Roosevelt et ses cochons, Obama et ses maisons

Il y avait eu Roosevelt le tueur de cochons (il a fait abattre 6 millions de porcs pour soutenir les prix artificiellement!?!?), y aura- t-il Obama le raseur de maisons ?

Après une expérience grandeur nature dans la ville de Flint (Michigan) où plus de mille maisons ont été rasées, l’administration Obama réfléchit à appliquer çette expérience à une plus grande échelle (on parle d’une cinquantaine de ville).

Bien entendu, sur le papier, ce projet paraît fantastique, en tous cas pour des bureaucrates. Les centaines de milliers de « homeless » américains risquent de moins apprécier tout comme les pauvres bougres qui ne mangeaient pas à leur faim durant la grande dépression des années trente…

Mr President serait en train de faire une cochonnerie à ses concitoyens ?

article the Telegraph: US cities may have to be bulldozed in order to survive

En français ici:http://www.contreinfo.info/article.php3?id_article=2764

Voici une photo des victimes: Great Depression Piture- A Slaughtered Pig

Cette année, les Etats de toute la planète vont émettre pour plus de 5’300 milliards de dollars de nouvelles dettes. Cela représente 9% du PIB mondial ! C’est monstrueux !! D’où viendra l’argent ?

 

 On fait tout ce qui est possible pour maintenir le système. Ne serait-il pas plus viable pour du long terme que de règler l’ardoise ?

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Votre retraite placée à un taux de 0%

Les articles précédents en parlaient déjà. Les caisses de pension (en Suisse la prévoyance du deuxième pilier) ont subit déjà de graves dégâts en 2008. Il semble que 2009 (après le rebond mars-juin qui a amené les indices presque étale pour les grands marchés suisse et européens) se déroule, pour l’instant, légèrement mieux.

L’article du temps qui nous renseigne sur les résultats 2009 des caisses:Une bouffée d’oxygène pour les caisses de pension-

et un autre du même quotidien qui exprime le désarroi des caisses qui doivent octroyer un taux positif alors que les marchés ne rapportent rien: Economiquement, le taux minimal LPP devrait être-

En résumé et comme souvent écrit ici, la prévoyance est un looser game pour les caisses de pension. En effet, elle doivent assurer et assumer des risques que l’assuré lui-même ne prend pas puisque qu’on lui promet (légalement) un rendement positif sur la partie obligatoire.

Certaines caisses ont déjà anticipé le problème en changeant de système et en passant au système de primauté des cotisations (voir un de mes articles précédent) et de ce fait reportant le risque sur l’assuré. De plus je rappelle que la loi autorise un rendement négatif sur la part sur-obligatoire

Voici en images les indices dont parle l’article précédent:

indices LPP 2005 pictet au 30-06-09

Soyez prudents et prévoyants…

Et voici un autre article qui me dit qu’il suffit de chasser le naturel pour qu’il revienne au galop: La City de Londres a repris ses mauvaises

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF