10 h 44 min
    Permalink

    @Rooron, je vous invite à relire mes articles sur le pic de production (production).

Les commentaires sont fermés.