300 milliards d’épargne pour sauver UBS et Credit Suisse ?

La FINMA vient de publier un article sur le “too-big-to-fail” potentiel de l’UBS et du Credit Suisse

Ces deux grandes banques (comme je l’ai souvent soulevé) ont un poids tel en Suisse qu’un défaut serait un véritable Tsunami.

Inside Paradeplatz en parle dans son édito (en Allemand) (utilisez un traducteur internet ça rend assez bien): http://insideparadeplatz.ch/2013/08/08/300-milliarden-spargelder-fuer-ubs-cs-rettung/

Le Financial time en parle aussi

article original: Swiss bank creditors face bail-in risk

traduit: les creanciers des banques face à un risque de bail-in

 

En lisant entre les lignes, on y voit bien que les dépôts de plus CHF 100’000.- auprès des banques concernées dans le scénario catastrophe, vont passer à la caisse.

bank_coin_collector_big_game_2-thumb-468x624-54666

Par ailleurs, je me permets de vous remettre une partie d’un billet que j’avais écrit en avril 2013 sur une loi votée en 2012 (et dont personne ne parle et n’a parlé) qui permet de faire aussi un bail-in en Suisse.

Je me cite:

 

“MORT AU CASH

En conséquence, Il ne faut pas avoir de cash sur les comptes.

Pour l’instant (je dis bien pour l’instant), les titres ne sont pas dans les bilans des banques (je parle pour la Suisse et le Canada) et ne sont pas sujets à saisie. Jusqu’à quand ?

Savez-vous que la Suisse s’y est aussi mise en catimini ?

Les politiciens et les organes de contrôles (FINMA, etc.) ont laissé les banques grossir, faire n’importe quoi pendant des années et maintenant ils proposent cette solution.  Pathétique !

Quelques liens :

http://www.swlegal.ch/Publications/Newsletter/2013-02-Loss-Absorption-and-Bail-in-for-Swiss-Bank.aspx en PDF français SW_Newsletter_Feb13_French

http://www.economist.com/node/15392186 en PDF: from bail out to bail in

http://business.time.com/2013/03/28/with-cyprus-bail-in-europe-bids-adieu-to-too-big-to-fail/ en PDF: With Cyprus Bail-In, Europe Bids Adieu to ‘Too Big to Fail’

 

 

Source: Le billet en question: Le Bail-in devient à la mode dans le monde entier ! (le cash est roi, mais pas sur les comptes bancaires)

 

 

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

15 réflexions au sujet de « 300 milliards d’épargne pour sauver UBS et Credit Suisse ? »

  • 8 août 2013 à 16 h 04 min
    Permalink

    Donc, si je comprends bien la raison d’être de cette publication, la question des faillites bancaires reste d’actualité. Bon à savoir. Ceci explique que CS a développé une campagne de communication nouvelle et que de son côté UBS continue à faire profil egyptien. La mort des deux banques suisses serait dans la logique de l’attaque anglo-saxonne dirigée contre la Suisse. Elle en serait même une des finalités, Londres ayant décidés que les rois de la finance sont à Londres et à New York un point c’est tout. Et nous ne sommes pas de taille à résister à cause de la faiblesse de notre outillage. En outre l’Etat suisse, loin d’être un maillon actif de notre économie, se comporte plutôt en spéctateur. La disparition du secret bancaire était inéluctable non pour des raisons politiques ou philosophique, mais parce que les banques fonctionnent avec l’informatique et que l’informatique est incompatible avec le secret (posez la question à Schneedon). J’avais évoqué, il y a 3 ans, l’impérieuse nécessité pour nos deux banques d’avoir une double siège. Le second pour l’une à Moscou et pour l’autre à Hong Kong. Nous aurions ainsi eu deux parapluies que ces hôtes auraient été flattés de nous ouvrir. Mais voilà, à force d’être plus intelligent que le roquefort et de rester amoureux-nostalgiques de John Wayne, sans voir que la puissance économique des USA plonge irrémédiablement (suppression des programmes de recherche, des programmes spaciaux etc qui ont fait l’avancement spectaculaire de ce pays) et que ces USA loin d’être demeurés nos alliés sont plutôt devenus nos maîtres, voir nos adversaire, ce qui mets notre système bancaire devant le peloton d’exécution. D’autant qu’il y a de beau morceaux à récupérer sur nos cadavres.

  • 8 août 2013 à 16 h 11 min
    Permalink

    Les faillites bancaires restent d’actualité, même si tout le monde s’est un peu endormi et on en parle peu, comme si tout allait mieux
    je vous renvoie aux articles de Jean-Pierre Chevallier qui analyse avec méthode les bilans des banques mondiales avec les leviers hallucinants de celles-ci.

    banques françaises: http://chevallier.biz/2013/08/leverage-reel-des-banques-francaises-2%c2%b0-trimestre-2013/
    UBS: http://chevallier.biz/2013/07/ubs-2%c2%b0-trimestre-2013/
    Deutsche Bank: http://chevallier.biz/2013/07/deutsche-bank-2%c2%b0-trimestre-2013/
    Banques USA: http://chevallier.biz/2013/07/banques-americaines-2%c2%b0-trimestre-2013/
    et le condensé mondial:
    http://chevallier.biz/2013/04/leverage-des-banques-systemiques-mondiales-4%c2%b0-trimestre-2012/

    sans parler de la BCE…etc..

    Par contre, la faillite de UBS ou CS ce serait bien pire que Lehman Brothers, avec un effet domino dévastateur. Le monde entier de la finance et des gouvernements tentera d’éviter ce cataclysme…s’il le peut

  • 8 août 2013 à 16 h 36 min
    Permalink

    et dire que la finma a pour but de veiller aux intérêts des déposants…

    c’est très inquiétant tout cela. Tout déposant avec un minimum d’intelligence et plus de 100 kCHF devrait éviter comme la peste nos deux grandes banques. Cela vaut également et surtout pour toutes les entreprises, PME ou membre du SMI !

    c’était quand même pratique pour nos entreprises d’avoir des banques internationales avec des compétences. Maintenant c’est fini, et en plus il n’y a toujours pas de séparation prévue entre banque d’affaire et banque d’investissement.

    à croire qu’il y a une mafia internationale de la finance bénéficiant de protection. Mon mépris pour tous ces cochons.

  • 9 août 2013 à 4 h 05 min
    Permalink

    Je vois que nos amis suisses imitent ce qui se passe pour l’Europe, en copiant ce qui s’est fait à Chypre.

    Ils veulent la faillite de tout un continent, qu’ils continuent donc comme ça… et malheureusement ça marche pour le moment, car personne ne réagit.

    Vous allez me dire pourquoi?
    J’ai un indice:
    – en France, depuis 15 jours, on abrutit la foule avec le foot, à la tv, radios, journaux, des tours préliminaires des coupes européennes, de la ligue 2, puis de la ligue 1, les recrutements, les budgets, les matchs amicaux… (RHAAAA!!! JE N’EN PEUX PLUS!!!!)

    Complètement lobotomisés, je vous dis.

    Allez, je vous mets quand même l’article d’express.be:
    http://www.express.be/business/fr/economy/lue-travaille-sur-une-directive-qui-limitera-les-retraits-dargent-des-clients-de-banques-en-faillite-a-100-ou-200-euros-par-jour/194025.htm

  • 9 août 2013 à 6 h 37 min
    Permalink

    “Pour l’instant (je dis bien pour l’instant), les titres ne sont pas dans les bilans des banques (je parle pour la Suisse et le Canada)”

    Je ne suis pas certain de saisir parfaitement votre phrase.

    Mais le parlement canadien dans le dépôt du dernier budget autorise les banques du Canada à se renflouer à même les comptes de leur clients.

  • 9 août 2013 à 12 h 34 min
    Permalink

    A propos de la France :

    Le déficit de l’Etat se creuse : 59,3 milliards d’euros fin juin.

    Le déficit de l’Etat s’est creusé de 2,6 milliards d’euros fin juin sur un an, essentiellement en raison de dépenses européennes exceptionnelles, a annoncé vendredi le ministère du Budget.

    A fin juin, le déficit atteignait en cumulé 59,3 mrd EUR, contre 56,7 mrd EUR fin juin 2012, a précisé le ministère dans un communiqué, avec des recettes en hausse.

    L’écart s’explique selon Bercy par la perception, début 2012, de 2,6 mrd EUR de recettes perçue en l’échange de l’attribution de licences de téléphonie mobile 4G, mais aussi de dépenses pour l’augmentation de capital de la Banque européenne d’investissement (1,6 mrd EUR), et la dotation au Mécanisme européen de stabilité (3,3 mrd EUR).

    Fin de citation.

    Conclusion :

    – augmentation de capital de la Banque européenne d’investissement : 1,6 milliard d’euros

    – dotation au Mécanisme européen de stabilité : 3,3 milliards d’euros

    Mais comme la France n’a pas ces 4,9 milliards d’euros, la France a été obligé de les emprunter.

    Pour aider les pays européens en faillite, la France surendettée est obligée de se surendetter encore plus.

    Et comme les pays européens en faillite ne rembourseront jamais leur dette, la France subira des pertes de dizaines de milliards d’euros.

    La zone euro, c’est le tonneau des Danaïdes.

    La zone euro, c’est un suicide collectif.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22072013-AP/FR/2-22072013-AP-FR.PDF

  • 9 août 2013 à 16 h 52 min
    Permalink

    Les titres ne sont pas au bilan des banques, mais sont placés chez les dépositaires légaux. La banque n’est qu’intermédiaire. Le client peutthéoriquement s’adresser en restitution contre le dépositaire légal, notamment si le banquier fait faillite. Cela dit il y a probablement un important décalage entre ce que la banque dit détenir au client et ce qui se trouve chez le dépositaire, car la vitesse de rotation des titres peut être différente de la vitesse de leut traitement en bourse. Dans ce cas, le titre vendu est à deux noms, à celui du vendeur et à celui de l’acheteur. Cela arrange bien le banque, qui peuvent utiliser ce décalage pour se couvrir sur futurs. C’est même si tentant et incontrôlable, qu’il est a peu près certain qu’il existe un écart de plusieurs heures, ce qui représente des dizaines, voir des centaines de milliards de tites comptablilisés à double à la même seconde donnée. Comme jadis Jésus multiplia les pains. Amène …

  • 9 août 2013 à 18 h 00 min
    Permalink

    c’est marrant, le couperet est à 100 000, CHF, EUR, Kopeck … ça doit être de chiffre magique.
    A la louche les suisses sont défavorisés de 20 % par rapport au “chyprage” europeen.

  • 9 août 2013 à 19 h 06 min
    Permalink

    ça me fait pensez à un vidéo “récente” sur le 11 septembre…

    Donc je résume…

    Trois gardiens de vache de l’Al-Quaida “Unterwald” armé bâton de berger et d’Arbalète depuis les hauteurs des montagnes Pakistanais
    mobilisent toutes la vallée qui prennent la direction des Alpes pour terrassez le Gott Hard qui défends le passage et lui faire construire un pont. Puis envoie un ultimatum aux 5 super-puissance de l’époque. (Vatican, Venise/Florence, Vienne, Paris, Cologne).

    Salut les gars !
    Laissez nous collecter les impôts, nous sommes un peuple libre et égaux car notre devise est “un pour tous et tous pour un” et la croix blanche de notre drapeau invoque la pureté de nos intentions chrétiennes.
    Gros Becs !

    Les marchands s’insurgent les rois en appelle à la justice céleste
    et Rome dit Okay mais en échange ont veux une armée de type Blackewater
    au service de Dieu et de ces bras les nations de l’empire romain.
    En échange, on vous offre des Roses d’or, ce qui légitimeras vos actes aux prêt des autres nations.
    Veuillez agrée nos pensées chrétiennes les plus distingués.

    Les Suisses répondent okay, on enseigne déjà la Gym dans nos crèches
    on possède une potion magique “le Schabziger” et nos mines de fer on déjà démarrer la production d’arme de destruction massive.

    Ensuite, tout en guerroyant à droit et à gauche, ils absorbent tous les pays francs de taxe en plein guerre de cent ans où on se bat contre les barbares qui veulent pas payé l’impôt.

    Puis collabore à la destruction des templier parce qu’il voulait marcher sur leur monopole, puis la crise de la Tulipe les sauve du monopole Hollandais sur le réseaux fluviale Rhone-Rhin et tout se processus s’achèvent par le ralliement des derniers Bastions autonome permettant la création de la croix-rouge, la SDN etc… et l’exportation de nos produits jusqu’en Inde.

    Fin

    Désolez de vous ramenez sur terre, mais avec un beau conte comme l’histoire officielle. Ça mérite un film à Hollywood.
    Encore 300 ans et notre régime politique auras dépassé celui des Pharaons d’Égypte ou de Rome. Hors c’est tout le contraire qui aurais du se produire puisque celui qui contrôle la Suisse contrôle l’Europe.

    Voilà, comme on dit une pomme à verdi en veau d’eux.
    Nous reste trois choix fuir, servir ou libéré la Cheerleader.

  • 12 août 2013 à 15 h 40 min
    Permalink

    merci yaroslav pour l’explication, je m’étais posé la question …

    par ailleurs avez-vous remarqué ?
    si le discours sécuritaire est utilisé pour contrôler le citoyen, c’est tjrs la “lutte contre la criminalité” qui prélude aux bail-in et aux pressions fiscales; par exemple nos braves politiciens veulent supprimer les coupures de 1000.- mais ce n’est pas pour que l’épargnant sorte plus difficilement son cash de chez les banksters !

  • 12 août 2013 à 19 h 16 min
    Permalink

    La lutte contre le crime a été le moteur-prétexte de toutes les enquêtes faites sur le territoire suisse par les USA grâce à une loi adoptée… par le Parlement suisse composé comme on le sait de gentils gas et de gentilles filles qui jouent le jeu honnêtement : art. 7 LTEJUS : “Les autorités (suisses) qui exécutent la demande (d’entraide formée par les USA) ne doivent pas compromettre l’enquête (US) qui a provoqué la demande.” Ce qui veut dire que l’enquête US sur territoire suisse qui peut précéder une demande d’entraide, (sans que celle-ci soit nécessairement déposée finalemnt) ne constitue pas un activité de renseignement prohibé.

  • 14 août 2013 à 17 h 27 min
    Permalink

    Pourquoi ne pas mettre le cash dans un coffre, il y a risque en cas de faillite de la banque ? Ce qui est dans le coffre ne peut être approprié par la banque,correct ?

  • 22 août 2013 à 9 h 45 min
    Permalink

    Les banques sont sur un fil assez fragile et on en entendra parler dans les médias(autres qu’internet) uniquement lorsqu’il y aura de graves problèmes comme toujours.

  • 2 septembre 2013 à 20 h 40 min
    Permalink

    Quand je lis l’ambiance de ces articles déprimants (excusez-moi Olivier ce n’est pas dirigé contre vous mais je pense à un fameux compositeur souvent oublié. L’Adagio d’Albinoni qui reflète parfaitement la situation de l’état des banques et de toutes les bêtises dites depuis plus d’un an. A écouter avec l’oreille de l’artiste et la lenteur de l’économiste: http://www.youtube.com/watch?v=spBOZa87xIY

    Salamalecoum Merza merci pour ton message.

  • 2 septembre 2013 à 21 h 11 min
    Permalink

    Désolé chers amis ma lucidité me joue des tous avec tous ces médocs. Mon nom est Amora. Petit lapsus du dimanche! 🙂

Les commentaires sont fermés.