Et si l’Allemagne sortait de la zone EURO ?

On lit et entend, de plus en plus, que l’Allemagne serait entrain de mettre en place une sortie de l’Euro, de créer une nouvelle monnaie, reprendre son ancienne devise et lâcher ses partenaires.

A ce sujet, voici la chronique signature de le RSR: signature-20100304

L’Allemagne veut certainement reprendre son destin en main et ne plus être tributaire des autres pays qui ne jouent pas franc jeu et ne sont pas franc du collier. L’Allemagne se sent certainement flouée, elle qui se doit de payer les pots cassés, les erreurs et  laxisme d’autres pour faire preuve d’une solidarité. angela merkel prise en tenailles

On pourrait dire que « Solidarité bien ordonnée commence par soi-même » et j’estime que la solidarité passe aussi par le fait que les pays dit faibles doivent aussi faire preuve de solidarité et d’empathie envers ceux qui sont les poids lourds de l’Europe et qui financent le paquebot « Europe ».

La solidarité, comme celle qui est aujourd’hui dans les us et coutumes, consiste à voir les plus riches aider les plus pauvres. A aucun moment on ose se poser la question de savoir si les plus pauvres ont vraiment l’envie de s’en sortir et par cet état d’esprit, faire preuve, eux aussi, de solidarité.

Plus on avance et plus on constate que les pays « pauvres » continuent de l’être et aucune amélioration ne pointe à l’horizon. Pourquoi ? Parce que s’ils deviennent riches, ils vont devoir passer à la caisse pour aider les pauvres. Il n’est donc pas dans leur intérêt de s’améliorer.

C’est le nivellement pas le bas qui nous guette et la ruine de tous…

A lire: gata eurorupture 

A la base, l’Euro est une volonté politique et non un volonté économique. Je m’explique.

Les politiques ont toujours de fausses bonnes idées. Ils ont imaginé qu’en alliant les pays européens, ils allaient créer une super puissance qui ferait le contrepoids avec les Etats-Unis. L’idée est bonne, les intentions sont louables, mais…c’est sans tenir compte des disparités de mentalités, de climats, etc.

C’était sans compter avec les différences de culture des pays qui composent la zone Euro. Pour l’anecdote: Il est même parfois difficile de faire s’entendre économiquement un italien du nord avec un italien du sud.

En y ajoutant les pays de l’Est, puis des tentatives de rapprochement avec la Turquie (dont les 9/10 sont en Asie…) et M. Berlusconi qui parle même d’intégrer Israël, l’Europe perd lentement, mais sûrement, sa crédibilité.

Et si les pays riches arrêtent de jouer l’euro-jeu pour survivre ?

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF