L’Arabie Saoudite serait-elle capable de produire plus ?

Début juillet 2008, les saoudiens se disent capables d’augmenter leur production à 12.5 millions de barils par jours. Il semblerait que ce ne soit pas dans le domaine du réalisable (voir le tableau de « Business Week » du 9 juillet 08).

 

saudi_oil_2

L’Arabie Saoudite est un acteur clé, mais ne peut pas soutenir une production de 12 millions de barils/jours sur une longue période. De plus, il semble que le pétrole qui sort des champs saoudiens est de moins en moins bonne qualité. Ils injecteraient de l’eau de mer sous pression pour le faire sortir, ce qui altérerait sa qualité.

En outre, les saoudiens ne produisent pas l’état de leurs réserves (au contraire des Russes, du Venezuela et de la Norvège) ce qui rend les observateurs sceptiques.

Les données ci-dessus montrent un plateau de production, ce qui tend à confirmer que le « peak oil » (pic de production) est bien derrière nous.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Production de pétrole aux USA (peak oil)

Il est évident que le pic de production est derrière nous.

D’après les données de la fameuse « Energy Information Administration »:

crude_oil_field_production_1940___2008

La production des champs pétrolifères aux Etats-Unis d’Amérique est de 1’873 milliards de barils de pétrole (5’132 millions par jours), soit exactement la même production qu’il y a 60 ans !

NB: un baril est égal à 159 litres (précisément 158.9873) et comme je suis lancé un gallon impérial (Gal GB)est de 4.546 litres et le gallon US (Gal US) des 3,785 litres (ne pas se tromper de gallon en faisant le plein de l’avion…….)

Le P.I.B. (produit intérieur brut) est aujourd’hui 7.2x supérieur à celui de 1948 et ils produisent la même quantité de pétrole domestique.

Question: est-ce une volonté ? Ou est-ce impossible de produire plus ?

Ne blamez donc pas les spéculateurs….(qui n’existent pas) pour le prix élevé du pétrole, mais blamez les restrictions de production domestique !

Et si finalement dans tout cela, le grand gagnant n’était tout simplement pas l’état ?

Un simple exemple. En France l’Etat perçoit aujourd’hui 61 centimes d’euros par litres d’essence vendu (TIPP environ 20 milliards d’euros de recettes) + la T.V.A. (env.24 centimes par litre). Total annonce 12.5 millliards de bénéfice sur lequel l’Etat va se servir aussi etc. etc.

Plus le prix monte, plus l’Etat gagne.

Une manne bienvenue quand on sait que les finances publiques sont dans les cordes.

C’est qui les malins ?

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Pétrole, enfin un spéculateur de débusqué !

Bonjour,

en cette période de vacances, beaucoup d’absents et pour cause, le soleil et les plages attirent les aoûtiens. Pour ceux qui sont restés, il y a le concours: ICI

Dans une de mes anciens commentaires, j’indiquais qu’il n’y avait pas de spéculation dans l’envolée du cours du pétrole et que c’était simplement le jeu de l’offre et de la demande. (le relire: ICI)

J’ai trouvé un article qui corrobore ces allégations, je le copie ci-après

Le gouvernement américain avait crée un organisme spécial pour détecter les spéculateurs éventuels qui auront été à l’origine de l’envolée des prix du pétrole et des matières premières. Cette commission réunissait autour d’un noyau de personnes de la CFTC, Commodity Futures Trading Commission, un certain nombre de spécialistes de différents ministères, de la FTC (Federal Trade Commission), de la SEC, l’AMF américain, de l’Agence gouvernementale de protection des consommateurs etc. Elle avait pour but d’éclairer les pouvoirs publics dans leur tentative de mettre sur pied une législation qui empêche justement le développement de la spéculation.

Le premier rapport de cette Task Force affirme n’avoir pas vraiment pu trouver trace de spéculation dans les hausses de cours de ces derniers mois. Il faudrait pour cela que l’intervention des supposés « spéculateurs »,- considérés comme les intervenants sur le marché des futures pétrolières n’ayant pas l’intention d’accepter de livraisons physique de produits-, aient précédés systématiquement les augmentations de cours du baril. Or au contraire, la commission a constatés que « la plupart de ces courtiers spéculateurs avaient classiquement modifiés leurs positions à la suite des changements de cours «  et non pas dans une tentative de manipuler ces cours ou de provoquer leur évolution dans le sens désiré par eux.

Par contre, disent ces experts, l’envolée des cours entre janvier 2003 et Juin 2008, reflète directement les facteurs fondamentaux de l’offre et de la demande. L’économie mondiale, ajoute t il, a cru à un rythme inégalé depuis plusieurs décennies et cette robuste croissance s’est traduite par des hausses substantielle de la demande particulièrement en provenance des pays émergents. L’offre, en sens inverse, a eu de la peine à s’adapter et compte tenu de l’extrême difficulté de remplacer le pétrole par des produits de substitution, des augmentations très importantes de prix ont eu lieu pour rééquilibrer l’offre et la demande.

Moralité donc, il n’y a pas manipulation des cours mais évolution normale d’un marché de l’offre et de la demande déséquilibré.

Et puis la TasK Force a enfin réussi à  en localiser un. Il s’agit d’un Hollandais, Optiver Holding BV, qui aurait pendant Onze jours de rang  en mars 2007 pratiqué la technique dite du « Frapper à la fermeture » qui consiste à prendre des positions juste avant la clôture du marché et de les couvrir tout de suite après cette clôture. On peut gagner de l’argent comme cela et en l’occurrence les efforts de ce spéculateurs se sont traduit par un gain de 1 million de dollars..

Autre moralité; la montagne a accouché d’une souris..

En conclusion, l’offre qui n’a pas été assez importante et la demande soutenue ont généré cette hausse, C.Q.F.D.

 

 

baril

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF