Comment la BNS va-t-elle affaiblir le CHF ?

Je ne vais pas revenir sur la perte de la BNS de 50.1 milliards de CHF pour le premier semestre 2015 dans le détail, je crois que les journaux l’ont assez bien mentionnée.

Ce que je vous prédisais arrive.

Après avoir anticipé- il y a près de 4 ans – l’abandon du taux plancher, je m’aventure dans un pronostic qui peut sembler hasardeux, mais tout à fait plausible.

Tout d’abord, je désire juste mentionner l’article du temps:

50 milliards de pertes pour la BNS dans lequel Monsieur Bakhtiari avance des arguments à tomber de la chaise: La BNS a les reins assez solides pour faire face à des réserves négatives

On doit savoir d’où viennent ces explications fumeuses: De la pensé unique de banquiers. Monsieur Laurent Bakhtiari est diplômé d’un Master en Finance d’Audencia Nantes et d’un Master en mathématiques quantitatives d’Imperial College London. en conclusion, un Français (dont le pays est plombé depuis 1974 sans aucun budget à l’équilibre)) avec une culture de banque anglo-saxonne vient nous dire que ce n’est pas grave de faire des pertes et que la BNS a les reins super solides !

Là je dis tout simplement BRAVO ! On est donc très loin de l’école autrichienne.

Plus sérieusement, comment peut-on être si convaincu que la banque centrale suisse est invincible. L’abandon du taux plancher (sous la pression d’une explosion du Bilan) n’a-t-il pas déjà démontré que la marché est bien plus puissant que toute banque centrale.

J’ajoute que Monsieur Bakhtiari se permet de faire de la politique puisqu’il avance qu’heureusement l’initiative 20% de réserve en or (qui a été balayée parce qu’incomprise par tout un chacun et surtout super attaqué par le lobby financier) était une aberration économique. Tout dépend du moment du vote. Je ne suis pas certains qu’après l’abandon du taux plancher cette initiative aurait été balayée aussi fortement. Tout cela n’est plus qu’histoire)

Pour revenir à notre bilan de la BNS et pour mémoire, car certains – dont Monsieur fait partie – semblent avoir la mémoire très courte.

A certaines périodes les réserves en or de la BNS étaient composées jusqu’à 50% d’or.

Monsieur Dominque Casai mentionne d’ailleurs: « La Banque centrale européenne  possède 27% d’or, les banques centrales des pays de la zone euro affichant des pourcentages très élevés d’or sur leur bilan, à l’instar de l’Allemagne (67%), de la France (65%), ou de l’Italie (66%). La BNS aurait donc une marge si elle devait suivre les allocations de ses voisines. «S’il est vrai que la forte concentration d’or qu’avait la BNS il y a vingt ans n’était pas judicieuse, il faut constater que les 8% actuels sont extrêmement bas »

Allez une piqure de rappel (source Bilan)

or bns bilan

Comme je l’ai mentionné rapidement dans un article, j’imagine (sans être comploteur) ce que nous mijote la BNS (involontairement ?) puisqu’elle garde les euros dans son bilan énorme (quasiment 90% du PIB, alors que les Japon en est à 50% et les autres pays encore plus bas)

Tout d’abord des chiffres:

PIB Suisse 640 milliards de CHF environ

Bilan de la BNS: 577 milliards de CHF (juste petite remarque: la BNS a perdu 50,1 milliards depuis le début de l’année 2015 et son bilan a passé de 561 à 577 (+16)…donc approximativement 66 milliards de CHF d’achats de devises (50+16)

bns bilan fin juin

Dettes de la Suisse (publique Canton et confédération) 34.5%

(source:http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/21/02/ind32.indicator.71103.3208.html) soit environ 220 milliards.

Le monde entier nous envie cette dette basse (sauf les Russes qui en ont une encore plus basse) et c’est probablement le pourquoi de l’intérêt des investisseurs pour le CHF et ceci malgré les taux négatifs imposés sur les liquidités en CHF.

Vous me connaissez, vous me voyez donc venir.

Comment faire pour ne plus attirer les investisseurs ? Il suffit d’être super mauvais comme les autres. Pour cela, il faudrait endetter le pays de manière importante. La BNS nous y amène gentiment.

Il est possible dans un futur proche – sans que cela ne soit une utopie « débilissime » – que la BNS perde beaucoup, mais vraiment beaucoup d’argent, à savoir 100 ou même 200 milliards de CHF sur ses placement devises et aussi actions (pour mémoire la BNS possède une exposition de 100 milliards au marché des actions).

Comment ? hausse des taux, chute des marchés, chutes des devises etc.

Si la BNS perd 220 milliards, on pourrait imaginer qu’elle appelle au secours et demande a être recapitalisée. Par qui ? Par la Confédération (le peuple indirectement) qui lancerait une magnifique émission obligataire géante.

Par ce tour de passe-passe, la Suisse aurait un endettement immédiat de 69% et se rapprocherait des ses voisins.

Mais tout cela n’est que le fruit de mon imagination débordante qui m’avait vu annoncer, le jour de son instauration en 2011, l’abandon du taux plancher avec fracas: http://blog.crottaz-finance.ch/la-bns-devra-rendre-des-comptes/

Tout comme la pensée unique se trompe ou veut nous tromper (comme ici Bilan en 2012: Pourquoi la BNS va gagner son pari sur l’euro )

A relire sans modération:

http://blog.crottaz-finance.ch/si-la-banque-nationale-suisse-bns-metait-comptee/

http://blog.crottaz-finance.ch/si-la-bns-metait-comptee-episode-no-2/

 

La vidéo de la direction de la BNS

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

7 réflexions au sujet de « Comment la BNS va-t-elle affaiblir le CHF ? »

  • 3 août 2015 à 21 h 41 min
    Permalink

    Bonjour Olivier.
    Eh bien il faudra faire un bail out, puis un bail in !
    Et tout rentrera dans l’ordre.

  • 3 août 2015 à 23 h 01 min
    Permalink

    Comme vous, je suis inquiet.

    On peut aussi imaginer que la BNS cherche simplement à couler le franc suisse en le diluant par ses pertes (qui peuvent être comblée par une création ex nihilo de CHF). Si la BNS imprime des billets, on devrait avoir une forte inflation et une remontée des taux CH (j’ai de la peine à croire à cette option, mais qui sait !!). Si la BNS efface ses pertes électroniquement, l’inflation arrivera quand elle réduira la taille de son bilan (si elle le fait un jour, pas certain…). Et là, si elle fait des pertes, elle continuera l’effaçage électronique et si elle fait un gros gain, ce sera bingo pour la Confédération et les cantons (c’est tout de même difficile d’imaginer un gain avec autant d’euro en soute).

    En un mot, tout ce cirque est de la cavalerie et je crains que cela finisse très mal (et comme souvent, ce seront les plus vulnérables qui paieront le prix le plus élevé).

    Qu’en pensez-vous ? (je suis près de votre scénario, mais je ne crois pas à la recapitalisation par la Confédération ou le peuple, c’est trop compliqué et dangereux pour la BNS avec les outils de la démocratie directe. In fine, on paiera quand même, en voyant notre épargne massaccrée, mais on aura rien pu dire.)

    Vraiment dommage que l’initiative sur l’or ait échoué (cela dit, elle posait les bonnes questions, mais n’était pas bien pensée, bref le débat a déjà eu lieu…next)

    Avec toujours autant de plaisir de vous lire.

  • 4 août 2015 à 9 h 34 min
    Permalink

    Pour comprendre mieux ce qui se passe, il me semble nécessaire d’éclairer certains points :

    – comme les banques commerciales, la BNS a acheté tous les titres à son actif en « créditant » le compte de paiement des banques à la BNS : c’était une création de nombres sans aucune contrepartie. cf https://www.facebook.com/groups/monnaie.pleine/437252486441865/

    – en conséquence la « perte de valeur des actifs » n’est pas vraiment une « perte », personne n’a directement perdu l’épargne de son travail. Au contraire, c’est une subvention cachée aux banques qui ont vendu les titres à la BNS : elles ont reçu des milliards de nombres « légaux » qui ont gardé leur valeur, tandis que les titres vendus ont perdu 50 milliards (à ce jour, c’est un début). Si les banques avaient gardé ces titres, ce sont les banques qui auraient eu à comptabiliser ces pertes (prévisibles et prévues, d’où les achats de la BNS… )et qui seraient directement en faillite aujourd’hui !

    Les opérations d’achat de titre par la BNS ont eu pour résultat objectif de sauver les banques « amies » : la protection du taux de change était une bonne couverture, c’est passé comme une lettre à la poste suisse !

    Note : qui étaient les banques « amies » ? A quelles banques ces titres ont-ils été achetés ?

    En quoi est-ce un problème alors ? Et bien en économie tout est relatif !

    – en créant de la nouvelle monnaie légale, la BNS a dévalorisé toute l’épargne des Suisses, même si cela ne se voit pas. Les taux de change sont juste une escroquerie de plus, comme vous le faites remarquer, ils indiquent seulement si la Suisse crée plus ou moins que les voisins, ils ne publient pas la création absolue.
    cf https://www.facebook.com/groups/monnaie.pleine/455080217992425/

    – elle a fait monté le marché des actions et des titres, la spéculation, ce qui, relativement, fait baisser la valeur de l’économie réelle, petit à petit mais inexorablement. C’est l’histoire de la grenouille à petit feu, on se retrouve après 10 ans avec une perte de pouvoir d’achat de plus de 50% qui explique que les « gens normaux » ne peuvent plus vivre et surtout plus se loger avec un seul salaire cf https://www.facebook.com/photo.php?fbid=379422478924475&set=gm.441897219310725&type=1&permPage=1 et https://www.facebook.com/photo.php?fbid=379425685590821&set=gm.441901062643674&type=1&permPage=1

    – c’est une « perte d’opportunité » pour l’économie suisse, qui aurait pu financer des milliers de start-up voire même rendre la Suisse entièrement indépendante en énergie, par exemple en investissant dans une usine locale de panneaux photovoltaïques. (encore 5 ans et la production photovoltaïque en allemagne sera gratuite, puisqu’ils ont tout amorti en 10 ans, 32GW de puissance ! )

    Toutefois, l’effet de la BNS est marginal, ce sont les banques commerciales qui ont créé le plus de monnaie, qu’elles font passer pour de la monnaie légale avec la complicité de la BNS et de la FINMA. Mais personne ne sait combien elles ont créé, car personne ne mesure cela ! Amusant non ? De l’extérieur nous voyons seulement l’augmentation de leurs bilans…

    Après tout il leur suffit d’appliquer la recette qui va bien depuis 2700 ans 🙂 https://www.facebook.com/photo.php?fbid=379423408924382&set=gm.441898105977303&type=1&permPage=1

    Tant que personne ne dit rien, c’est que tout le monde consent. Consent à son esclavage monétaire !
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=379423578924365&set=gm.441898212643959&type=1&permPage=1

    Si vous ne participez pas à la création monétaire, vous devenez pauvre, inexorablement et exponentiellement.

  • 5 août 2015 à 10 h 52 min
    Permalink

    bernard, pouvez-vous mettre des liens sans nécessité d’entrer dans Facebook?

    Un article et des livres à lire:

    « L’oligopole bancaire agit comme une bande organisée »

    1541 vues 04 août 2015  5 commentaires  Opinions Réseau International

    « L’oligopole bancaire agit comme une bande organisée »

    Photo: François Morin

    Les banques « systémiques » jouent un rôle néfaste dans les sociétés du monde à un moment où elles ont fait de la démocratie un otage de leurs intérêts privés. Pour la première fois la relation de forces entre le public et le privé on en a fait un tour.

    Le monde, la politique, la démocratie et les finances sont dominés par une hydre mondiale composée par 28 grandes banques internationales dont les politiques fixent non seulement le cours des finances mais aussi de la démocratie parlementaire. C’est l’argument implacable et sévèrement démontré par l’économiste français François Morin dans son livre qui vient d’apparaître en France : « L’Hydre Mondiale, l’Oligopole Bancaire » (Lux Editeur). Professeur émérite de sciences économiques à l’Université de Toulouse, François Morin a été membre du conseil général de la Banque de France et du Conseil d’analyse économique. « L’hydre mondiale » est un conglomérat de 28 banques coordonnées entre elles– « interconnectées » – qui gèrent le marché des changes, les taux d’intérêt, créent les produits toxiques pour lesquels ensuite les États, ou bien, les citoyens paient, qui influent sur les économiques politiques et modèlent la démocratie à leur guise.

    Le livre de François Morin – aussi l’auteur d’ « Un monde sans Wall Street » – révèle des éléments bancaires inédits sur le pouvoir de cette hydre globalisée dont la puissance, pour la première fois dans l’histoire, a retourné le rapport de forces entre le public et le privé. Manœuvres frauduleuses, pactes secrets, lobby contre la démocratie, manipulation des marchés, ces banques « systémiques » jouent un rôle néfaste dans les sociétés du monde en faisant de la démocratie un otage de leurs intérêts privés.

    La suite à lire ici: http://reseauinternational.net/loligopole-bancaire-agit-comme-une-bande-organisee/

  • 5 août 2015 à 11 h 03 min
    Permalink

    L’écrivain Pierre Jovanovic dans son livre « 666 » (en référence à l’Ancien Testament) y décrit la « Bête à sept têtes » correspondant parfaitement à l' »hydre » de François Morin.

    Un aperçu de ce livre à lire ABSOLUMENT: Pierre Jovanovic, à propos de son dernier livre « 666 » : https://www.youtube.com/watch?v=vhGhQbw2i98

    Le Cercle des Volontaires est allé à la rencontre de Pierre Jovanovic pour la sortie de son livre « 666 » publié au Jardin des Livres. Ce spécialiste du monde bancaire et monétaire nous montre comment l’eschatologie chrétienne permet d’anticiper l’effondrement économique qui vient. La bête de l’apocalypse a pris la forme du dollar et la planche à billet de la FED est en train de mener l’humanité à sa perte.

    Insensé pour certains, évident pour d’autres, l’auteur nous révèle preuves à l’appui comment et pourquoi ce monstre à 7 têtes s’accapare peu à peu tout l’or du monde, ruinant les états nations et les particuliers. Que l’on soit croyant ou non, les faits présentés dans cet ouvrage sont à couper le souffle, ce livre est une véritable bombe littéraire qui explosera à la figure de chaque lecteur !

  • 7 août 2015 à 16 h 02 min
    Permalink

    Pour les superstitieux voilà une information assez cocasse: Laurent Bakhtiari peut avoir le passeport français mais son nom est d’origine iranienne. Les Bakhtiari sont une tribu de pasteurs nomades d’Iran méridional. Les Bakhtiari parlent un dialecte du lori et se subdivisent en deux sous-tribus, les Haft Lang et les Chahar Lang, qui ont elles-mêmes des variantes territoriales. Le territoire bakhtiari à une certaine époque s’étendait aussi sur les provinces du Fars et du Khouzestan (voir le plan: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1e/Khuzestan_in_Iran.svg ).

    Beaucoup d’hommes politiques iraniens sont d’origine bakhtiari:
    1. Sardar Assad: Sardar Assad fut l’un des principaux acteurs de la Révolution constitutionnelle de l’Iran. En juillet 1909, sous son commandement, les troupes bakhtiari occupèrent Téhéran et obligèrent le gouvernement à instituer des réformes démocratiques. Il était l’oncle de Soraya Esfandiari Bakhtiari. Il est mort assassiné le 23 octobre 1917 à 61 ans! (photo: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/75/Sardar_Assad.jpg )

    2. Soraya Esfandiari Bakhtiari: Surnommée « La princesse aux yeux tristes », seconde épouse et reine consort de Mohammad Reza Pahlavi, le dernier Chah d’Iran. On sait quelle fin a fait le dernier chat. Son père était ambassadeur d’Iran en Allemagne Fédérale et sa mère était une allemande née en Russie. Quand elle meurt à Paris en 2001, son frère cadet meurt soudainement juste avant le service funèbre de sa soeur! Voilà une femme qui porte la guigne à son entourage direct ! (Voir ses beaux yeux ici: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5d/Soraya.jpg )

    3. Shapour Bakhtiar: Il a été le dernier Premier ministre d’Iran sous le chah Mohammad Reza Pahlavi. Il meurt assassiné le 6 août 1991! (voir photo: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/c/c6/Portrait_of_Bakhtiar.jpg )

    4. Mohammad Mossadegh: Premier ministre par deux fois, de 1951 à 1952, puis de 1952 à 1953. Il est le premier chef de gouvernement élu démocratiquement en Iran et occupe le poste jusqu’en 1953, date du renversement de son gouvernement par un coup d’État…. fomenté par la CIA et services secrets britanniques (= opération Ajax), parce qu’il avait introduit un ensemble de réformes sociales et politiques progressistes telles que la mise en place d’une sécurité sociale, le contrôle des loyers ou l’initiation de réformes agraires importantes et SURTOUT nationalisation du pétrole. Un farouche opposant à l’Occident qui se mêlait des affaires intérieures de l’Iran (et rien n’a changé dans ce domaine…). Mossadegh est condamné à trois années de prison, à l’issue desquelles il sera assigné à résidence dans son village d’Ahmadabad sous la surveillance de la SAVAK (police secrète du Chah). Il y restera jusqu’à sa mort naturelle, en mars 1967. (Photo: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e9/Mossadeghmohammad.jpg )

    5. Teymour Bakhtiar: après des études au Liban, il entre à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr. Ensuite il continue ses études à l’école de Saumur, école de la cavalerie. En 1936, il est 2e lieutenant dans l’armée de terre. En 1946, commandant, il participe à la pacification de la région de Khamseh. En 1954, il est commandant de la brigade blindée de Kermanshah et soutient le général Zahedi contre le premier ministre Mossadegh. Il crée la SAVAK avec l’aide de la CIA et du Mossad. En 1961, il est destitué de sa fonction et remplacé par le général Pakravan. Il quitte l’Iran pour la France et ensuite la Suisse. À partir de cette date, il participe plus ou moins activement à tous les mouvements d’opposition au Shah. Il s’installe en Irak et s’allie à Saddam Hussein contre le Shah. Il est assassiné en 1970 lors d’une partie de chasse par des agents envoyés par la SAVAK! (voir photo: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a0/Temyourbachtiar.jpg )

    6. Amir reza Amir Bakhtiar: Ses grands-pères étaient Emam Gholi Khan Haji Ilkhani, le chef de la tribu des Bakhtiar et Amir Abdollah Tahmasebi, un célèbre commandant militaire. Il est connu pour être un opposant au régime islamique en Iran et un des porteurs des idées du Dr Shapour Bakhtiar! En 2007, il écrit une lettre à Ali Khamenei l’invitant à accepter un referendum national sur la foi dans le régime islamique. À la suite de cela, il est arrêté par des agents du ministère des renseignements, est arrêté plus tard en 2009 pour avoir prononcé un discours dénonçant les bases de la République Islamique en Iran. Après les élections de 2009, il est exilé au Khouzistan puis s’enfuit au Kurdistan iranien, puis à Paris où il vit actuellement. (Photo: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/20/Amirbakhtiar.jpg )

    La fin des Bakhtiari n’est pas très enviable! Ils semblent tous s’être trompés dans l’avenir! Souhaitons une meilleure fin pour Laurent s’il est de cette tribu comme à Amir reza Amir Bakhtiar!

Les commentaires sont fermés.