La leçon de Nicosie

Après Chypre ?

Nigel Farage parle de l’Espagne, d’autres de l’Italie, etc..

En ce qui me concerne,  je rajoute une couche en parlant de….CONTROLE DES CHANGES à venir en Europe si la débandade s’amplifie. (ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/Contr%C3%B4le_des_changes) et cela peut durer comme en France: « Après une très courte interruption, le contrôle des changes est rétabli en France « à titre provisoire » dès 1968, et se maintient ensuite jusqu’en 1984, où le régime s’assouplit. Ce n’est qu’en 1989 que le décret de 1968 réinstaurant le contrôle des changes est finalement aboli »

en attendant un peu de lecture:

European Economics Update – The Next Cyrprus (Mar 27)

et

la leçon de Nicosie: http://www.monde-diplomatique.fr/2013/04/HALIMI/48965

 

 

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

20 réflexions au sujet de « La leçon de Nicosie »

  • 28 mars 2013 à 15 h 04 min
    Permalink

    On vient de me raconter une blague excellente !

    Elle est excellente, mais elle est horrible !

    A la porte de l’Enfer, il y a Satan qui accueille la population de Chypre.

    Satan leur dit :

    « Entrez, Chypre, entrez ! Installez-vous à côté de la population de la Grèce ! Entrez, Chypre, entrez ! C’est par ici ! Et dépêchez-vous ! Plus vite ! Allons, allons, dépêchez-vous ! il y a la Slovénie qui attend derrière ! »

    http://www.romandie.com/news/n/_Slovenie_un_conseiller_du_FMI_pressenti_pour_diriger_la_Banque_centrale76280320130038.asp?

  • 28 mars 2013 à 16 h 32 min
    Permalink

    Il n’y a pas que la France qui ait fait le contrôle des changes. La Hongrie, la Pologne puis la République fédérative tchèque et slovaque (RFTS), la Bulgarie et la Roumanie en ont fait de même au début des années 90. En février 1973, l’Allemagne Fédérale l’avait aussi fait pour contrôler l’afflux de dollars. Personnellement je me souviens du contrôle fait par l’Allemagne de l’Est et l’ex-URSS. Dès que j’entrais dans ces zones, on me prenait pas seulement mon passeport mais aussi mon argent suisse! Le trafic des devises fonctionnait à fond! En Suisse aussi dans les années 70 il y avait un contrôle des capitaux durant la période d’effondrement du régime de Bretton-Woods. Je ne parle pas de la Tunisie et autres pays.

    Un contrôle des changes implique de prendre un gros risque politique et l’abandon d’une réintroduction de l’étalon-or( ?)

  • 29 mars 2013 à 4 h 02 min
    Permalink

    Les oligarques donnent une leçon à l’UE: l’argent des Russes conservé à Chypre avait déjà disparu au jour 1 de la crise

    « Personne ne sait exactement combien d’argent est sorti des banques de Chypre, ni où il est allé. Les deux banques au centre de la crise, Cyprus Popular Bank, aussi appelée Laiki, et Bank of Cyprus, ont des succursales à Londres qui sont restées ouvertes tout au long du week-end et qui n’ont fixé aucune limite pour les retraits. Bank of Cyprus possède également 80% de la banque russe Uniastrum Bank, qui n’a pas fixé non plus de restrictions sur les retraits exécutés en Russie ».

    Dès dimanche, l’un des participants aux négociations a indiqué qu’il ne restait quasiment plus de capitaux dans la banque Laiki, alors qu’elle recelait auparavant 2,5 milliards d’euros de dépôts de clients étrangers.

    On estime que les Russes avaient confié près de 20 milliards d’euros à des banques chypriotes, soit près d’un tiers de tous les dépôts de l’île et plus que le PIB du pays. Selon un rapport du BND, l’agence allemande du renseignement extérieur, environ 80 oligarques russes ont obtenu la nationalité chypriote et se seraient ainsi établis sur le territoire de l’UE. Même si leurs comptes étaient bloqués comme ceux des autres citoyens chypriotes dans les banques de l’île, ils pouvaient aisément ordonner des transferts depuis des succursales étrangères de ces banques.
    ……
    http://actuwiki.fr/eco/17129

  • 29 mars 2013 à 9 h 23 min
    Permalink

    Après la chute du cinquième domino (Chypre), nous allons assister à la chute du sixième domino (la Slovénie) :

    PIB de la Slovénie : 35,719 milliards d’euros.

    Créances irrécouvrables des banques slovènes : 7 milliards d’euros, soit 20 % du PIB de la Slovénie.

    Parmi les anciens pays communistes, la Slovénie, ex-élève modèle de l’Union européenne et de la zone euro qu’elle a intégrée en 2007, est tombée en récession en 2012 et devrait y rester en 2013. Son système bancaire est confronté à une montagne de créances pourries (7 milliards d’euros, selon un rapport du FMI).

    Lisez cet article :

    Après Chypre, les marchés voient la Slovénie menacée à son tour.

    Si le cas chypriote est présenté par un certain nombre de responsables européens comme « exceptionnel », la gestion du plan d’aide accordé à Nicosie pourrait avoir de lourdes conséquences pour la Slovénie, dont le secteur bancaire montre d’inquiétants signes de fragilité.

    Les rendements des emprunts slovènes à deux ans ont bondi jeudi à près de 7%, dépassant ainsi ceux des emprunts à dix ans, signe que les investisseurs commencent à juger que le risque de défaut est élevé.

    La Slovénie a placé en octobre 2012 sa première obligation à 19 mois, et l’ancien Premier ministre Janez Jansa a prévenu que le pays devrait émettre de nouveaux titres d’ici le 6 juin, date à laquelle 907 millions d’euros de dette à 18 mois arriveront à maturité.

    Le précédent chypriote, par lequel certains déposants ont été lourdement taxés pour permettre à Nicosie d’obtenir une aide de ses partenaires, laisse craindre qu’une situation semblable se produise en Slovénie.

    « Pour eux, juin, c’est encore loin, ils doivent donc faire quelque chose », juge Tim Ash, responsable des marchés émergents chez Standard Bank.

    « Il devient de plus en plus probable qu’ils devront commencer à discuter avec le FMI et la Troïka sur la question d’un plan d’aide. »

    http://bourse.lesechos.fr/forex/infos-et-analyses/apres-chypre-les-marches-voient-la-slovenie-menacee-a-son-tour-866793.php

  • 29 mars 2013 à 9 h 38 min
    Permalink

    Nous regardons tous l’UE et ses problèmes certains.Elargissons le spectre de nos analyses et on se rendra compte que l’économie mondiale est sous pression de tous côtés.Aux USA, le chômage diminue par traficotage statistique. En Chine, le poids de l’immobilier atteint désormais 15 % du PIB (contre 12 % en espagne et 9% aux USA lors du début de la crise immobilière).

  • 29 mars 2013 à 10 h 28 min
    Permalink

    « Restreindre la circulation des capitaux au sein d’une union monétaire est une aberration que personne n’avait osé concevoir à ce jour. On met ainsi en berne l’une des bannières de toute la construction européenne, et pas seulement de la communauté monétaire. … La véritable leçon du cas chypriote, c’est que tant que la résolution des crises sera laissée aux différents pays, il y aura toujours de nouveaux foyers de contagion. Elle entraîne des conséquences bien plus graves pour l’Union que la fuite qu’elle est censée colmater. ‘Chacun doit d’abord remettre de l’ordre chez soi’ : cette obsession teutonique, qui reprend un concept cher à Goethe, se heurte cependant à des problèmes toujours plus nombreux, qui mettent en péril la survie de l’Union monétaire et avec elle toute la construction européenne. »

    Extrait tiré du journal italien « Il Sole 24 Ore » du 28.03.2013

  • 29 mars 2013 à 10 h 38 min
    Permalink

    Le célèbre compositeur et chanteur chypriote Alkinoos Ioannidis, dans un texte publié entre autres par le portail de gauche Left.gr, critique la place que la société chypriote accorde à l’argent depuis quelques décennies : « Nous avons appris à nos enfants à penser à l’argent, à servir l’argent, à rêver d’argent, à se marier à l’argent, à engendrer l’argent, à devenir argent. … Quand il n’y aura plus d’argent, sur quoi s’appuieront-ils ? … Nous avons remplacé nos fêtes de village par des soirées dans des bars grecs, l’amour par les clubs de strip-tease, le minimum vital par un 4×4 plein à craquer d’achats inutiles, notre temps libre par des heures supplémentaires. Nous avons oublié les composantes essentielles de nos existences en tant qu’individus et que société, et nous les avons remplacées par ce qui brillait dans les vitrines des magasins. … Les individus de ma génération et de celle d’avant n’ont jamais été capables d’exercer une politique sérieuse et réfléchie. Car ce sont des individus qui ont entièrement grandi dans la consommation. … Ce sont pourtant ces individus, sans garanties, sans logique, qui ont instinctivement dit ‘non’ [la semaine dernière au Parlement]. Ne serait-ce que temporairement. Un ‘non’ à la fois destructeur et libérateur. »

  • 29 mars 2013 à 11 h 17 min
    Permalink

    « L’ Allemagne contre l’Europe », l’article censuré d’El País (27 mars 2013):
    « Merkel, comme Hitler, a déclaré la guerre au reste de l’Europe, cette fois pour s’assurer un espace vital économique »…

    Pour cette phrase, la tribune « L’Allemagne contre l’Europe » de l’économiste Juan Torres López, professeur à l’Université de Séville et membre du Conseil scientifique d’Attac Espagne, a été éjectée dimanche du site Internet de l’influent quotidien espagnol El País.

    « Il est très significatif qu’on parle habituellement de « punition » pour désigner les mesures que Mme Merkel et ses ministres imposent aux pays les plus touchés par la crise.

    Ils disent à leurs compatriotes qu’ils doivent punir notre irresponsabilité afin que les Allemands ne payent pas notre gaspillage et nos dettes. Mais le raisonnement est faux, car les irresponsables n’ont pas été les peuples que Merkel s’obstine à châtier, mais les banques allemandes qu’elle protège et celles d’autres pays auxquelles elles octroyèrent des prêts, avec une irresponsabilité cette fois réelle, pour obtenir des profits multimillionnaires.

    Les grands groupes économiques européens ont réussi à établir un modèle d’union monétaire très imparfait et asymétrique qui a aussitôt reproduit et élargi les inégalités initiales entre les économies impliquées. En outre, grâce à leur capacité d’investissement énorme et la puissance de leurs gouvernements, les grandes compagnies du Nord ont pu s’approprier de nombreuses entreprises et même des secteurs entiers des pays de la périphérie, comme l’Espagne. Cela a causé d’importants déficits commerciaux dans ces pays et des excédents, en Allemagne surtout, ainsi que dans d’autres pays dans une moindre mesure.

    Parallèlement, les politiques successives des gouvernements allemands ont concentré davantage encore les revenus au sommet de la pyramide sociale, ce qui augmenta son niveau d’épargne déjà élevé. De 1998 à 2008, la richesse du 10% le plus riche d’Allemagne passa de 45% à 53% du total, celle du 40% suivant de 46% à 40% et celle du 50% le plus pauvre de 4% à 1%. »

    L’article censuré complet sur le site « Latin Reporters.com » : http://www.latinreporters.com/espagnepol26032013ik.html

    Sur son blog, le professeur Torres López a posté sa réaction : « […] Je regrette l’interprétation selon laquelle la thèse de cet article serait la comparaison de Mme Merkel avec Hitler. […] Je crois même que l’interpréter ainsi ne sert qu’à détourner l’attention du fond de mon article, qui est clairement tout autre.[…] Il est vrai que dans l’article j’affirme qu’à mon avis l’Allemagne a déclaré la guerre économique au reste de l’Europe et que je compare cela avec la recherche de l’espace vital qui conduisit Hitler à déclencher la guerre, mais je crois qu’il faut y voir la comparaison de deux faits historiques lamentables, quoique de facture inégale, mais non la mise sur le même pied de deux dirigeants politiques ».

  • 29 mars 2013 à 16 h 28 min
    Permalink

    Au risque de vous surprendre, je trouve réconfortant la sanction vis à vis de Chypre qui n’était qu’une escroquerie d’un passager clandestin de l’europe.Comment croire en un rendement de 9 % garanti dans un monde sans croissance ? cela revient à croire à la retraite par répartition …….

  • 1 avril 2013 à 10 h 34 min
    Permalink

    Entièrement d’accord avec tloc…. en gros, pour l’instant Chypre souhaitait 16 000 euros par chypriote. L’Europe lui dit (le premier deal proposé), on vous en apporte 10 000 euros par habitant et le reste sera payé par les chypriotes qui au mois de mars 2013 devront rendre les intérêts qu’ils ont touché en janvier 2013 (les intérêts entre 5 et 9 % par an sur les comptes de dépôts)… Ouaaaaaah le sacrifice, les Chypriotes se roulent par terre en ecrivant sur leur torse, UE assassin….
    Et oh, ils se foutent du monde les Chypriotes, pour sauver leur avoirs ils avaient à rendre 1 an d’intérêts, allé au maximum deux ans. Et pour chaque Chypriote l’UE donne 10 000 euros…. OUI, la solidarité Européenne à jouée, NON les Chypriotes n’ont pas été dépecés vifs.

  • 1 avril 2013 à 17 h 48 min
    Permalink

    C’est fou comme on trouve toujours une bonne raison à ce qui arrive aux autres. Aurez-vous le même esprit quand celà vous arrivera ?

  • 1 avril 2013 à 18 h 46 min
    Permalink

    bonjour,
    je suis Belge et je me permets de vous signaler que le député Louis dont il est ici question est un franc tireur d’un parti fantôme, sans programme aucun, qui a surfé sur ces affaires d’enfants violés et tués qui ont sévi en Belgique. Bref, qu’un tel personnage appelle à retirer l’argent des banques, c’est comme si Lance Armstrong appelait à un Tour de France propre.
    Sinon pour le reste je suis assez interpelé par ces critiques du rôle ou de la valeur de l’argent en général que l’on entend un peu partout.
    On lit de plus en plus les mots de beaux esprits qui appellent à redécouvrir la beauté du don (sic), à abandonner le poids conféré à l’argent, à nous inciter à tous être pauvres pour retrouver la Vérité de la Vie (article écrit par un universitaire surdiplômé, ce week end dans un des principaux journaux belges !), à abandonner les biens matériels pour se recentrer sur le bonheur d’être ensemble, etc…
    A mon sens, cela augure d’une société mixant les projets communiste et orwellien, de plus sinistre augure.
    Gardons de l’or et des devises dans un coffre à la cave, cela paraît sage aujourd’hui.

  • 1 avril 2013 à 21 h 49 min
    Permalink

    Ce député est poujadiste et surfe sur la théorie du complot (cela dit la thèse de l’implication de politiciens et de banquiers dans les réseaux pédophiles de Dutroux est intéressante…), mais il n’a pas obtenu de réponse à sa question « garantissez-vous que l’épargne des Balges ne sera pas volée? ». Et non, Colas, ce n’est pas parce que relativise l’argent et la consommation qu’on est communiste ou orwellien.

  • 1 avril 2013 à 21 h 50 min
    Permalink

    Ce député est poujadiste et surfe sur la théorie du complot (cela dit la thèse de l’implication de politiciens et de banquiers dans les réseaux pédophiles de Dutroux est intéressante…), mais il n’a pas obtenu de réponse à sa question « garantissez-vous que l’épargne des Belges ne sera pas volée? ». Et non, Colas, ce n’est pas parce que relativise l’argent et la consommation qu’on est communiste ou orwellien.

  • 2 avril 2013 à 10 h 59 min
    Permalink

    @Muse
    Croyez moi, si ma banque etait sur le point de faire faillite. Si quelqu’un me propose de sauver mes dépôts pour l’equivalent des interêts touchés les deux dernières années (dans mon cas les intérêts sur les dépots bancaire ne sont pas entre 5 et 9 % par an, mais plutot vers 1.5 % les livrets bancaire à 5% n’etant valable que quelques mois par an). Je dirai oui sans hesiter et j’aurai l’impression de m’en tirer à tres bon compte….vraiment. Je parle pour les anciennes conditions des dépots de moins de 100 000 euros (c’est sur que la perte de 60% au dessus de 100 000 sur une des deux banques, la ça fait tres mal…).
    Et quand je vois l’etat des bilans des banques françaises et les sommes que cela représente. Je suis un peu inquiet car personne ne pourra aligner ce genre de conditions de sauvetage pour les banques en France.

  • 2 avril 2013 à 21 h 28 min
    Permalink

    Eh bien Fab, moi je râlerai 😉 je ne vois pas pourquoi alors que j’ai travaillé, mis de l’argent de côté pour plus tard ou pour mes enfants… pas fait d’excès et surtout jamais fait de dettes…. je devrais écoper les dettes que d’autres ont fait en vivant plus haut qu’ils ont leur cul (pardon pour l’expression)….
    Qu’on demande d’abord aux banquiers qui se sont enrichis honteusement, à ceux qui ont touchés des bonus mirobolants de rendre déjà ce qu’ils ont touchés….. et un gros problème sera déjà réglé 😉

Les commentaires sont fermés.