Le graphique qui révèle les flux des investisseurs / banques depuis 2008

Bonne année à tous et désolé de mon silence, mais l’administratif du début d’année prime sur le reste.

La récente correction de début d’année du marché n’est pas une surprise pour moi, ni par sa rapidité, ni par son ampleur.

Je suis tombé sur un graphique que je vous le livre.

IMG_8152

Depuis la crise de 2008, les flux se sont dirigés vers les fonds passifs (trackers, fonds indicés) et sont même sortis des fonds actifs, ce qui signifie (à mon humble avis):

  • Qu’après la correction boursière de 2008, les investisseurs qui avaient investi sur des titres individuels ont préféré les indices (ils ont perdus sur des positions individuelles)
  • Le « risque » individuel a donc été écarté.
  • Plus les indices montaient, plus les grands titres des indices montaient.
  • Plus les indices montaient, plus les titres non-indicés étaient délaissés (et probablement baissaient)

La moralité de cette fable est que:

– Tout vient à point pour qui sait attendre et que cette leçon faudra bien un fromage sans doute.

–  On a toujours besoin d’un plus petit que soit

– Que patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.

Si les indices corrigent fort, ce sera probablement parce que la majorité des intervenants sont investis dans les titres des indices et sortiront ensemble. Le flux sera colossal.

Les gestions actives avec des actifs hors indices ne seront probablement pas touchés (ou peu).

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Je vous l’avais dit (trop tôt)

Je vais vous parler de moi (un peu et en toute modestie….parce que les marchés rendent modeste) et de ce qui m’est arrivé sur les marchés boursiers, mes vues et recommandations dans le temps.

Je viens de réaliser que c’est le timing qui est le plus difficile. On voit toujours les choses survenir, mais la difficulté c’est l’instant X: http://blog.crottaz-finance.ch/market-timing/

Durant les années 90 (1993-1994 pour être plus précis), dans le département de gestion où je travaillais, nous avions pensé que les taux des obligations allaient baisser et avions (par exemple) acheté des obligations 7% EDF 2015 (22 ans !). Les taux sont monté  contre toute attente et le marché des actions  1994 n’avait pas été brillant. Ce n’est que par la suite que les taux ont commencé à baisser.

Fin des années 1990, je ne croyais pas au P/E de 5000 voire plus sur les titres technos et avais copieusement arrosé les portefeuilles de Nestlé, Unilever etc. (Qui ne faisaient pas grand chose).

Je me suis fait appeler « Arthur » plusieurs fois par des clients ne comprenant pas qu’on pouvait gagner de l’argent avec des poudres à lessive et que les Alcatel, Vivendi, Canal+ c’était l’avenir ….. On a vu ce qui est advenu de ces titres (Alcatel par exemple passant de 95 Eur à 2 Eur)

Puis en 2001, alors dans un autre établissement, nous avions reçu la visite de deux super analystes d’une banque allemande.

Objectif sur le Pétrole 5-10 USD (on traitait vers 30 USD). Après la présentation, nous avions acheté toutes les pétrolières (ENI, Repsol Total Royal Dutch, Shell etc..), pour les revendre quand Goldmann Sachs voyait 250 USD le baril (on était à 140) Là c’était bien vu. ! (Quels contrariants !Merci Jean-François, je sais que tu t’en souviens)

Historical Crude Oil Prices - Crude Oil Price History Chart
Puis j’ai vu la bulle sur l’immobilier américain avec des crédits débiles impossibles à rembourser. J’avais personnellement acheté des puts sur HGX. « Arrivé à échéance trois mois avant la débâcle ! » J’ai tout perdu.
hgx
J’avais vu la parité EUR/CHF (sur ce blog) avant que la BNS ne mette le plancher. Je vous ai parlé des taux d’intérêt négatifs
En 2011, j’ai vu le Brésil  et les problèmes à venir, je vous en ai parlé la semaine passée.
En 2011, J’ai vu la fin du taux plancher de la BNS (3.5 plus tard), le 15 janvier 2015 était la date fatidique pour la crédibilité de la BNS !
Je vous parle de la BNS et des problèmes que ce hedge funds va engendrer et des potentielles pertes abyssales (les deux premiers trimestres -50 milliards de CHF).
Que se passe-t-il avec les 100 milliards de CHF que la BNS a investi dans les actions (dont 1 milliard dans des actions APPLE).
La BNS perd 500 mios par jour depuis vendredi
Je ne compte pas les pertes sur le USD !
Depuis plusieurs années je vous parle de l’or et des mines qui ont perdu tellement et je suis faux depuis 3-4 ans….
gdx 24-8-15
Est-ce aujourd’hui l’instant X  ?
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Les billets sont garantis par de l’or…..mon oeil ! (mise à jour 2015)

Le 29 mai 2009, je vous avais écrit un article sur cette fameuse couverture or des billets.

Il est grand temps de faire une mise à jour suite à tous les développements 2015 dont l’abandon du taux plancher sous la pression.

Abandon que je vous avais annoncé le jour même de la fixation de cette hérésie de taux plancher dans mon article: « La BNS devra rendre des comptes » (et ce n’est pas fini, foi de Crottaz ! (j’aurai pu écrire « foie de Crottaz », tellement le bilan de la BNS est indigeste))

Revenons à nos moutons.

Je vais vous montrer la couverture or de nos billets de banques en vous produisant tout simplement les chiffres et tableaux de la BNS (Banque Nationale Suisse).

Tout d’abord le montant en or de la BNS

bilan bns 2014

Soit 1040 tonnes d’or qui représentent 38’612.4 milliards fin mars 2015

Quelle est la quantité de billets en circulation ?

billet et comptes à vue 2015

Et l’explication « fumeuse » de la croissance ! (à oui la fameuse croissance….on est en déflation en Suisse ! ) la BNS veut dire la croissance du bilan ?

circulation billets de banques ch en 2014

 

Si je sais bien lire 66.897 milliards en billets pour 38 milliards d’or, soit une couverture or de 57.71% des billets en circulation.

Mais le propos ne s’arrête pas là car il faut tenir compte des autres « billets » qui physiquement pourraient être réclamés. Les comptes à vue (crédit etc.) et des comptes épargnes qui ne figurent pas dans le tableau précédent.

Voici donc le total de ce qui est appelé masse monétaire M3….. et sa merveilleuse évolution

agregat monetaire mars 2015

Toutes données peuvent être compulsées ici: annrep_2014_komplett.fr

Si on prend l’extrême, soit 958.546 milliards cela offre une couverture or de 4.02%……..je défaille ! (38.612 milliards en or pour une M3 de 958.546 milliards de CHF)

J’ajoute en plus que la BNS a augmenté son exposition en actions à 18% du bilan soit 100 milliards de CHF en actions, ce qui correspond à 13’000 CHF par habitant (pas par contribuable!)

reserves de devises et titres en CHF BNS

On comprend pourquoi certains titres n’arrêtent pas de monter…

Zerohedge l’a bien mentionné, la BNS possède plus de 1.1 milliards de USD dans Apple (entre autres)

Vous trouverez les détails ici: http://www.zerohedge.com/news/2015-05-07/guess-who-owns-11-billion-apple-stock

Soit vous pensez que les banques centrales ont tout pouvoir (et achetez les titres qu’elles achètent, soit vous pensez que cela ne peut aller à l’infini)

 

C’est l’histoire d’un type qui se demande combien font 2+2.

Il demande à son médecin à l’occasion. Ce dernier répond: « Je pense connaître la réponse, mais il va falloir que je demande l’avis de mes confrères ».

Notre homme se tourne alors vers un mathématicien et lui pose la même question. Le savant lui répond 3,9 périodique.

La réponse ne le satisfait pas. En désespoir de cause, il contacte un économiste et un comptable. Combien font 2+2 ?

L’économiste: « D’après mes tables environ 4, mais je vous dirai dans quelques temps pourquoi la réponse que je vous fournis est fausse. »

Le comptable: « Dîtes moi combien vous voudriez que ça fasse ! »

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Pourquoi les actions montent ? Parce que les banques centrales en achètent !

Dans mes prévisions 2012, je vous avais pronostiqué:

Actions:

Sélectivité dans le choix des actions (vous voyez je ne dis pas de rester l’écart comme l’année écoulée) et dans les secteurs.

Contre toute attente, je ne vois pas l’année 2012 comme celle de la fin du monde, ni celle de la mort des économies mondiales (le chant du cygne, peut-être).

Les marchés seront volatils, mais termineront l’année dans le vert ou étale (je dois bien être le seul qui voit ça !), mais pas dans le rouge.

Je privilégie les actions métaux et particulièrement les minières qui ont un retard colossal. Je privilégie les titre dans l’uranium, à part la triste réalité de Fukushima, rien n’a changé bien au contraire. Il existe des fonds dans les métaux et terres rares, je recommande cette idée d’investissement »

 

 

Pourquoi anticipais-je que les actions allaient monter ? Parce que je pensais que le sentiment négatif avait envahi le marché et qu’il était difficile d’être plus pessimiste que le niveau atteint. La majorité de ce que je lisais annonçait la fin du monde (là il reste encore quelques mois), la faillite de la Grèce (c’était déjà intégré), la fin de l’Euro (pas encore cette année) etc.

Il y a, par contre, un élément que je n’avais pas imaginé. LES BANQUES CENTRALES QUI ACHETENT DES ACTIONS ! Oui vous avez bien lu. Les banques centrales regorgent de liquidité (totalement artificielles, je vous le concède), de devises et d’obligations. Désormais, il faudra compter sur des actions (diversification ?)

Israel to Begin Investing Reserves in U.S Equities Today

Et la BNS qui possède 9% d’actions dans les réserves de devises et titres en francs (fin 2011) (cela m’avait échappé)

On peut désormais imaginer que les banques centrales du monde entier se mettent à chercher des alternatives de placements (liquides) pour y investir tout le cash qu’elles ont créé et les actions semblent être l’objectif.

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Market Timing

Le timing est un élément important au tennis et dans beaucoup d’autres sports.

Si vous frappez la balle trop tôt, elle ne part pas de la raquette. Si vous la frappez trop tard, elle ne prend aucun puissance. Si vous frappez au bon moment, il n’y a pas besoin de force et la balle s’envoie facilement.

Pour les investissements boursiers, c’est quasiment la même chose.

En octobre de l’année dernière, lorsque le marché a ouvert fortement à la baisse les 10 octobre et 24 octobre, j’ai poussé un « cri » d’achat. Cette chute de marché ressemblait à un jet de l’éponge de la part des investisseurs et les indicateurs de sentiment étaient au plus bas. Il m’arrive d’être positif quand même !

Je désire aujourd’hui vous montrer le résultat de ces deux recommandations, sachant que je suggère de vendre les actions depuis quelques semaines (attention ceci n’engage que moi et n’est pas une recommandation en tant que telle: voir mon « disclaimer »).

reco cf depuis octobre 087

sur le graphique ci-dessus et depuis octobre 2008, le SP500 a poursuivi sa baisse jusqu’en mars 2009 et ceci malgré quelques rebonds. Il a ensuite débuté une ascension importante.

Depuis octobre 2008 et jusqu’à fin août 2009, la hausse s’établit à +17.8%, ce qui est honorable. Il a fallu souffrir pour l’obtenir, car durant cette période l’indice a affiché pendant un moment une baisse de -20%.

En regardant depuis le bas touché par de l’indice en mars 2009 jusqu’à début août 2009 le marché a grimpé de +47.8% et aujourd’hui nous en sommes même à +55.2%, c’est une hausse incroyable, mais vraie.

Le timing est donc primordial et l’acheteur de mars a fait une très bonne affaire.

Ce qui est fou aujourd’hui, c’est que les recommandations à l’achat pleuvent et que la reprise (laquelle?) annoncée est là. Pourquoi ces personnes n’ont pas recommandé d’acheter en octobre 2008 ou encore mieux, en mars 2009 ?

Aujourd’hui ils ne recommendent pas de vendre, au contraire.

Au sujet de ce rallye, si on le compare à celui de 1929, il n’a pas encore affiché la même amplitude, mais il est déjà plus long dans la durée, voici « the chart of the day. »

chart of the day

Quid de la suite de l’évolution des marchés ?

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF